Accessibilité : à quand une mobilité pour tous ?

handicapAu mois de juin 2012, la ligne B du tramway Orléanais était inaugurée en grandes pompes, après de longs mois de travaux. Or, malgré les 400 Millions d’euros qu’a couté sa construction, dès sa mise en service, la deuxième ligne s’est révélée bien peu accessible aux personnes à mobilité réduite. L’Association des paralysés de France (APF), notamment, a tiré la sonnette d’alarme, pointant les aménagements mal conçus (marches à la sortie des stations, espace trop important entre le quai et la rame, provoquant le blocage des roues des fauteuils roulants) voire les dispositifs dangereux (portes qui se referment sur les fauteuils roulants), qui constituent autant de pièges pour les usagers peu valides, chargés, ou en situation de handicap. Ces remarques formulées il y a 10 mois ont-elles été prises en compte par l’agglO ? Absolument pas ! Le tramway a poursuivi sont bonhomme de chemin, comme si de rien n’était, laissant sur le bord du quai une partie de nos concitoyens qui n’osent pas monter dans ses rames…

Des normes s’imposent pourtant en la matière. Elles concerneront tous les lieux accueillant du public à compter du 1er janvier 2015, mais s’appliquent d’ores et déjà aux constructions neuves. En outre, par delà la stricte conformité à la loi, les collectivités locales doivent avoir à cœur de prendre en compte les besoins précis et quotidiens de leurs habitants, ainsi que des usagers des services publics dont elles ont la responsabilité. C’est là un impératif démocratique majeur.

Dans ces conditions, il est particulièrement choquant de constater quun mode de transport censé faciliter la mobilité de tous se transforme en piège ou en obstacle pour ceux qui ont précisément le plus de difficulté à se déplacer ! La prochaine manifestation organisée par diverses associations de personnes en situation de handicap entend à juste titre dénoncer cette situation ubuesque. Dans le même ordre d’idées, rappelons qu’Orléans ne pointe qu’à la 67ème place dans le baromètre annuel de l’accessibilité récemment publié par l’APF.

Par delà le défaut de concertation dans la conduite des chantiers, cette question essentielle de laccessibilité témoigne une nouvelle fois de lapproche purement comptable que lactuelle majorité de droite (à Orléans comme à lAgglO) met en œuvre dans tout ce quelle entreprend. Or la qualité dun service public ne se mesure pas uniquement par le calcul de son coût, mais aussi et surtout, par la réponse quil apporte aux besoins de ses usagers. De tous ses usagers.

Certes, un aménagement urbain, quel qu’il soit, représente une dépense à la charge de la collectivité. Mais, s’agissant de l’accessibilité de la ville et des transports, cette dépense doit avant tout être envisagée comme une mesure élémentaire d’égalité et de liberté : Liberté d’aller et venir ; égalité dans les actes du quotidien comme devant les charges publiques. Comment concevoir en effet que certains contribuables se voient refuser laccès aux aménagements quils ont eux-mêmes financés?

Il est plus qu’urgent de prendre à bras le corps ce dossier de l’accessibilité, en concertation étroite avec les associations concernées. Les usagers du tram et de l’ensemble des transports en commun de l’agglomération l’attendent avec impatience, tout comme l’espèrent les voyageurs des gares d’Orléans et des Aubrais. Au XXIè siècle, il serait temps de construire enfin la ville pour tous !

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, Transport, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Accessibilité : à quand une mobilité pour tous ?

  1. Xavier Bernard dit :

    Il est malheureusement de bonne guerre de reprocher à ceux du parti politique opposé ce qui n’est pas fait… Soit ! Mais la question de l’accessibilité n’est pas le fait d’un parti plus que d’un autre ! Dans ma commune (dirigée par un maire PS), dans l’agglomération d’Orléans, des aménagements récents (effectués par la municipalité) ne sont pas accessibles aux handicapés… Comme ils se sont faits juste devant chez moi, je peux attester ne pas avoir été concerté… Alors, de grâce, Corinne, ne faites pas de la concertation ni de l’accessibilité une exclusivité de la gauche !

  2. Chani dit :

    Droite, gauche, il est important de défendre le droit de tous. Mais ce qui est choquant, Mr Xavier Bernard, c’est que ces lois ont été présentées aux députés en 2005 par la droite. Et de voir ces lois ne sont pas respectées par des personnes de droite. Ainsi on pourrait leurs donner comme devise : « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ». Je remercie Mme Corinne Leveuleux Teixeira, en tant que citoyenne d’abord et femme politique ensuite de se battre pour que ses lois soient appliquées et de prendre la défense des handicapés pour qu’il puissent avoir accès aux mêmes droits que les valides.
    Juste une citoyenne frappée par la maladie et le handicap et qui aimerai vivre comme tout le monde

  3. Alain dit :

    Après avoir été contre le tram, la majorité municipale et d’AgglO ont mené ce projet dans un désordre incroyable. Il semble que l’enjeu majeur ait été l’inauguration le plus tôt possible, avant les prochaines élections, plutôt que la réflexion et la concertation. Résultat : une très mauvaise accessibilité et un mauvais service rendu aux usagers qui, attendent depuis 9 mois qu’on pose des équipements permettant de savoir quand arrive leur prochain tram ! Pour rappel de tels équipements existaient il y a 20 ans pour les bus ! Quel retour en arrière…

    Mais c’est vrai que quand on fait un tram pour les commerçants de l’hyper-centre, on ne met pas la même priorité que quand on pense d’abord aux habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>