Faire du site FAMAR un espace au service des Orléanais

Sandox-famar bâtiment Jean Tschumi

Sandox-Famar – le bâtiment Jean Tschumi – photo Magcentre

La CRPS (Commission Régionale du Patrimoine et des Sites) vient de confier à l’inspection générale des affaires culturelles une mission visant à approfondir l’étude préalable au classement du site Famar.

Aux yeux des partisans de la préservation du site, cette décision est doublement encourageante. D’abord parce qu’elle devrait permettre d’apaiser le débat, en remettant à des experts le soin d’objectiver le sujet.

Ensuite parce qu’elle confirme que la question est complexe, et qu’elle ne peut être balayée d’un revers de manche, comme souhaite le faire le maire d’Orléans, pressé de passer en force.

La préservation du patrimoine, en effet, n’est pas uniquement une question d’opportunité, de goût ou d’appréciation personnelle des majorités municipales successives. D’autant plus qu’en la matière, à Orléans, le passif est élevé. Que l’on songe ainsi à la destruction des Halles et du quartier du Châtelet, à la démolition de l’ancienne gare d’Orléans, ou encore au démantèlement de vieil Hôtel-Dieu, une merveille de la Renaissance anéantie par le maire Louis Lacave. Ces exemples de précipitation ont déjà coûté cher au patrimoine de la ville. Ils devraient inciter les édiles actuels à plus de souplesse dans la gestion de cette question et à plus d’humilité dans l’appréciation de l’édifice FAMAR.

Le dossier réuni par l’association Présence de Jean Tschumi semble en effet solide, d’autant qu’il est étayé par les signatures et l’engagement des plus éminents spécialistes de l’architecture contemporaine. Rappelons également qu’en Suisse tous les bâtiments de Tschumi (au demeurant très peu nombreux de par le monde) sont systématiquement repérés et classés MH (d’intérêt national et international).

Dans ces conditions, quelle équipe municipale peut décider péremptoirement que l’œuvre de ce grand architecte ne présente aucun intérêt ?

Dernièrement, le maire sortant a, à plusieurs reprises, allégué un coût de 40 millions d’euros pour remettre le bâtiment en état. Voilà qui est intéressant et nouveau. En conseil municipal j’ai demandé des précisions sur ce chiffre. D’où sort-il ? Comment est-il calculé ? En vain. Une étude a-t-elle été réalisée à ce propos? Pourquoi ne pas la montrer et présenter les hypothèses d’aménagement retenues pour justifier une dépense aussi élevée ? Quelles en sont les bases ? Quels en sont les critères ? Le maire sortant devrait produire au plus vite  ces éléments d’un haut intérêt municipal. Que l’on sache enfin !

Faute de publier cette mystérieuse étude, on ne peut que mettre en balance d’un côté le coût astronomique (et lui bien avéré) de l’Aréna du maire d’Orléans (plus de 120 millions d’euros) et de l’autre des propositions réalistes d’aménagement qui préserveraient ce bâtiment tout en lui offrant une nouvelle vie : un espace culturel, une pépinière d’entreprises, des équipements alentour permettant la promenade et la pratique du sport pour tous…

Puisque la ville a acheté au prix fort l’immeuble FAMAR, l’urgence est aujourd’hui de transformer cette friche industrielle en un outil au service du développement d’Orléans et des besoins des Orléanais.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, Culture, Economie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Faire du site FAMAR un espace au service des Orléanais

  1. colmert daage dit :

    c’est en effet avec sérénité et modestie qu’il faut aborder le problème de Famar
    La ministre a pris du recul en prévoyant une inspection nationale au_ dessus de la polémique locale entretenue par le Mairele Maire. Le’ message de Corinne est excellent. La réutilisation de Famar est à mettre en rapport avec la question du rayonnement de la capit-ale régionale dont Famar sera demain un des pôles d’attraction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>