Mise au point au sujet du redécoupage régional

Dans un communiqué de ce jour, Monsieur Doligé semble s’émouvoir de l’avenir de la Région Centre et utilise pour cela une terminologie discutable, et par ailleurs de nombreux éléments erronés qui nous conduisent à préciser un certain nombre de points relatifs à la décentralisation souhaitée par le Président de la République et à leurs impacts en Région Centre.

  • Oui, François Bonneau a mis toute son énergie auprès des Ministres concernés pour que la Région Centre ne soit pas « vendue à la découpe«  dans le vaste projet de diminution par deux du nombre de régions. Si l’unité des périmètres régionaux tels qu’ils existent aujourd’hui n’était pas a priori la vision qui prévalait pour l’avenir, il semble que l’action conjointe de François Bonneau et d’un grand nombre de Présidents de Régions puisse porter ses fruits. La région Centre ne devrait pas être démantelée et c’est là essentiel pour la poursuite des politiques publiques et du maillage des acteurs économiques et sociaux déployés sur le territoire régional depuis trois décennies.
  • Oui, conscient que l’attentisme représentait une menace pour l’avenir de notre région, François Bonneau s’est exprimé très clairement sur l’opportunité d’avenir que constitue un rapprochement avec l’actuelle région Pays-de-la-Loire dans une belle et grande région « Centre-Val-de-Loire ». Depuis plusieurs semaines et alors que le débat s’est largement ouvert sur l’ensemble du territoire national, Monsieur Doligé n’a ni réagi, ni apporté son soutien, ni contredit une position claire du Président de Région favorable à un rapprochement avec la région des Pays-de-la-Loire.
  • Oui, parce que les rapprochements de régions ne devront pas casser les dynamiques interrégionales, le Président Bonneau poursuit (et comment pourrait-il en être autrement ?) ses discussions avec les Présidents des régions qui nous entourent : l’Ile-de-France avec laquelle nos liens sont une évidence, les Normandie avec lesquelles nous partageons le pôle de compétitivité « Polepharma », Poitou-Charentes et Limousin avec lesquelles nous avons lancé une Communauté d’Universités et d’Enseignements, l’Auvergne avec laquelle nous développons le pôle de compétitivité « Elastopôle » et nous nous mobilisons autour du POLT. Oui, dans ce cadre, des réunions entre les présidents sont régulières et c’est non seulement légitime mais nécessaire pour porter ensemble des politiques publiques ambitieuses dans le cadre de plus grandes régions ou de l’interrégionalité.
  • Oui, le débat engagé par le Président de la République et le Premier Ministre relatif à l’avenir de notre organisation territoriale, administrative et politique ne peut se limiter à la question des périmètres régionaux. C’est pourquoi François Bonneau a souhaité constituer deux groupes de travail -l’un avec les Présidents des groupes politiques du Conseil régional, l’autre avec le CESER et son Président- dont l’objet sera d’étudier et d’analyser thématiques par thématiques, les perspectives d’avenir qui s’offrent à notre région. Nous préférons de loin savoir où se situent les axes de progrès pour l’enseignement supérieur et la recherche par exemple, plutôt que de limiter notre débat à des seuls intérêts politiciens que tels découpages rendraient plus favorables que d’autres. Egalement, nous n’envisageons pas que cet acte de décentralisation volontariste puisse se traduire par un premier acte qui serait la construction d’un nouvel hôtel de région à 80 ou 100 millions d’euros ; c’est pourquoi nous gardons aussi notre attachement à Orléans comme capitale régionale.
  • Oui, l’implication et la mobilisation de tous est essentiel sur un sujet aussi crucial pour notre avenir commun. C’est pourquoi François Bonneau organisera dès le 18 juin une réunion extraordinaire des élus régionaux et des conseillers économiques et sociaux. Dans le même esprit, il rencontrera les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, du monde économique et de l’innovation ainsi que les chambres consulaires pour échanger avec eux sur ce qui peut constituer demain un atout pour porter plus loin encore nos politiques publiques, nos entreprises.
  • Oui nous considérons que toutes les collectivités doivent se saisir de ce sujet, et nous soutenons la rencontre que souhaite organiser le Président de Région avec les six Présidents des départements qui composent la région Centre. A cet égard, la polémique stérile engagée par les quatre présidents UMP est dérisoire. Pour échanger il faut vraiment le vouloir de part et d’autre. Les Présidents des Conseils généraux du Cher et d’Indre-et-Loire ont modifié leurs agendas sans délai. Le jeu de la chaise vide n’a jamais triomphé, sauf à ne pas vouloir s’impliquer sur des sujets pour mieux les commenter par voie de presse. Ce n’est pas notre conception de l’action publique. Diriger, c’est travailler avec tous, s’asseoir à une table, faire valoir son point de vue, et entendre celui de ses interlocuteurs. Telle est notre conception des responsabilités parce qu’elle est la seule qui s’inscrive dans le débat démocratique et républicain. C’est la raison pour laquelle nous n’abaisserons pas ce débat à la déplorable polémique dans laquelle certains essaient de l’enfermer.

Pour toutes ces raisons Monsieur Doligé, nous vous demandons de revenir à la position responsable et républicaine que les électeurs attendent de vous comme de nous. Faites le choix du dialogue et du respect. Asseyez-vous autour de la table, exprimez-vous et écoutez. Vous souhaitez exposer votre vision de la décentralisation, exposer votre vision de l’avenir en matière d’aménagement du territoire, ou d’enseignement supérieur ? Alors faites-le, et sereinement. Dans le dialogue et non pas par de la communication comme cela a été le cas récemment.

Cela vaudra mieux pour l’avenir commun de votre région, de notre région !

Signataires du communiqué :

–          Agnès Quatrehomme, Conseillère régionale, Présidente du Groupe Socialiste et Radical
–          Carole Canette, Vice-Présidente de la Région Centre
-          Jean-Vincent Valliès, Conseiller régional, Président de la commission d’appel d’offres
-          Olivier Frézot, Conseiller régional délégué, Premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste
-          Corinne Leveleux-Teixeira, Conseillère régionale
-          Anne Leclercq, Conseillère régionale
-          Bernard Fournier, Conseiller régional

Communiqué de presse daté du 27 mai 2014

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Conseil régional, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>