Tram et bus bondés. À quand une politique volontariste des transports en commun dans l’AgglO ?

Tram TAO OrleansDu 16 au 22 septembre a lieu la semaine de la mobilité. C’est une bonne occasion de donner un coup de projecteur sur le fonctionnement des réseaux de transports en commun dans l’agglomération d’Orléans. Or, malgré la mise en service de la seconde ligne de tram (avec ses pannes à répétition !), force est de constater une dégradation de la qualité du service offert aux usagers, particulièrement aux heures de pointe, en raison de la saturation de certaines lignes. Plusieurs raisons expliquent la situation actuelle.

En premier lieu, avec la mise en place du cadencement, TAO a certes renforcé l’offre sur les heures creuses en « lissant » les fréquences de desserte. Mais comme ce redéploiement s’est effectué à moyens humains constants, il a mécaniquement abouti à une réduction du potentiel humain sur les heures « pleines », celles où les voyageurs sont les plus nombreux. Nous Bus TAO Orléansassistons donc à un engorgement total de certaines lignes (bus et tram) qui rappelle les pires conditions de transport de la banlieue parisienne.

D’autre part, alors que la rentrée des classes a eu lieu la semaine dernière et que la rentrée universitaire se déroule cette semaine, générant des dizaines de milliers de trajets supplémentaires chaque jour, TAO s’obstine a faire rouler des bus « simples », à capacités d’accueil réduites par rapport aux bus articulés sur certains trajets « stratégiques ». C’est le cas par exemple de la ligne 7, qui dessert la gare des Aubrais, le Centre ville et l’université, et qui est complètement saturée à 7h du matin, obligeant les conducteurs à laisser à quai des dizaines de voyageurs furieux. Comment encourager, dans ces conditions, les habitants de l’agglomération à prendre de plus en plus les transports en commun ?

Plus d’un an après la mise en place du nouveau réseau, les raisons d’une telle imprévision sont totalement incompréhensibles.

Il est vrai que la qualité du service public a un coût. L’agglomération d’Orléans est-elle prête à l’assumer ? On n’ose penser qu’elle préfère faire des économies en sacrifiant le confort des usagers sur l’autel des réductions budgétaires. Rappelons, en outre, que beaucoup des voyageurs de TAO n’ont pas les moyens de se payer un véhicule personnel. C’est cette clientèle captive qui supporte les erreurs d’appréciation de TAO et l’obsession des économies de l’agglomération. Elle n’a pas le choix de faire autrement !

Pour notre part, nous défendons une politique de progression tarifaire en matière de transports en commun, et nous considérons qu’un service public doit partir avant tout de la vie quotidienne et des besoins des usagers. C’est à cette condition qu’il peut être accessible à tous, socialement juste et économiquement efficace.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, Transport, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>