Rue des Carmes : politique municipale et concertation citoyenne

Carmes-2Le classement de 2 immeubles de la rue des Carmes et les conclusions présentées par le rapporteur public du Tribunal administratif d’Orléans sur les requêtes formées au sujet de la ZAC Carmes-Madeleine constituent les derniers développements d’un projet complexe, ouvert il y a maintenant 6 ans. Outre le fond de l’affaire (la  préservation du patrimoine urbain plutôt que la réalisation d’une opération de promotion  immobilière), ce qui retient l’attention dans ce dossier, c’est la méthode avec laquelle il a été  conduit par la municipalité actuelle : sans réelle concertation citoyenne mais avec la volonté de passer en force.

Certes, comme les habitants du quartier  eux-mêmes, c’est avec soulagement que l’on peut accueillir les événements récents. Mais il est  difficile de ne pas éprouver aussi un immense sentiment de gâchis. Pourquoi a-t-il fallu tant
batailler pour faire triompher la voix du bon sens ? Pourquoi n’a-t-on obtenu que de haute lutte, la piétonnisation de la rue des Carmes, puis  la création d’un jardin public et, désormais, la protection d’un ensemble architectural
à l’intérêt patrimonial si riche ? Où en serait la réhabilitation de ce quartier, quelle serait la qualité de vie de ses habitants aujourd’hui, si la municipalité avait envisagé une réelle concertation en amont sur ce projet ? Combien d’énergie aurait été épargnée si la ville avait fait le choix raisonnable d’écouter les opinions en présence sans parti pris politique ?

Il est temps d’en finir avec une conception de la politique fondée sur les choix souverains de quelques élus ! Une action municipale efficace ne se résume pas à des solutions exclusivement conçues en mairie : les citoyens aussi doivent pouvoir être associés aux projets urbains qui les concernent au premier chef !

Le rôle d’un maire est de mener des projets, non de les imposer. Consulter les habitants, les impliquer dans l’adaptation des aménagements à leurs besoins, s’enquérir de ce qu’ils attendent pour leur ville, c’est rendre meilleurs les choix collectifs et permettre à chacun de s’approprier sa cité. Cela prend un peu plus de temps (quoique moins qu’un projet contrarié), mais cela en vaut la peine !

(Communiqué de presse du 21/03/2013)
(photo MagCentre)

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>