Réforme des rythmes scolaires, une ambition pour nos enfants

L'Ecole à OrleansSerge Grouard vient d’adresser un courrier aux parents d’élèves des écoles d’Orléans, à propos de la réforme des rythmes scolaires décidée par le Gouvernement.

L’objectif de cette réforme est d’adapter les journées de classes des élèves, afin de faciliter leur apprentissage. Elle consiste en une nouvelle organisation des horaires d’enseignement sur la semaine : les journées sont allégées avec, en compensation, une nouvelle demi-journée de classe.

Dans ce courrier, le Maire sortant souligne à juste titre que cette nouvelle organisation a nécessairement des répercussions importantes sur l’organisation de nos écoles, particulièrement des activités périscolaires. C’est justement ce que l’on nomme une réforme ambitieuse. Pourrait-il en être autrement alors que l’échec scolaire est encore une lourde difficulté en France, qui compromet l’avenir de beaucoup de nos enfants ?

28 mai 2013 - Réforme des rythmes scolaires - une ambition pour nos enfantsAu regard de cette nécessité, le décret qui institue la réforme a laissé aux municipalités une liberté d’appréciation pour la date de sa mise en œuvre. Ainsi, toutes couleurs politiques confondues, certaines villes l’appliqueront dès 2013, tandis que d’autres attendront la rentrée 2014.

Je m’interroge sur le but du maire sortant, qui utilise ce prétexte pour adresser un courrier politique à tous les parents d’élèves d’Orléans. Nombreuses critiques, simple évocation de concertations à venir ; ce courrier ne fait qu’annoncer une information déjà connue : le report à 2014 de la mise en oeuvre de cette réforme à Orléans.

Certes, Monsieur le Maire, des efforts sont à fournir, de nouvelles habitudes doivent être prises, des choix sont à opérer. Il est donc naturel d’engager une concertation, impliquant les parents d’élèves, les enseignants, les ATSEM, les associations et toutes celles et ceux qui feront vivre ce projet éducatif. Mais peut-on juger une réforme aux seules contraintes d’organisation qu’elle génère, alors que l’avenir de nos enfants est en jeu ?

Certes l’argent public se fait rare. Certes, un coût supplémentaire n’est jamais anodin. Mais qu’est-ce que cela en comparaison avec le projet d’aménagement d’une salle sportive, en bords de Loire, dont la seule construction est 50 ou 100 fois plus coûteuse ?

L’enseignement en France, à Orléans, exige une grande détermination des pouvoirs publics. C’est notre responsabilité que de l’assumer, en associant les Orléanais dans une démarche positive et constructive, et non dans une vaine polémique.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, Culture, Ecole, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>