Soutien à la République du Centre

Communique de presse de CLT  - soutien aux salariés de la REP - chapeauLa République du Centre avait quitté le Centre-Ville d’Orléans. C’est désormais une partie de l’agglomération que le journal abandonne, avec la fermeture annoncée de son imprimerie saranaise et la suppression de 78 emplois. Car avec la fin du centre d’impression de Saran, c’est bien un peu de l’âme d’encre et de papier du journal qui s’en va.

Un journal local, pleinement local, est pensé, écrit, imprimé sur son territoire. C’est ainsi qu’il entre dans la culture de celles et ceux qui y vivent. Or, la République du Centre fait bel et bien partie de notre culture.

Nostalgie, colère : peut-on se résoudre à ce que des choix industriels, puisque c’est de cela qu’il s’agit selon le groupe Centre France, touchent aussi durement celles et ceux qui font la vie de ce journal ? Et tout cela pour quoi ? Pour mieux centraliser les activités à Clermont Ferrand ! Il n’y a, derrière ces choix, aucun projet de développement cohérent, aucune stratégie à moyen et long terme, aucune réflexion claire sur le rôle et la portée du numérique. La République du Centre est traitée comme une simple variable d’ajustement, et ses salariés ont été reçus avec brutalité et mépris lors du déplacement qu’ils ont effectué dans la capitale auvergnate.

Pour toutes ces raisons, nous les soutenons pleinement dans leur combat. Un combat juste et nécessaire. Pour que les licenciements soient les moins nombreux possible. Pour que les départs soient assortis d’indemnités et de perspectives honorables. Pour que notre journal local, auquel nous sommes attachés, garde son indépendance et sa place, dans une relation de proximité avec ses lecteurs.

Peut-on accepter, enfin, que l’on se dirige vers toujours plus de précarité avec, on l’imagine, un recours accru aux correspondants et un nombre croissant d’articles écrits depuis Clermont, sacrifiant ainsi l’attente des lecteurs locaux à la seule perspective d’une productivité immédiate ?

Le journal La Montagne, qui a racheté La République du Centre en 2010, avait été fondé par Alexandre Varenne en 1919. Ce même Alexandre Varenne qui fut aussi l’avocat de Jean Zay, l’Orléanais. Cruelle ironie de l’histoire, qui nous invite à réfléchir à l’essentiel.

L’essentiel, c’est la liberté de la presse. Or, la liberté d’informer, si précieuse, passe par le pluralisme des titres et des lignes éditoriales. Sans une presse diverse et indépendante, tout l’édifice de notre démocratie est fragilisé.

Alors, oui, mille fois oui, il faut soutenir La République du Centre ! Parce que c’est un lien de proximité dans une société en manque de relations humaines. Et parce que c’est un ferment de démocratie dans un monde parfois tenté par les extrêmes !

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>