[Compte rendu] Rencontre/ Débat sur la Culture

CultureMardi 18 mars 2014, 40 acteurs culturels de la ville d’Orléans sont venu à notre rencontre « Penser et agir la culture autrement à Orléans« . Voici le compte rendu de nos échanges.

Comme nous nous y sommes engagés, une fois élus, nous reviendrons vers l’ensemble des acteurs culturels du territoire, pour favoriser l’émergence de projets communs et débattre de nos grandes orientations en matière culturelle.

—-

Rencontre/ Débat sur la Culture

18 mars 2014, local de campagne, Orléans

Préambule de J.C Pompougnac, Ancien dir. Drac Centre

Le constat :

Aujourd’hui il existe une grande qualité des réflexions locales sur la culture. Les villes ont pris une grande part d’autonomie vis à vis du ministère de la culture (ex : Avignon). On trouve un ancrage historique à ce phénomène dans les « Banlieues Rouges », et la méfiance communiste vis à vis de la politique Malraux. La politique culturelle des villes est donc un champ d’action à part entière, pour lequel la notion de droit, d’accès à la culture, joue un rôle déterminant.
Mais de quelle culture parlons nous ? La culture « légitime » est dénoncée par les sociologues des années 1960. L’éducation populaire devient un autre modèle et les années 1968 voient l’essor et la reconnaissance d’autres formes de culture (musiques actuelles, cinéma, etc). Un fort paradoxe existe aujourd’hui. Le niveau de formation de la population française est plus élevé, mais la fréquentation des équipements culturels stagne. Il y a une modification des pratiques culturelles (le numérique) et une standardisation de la consommation.
Quelle politique culturelle adopter dans nos villes ?
Construire avec les professionnels, ou avec la société civile (Agenda 21) ? Il faut défendre une  transversalité de la culture et la rendre présente au sein des autres secteurs de l’action publique (éducation, économie, etc).
Elle doit permettre de lutter contre l’industrialisation et la standardisation des produits culturels. Elle doit également permettre une attractivité du territoire, une circulation des biens, mais tout en veillant à ce que la culture ne soit pas engloutie dans cette logique.

Pistes de débat : 

- Orléans a un LOURD patrimoine. Lourdeur des pierres, poids de l’histoire, de Jeanne d’Arc, etc…
- Le théâtre (Cado, CDNO, etc) a un passé et un présent compliqué…
- Le campus et les étudiants sont éloignés
- L’intercommunalité qui ne se fait pas
Qu’est ce qu’un projet politique ? Il doit viser l’émancipation des individus et la valorisation collective de toutes les cultures. Défendre la solidarité et le vivre ensemble, et permettre la démocratie et la confrontation des idées.

Echanges avec l’assemblée

La ville confond actuellement l’événementiel et la culture
La fête et l’urbanisme vont finalement mieux ensemble : il s’agit, dans les deux cas, de cultiver le vivre ensemble.
Vision manichéenne des notions de « démocratie culturelle » et « d’exigences culturelles »
La définition du mot culture, en démocratie, DOIT rester floue, être en débat. Il y a cependant une forte tension entre un univers artistique qui a été professionnalisé, et le discours de la captation des publics. Il faut pourtant en finir avec l’opposition professionnels/politiques, car nous partageons le même objectif : que les œuvres soit vues, écoutées, etc
Les charges fixes des personnels et équipements sont trop importantes et déséquilibrées face aux budgets consacrés à la création
La reconnaissance des artistes ne passe pas seulement par des subventions et un rôle de pédagogue. L’événementiel est un bon levier pour faire travailler des artistes en tant qu’artiste, et leur donner une place dans la citée.

Conclusion de Corinne Leveuleux Teixeira

Dans cette campagne, la culture a eu une place importante : il y a cette matinée de débat et de réflexion et surtout, depuis des mois, nous avons cherché en rencontrer le plus grand nombre d’acteurs culturels orléanais.
Ce qui nous distingue de la majorité actuelle, c’est la méthode. Nous avons consulté les habitants, réfléchi à plusieurs, et non pas de façon verticale. Les acteurs culturels sont des individus qui ont fait un choix de vie courageux, fait de risques, et sont par là même exigeants, innovants, collaboratifs.
Nous avons la volonté de faire société à Orléans. Et cela ne se fait pas sans rassembler, apprendre, et découvrir. Cela ne se fait donc pas sans les artistes.
Une fois élus, nous reviendrons vers l’ensemble des acteurs culturels du territoire, pour favoriser l’émergence de projets communs et débattre de nos grandes orientations en matière culturelle.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, Culture, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>