Les valeurs de la politique

En affirmant qu’il voterait « à titre personnel » pour François Hollande, François Bayrou a manifesté un courage politique qui force le respect. Les risques qu’il choisit d’assumer sont en effet importants. Le premier d’entre eux est, sans conteste, de susciter une certaine incompréhension (au mieux), voire une forte hostilité (au pire) d’une partie de sa famille politique, habituée à voir le Centre se situer à droite. Or, de l’incompréhension à la marginalisation, la distance peut être ténue.

Le geste du leader du MoDem soulèvera également, à n’en pas douter, les sarcasmes des blasés, qui considèrent que l’intérêt personnel est le moteur unique de toute action politique et qui parient plus sur l’attrait d’un maroquin ministériel que sur le respect des principes éthiques.

Enfin, les conséquences à moyen et long terme du choix de François Bayrou tiennent du pari sur l’inconnu, car nul ne sait aujourd’hui comment va se recomposer le paysage de la droite au lendemain du 6 mai, ni si le Centre pourra encore y jouer un rôle déterminant.

Pour autant, cette prise de risques n’est pas sans vertu. Elle rend d’abord encore plus remarquable le plaidoyer pour les valeurs développé par le député des Pyrénées Atlantiques. Car c’est bien la référence aux valeurs républicaines d’humanisme, de fraternité et d’ouverture qui est au coeur du débat. C’est cette référence qui explique que, pour la première fois, un leader centriste se détourne du tropisme conservateur propre  aux partis du Centre, en France, pour faire le choix du candidat de la gauche.

En second lieu, cet acte, historique, consacre la stratégie d’indépendance du Centre, en rupture avec son ancrage satellitaire à droite. Cette crédibilité nouvelle, mérite d’être soulignée, tant au niveau  national qu’au niveau local, où elle renforce nettement la position d’un Guy Torreille, par exemple, tout en affaiblissant un peu plus la majorité déjà brinquebalante d’un Serge Grouard.

Enfin, la déclaration de François Bayrou signe la faillite idéologique du sarkozisme et le renvoie sèchement à ce qu’il est : une crispation agressive du pouvoir et une pathologie de la pensée conservatrice. En succombant à la tentation de l’extrémisme, du repli sur soi, de la peur de l’étranger, en érigeant l’islamophobie en ligne politique, Nicolas Sarkozy a fourvoyé la droite. En disant clairement non à ces dérives, François Bayrou a rappelé que l’espace du débat démocratique supposait le respect des autres, que toutes les postures démagogiques n’y étaient pas tenables, et que l’instrumentalisation des passions et des instincts dégradait l’esprit public tout en menaçant  l’unité de la nation. 

C’est pourquoi, quelle que soit leur appartenance politique, tous les républicains devraient saluer le courage tranquille de François Bayrou. 

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les valeurs de la politique

  1. Nana dit :

    D’accord avec vous. J’espère pour lui que Bayrou n’aura aucun ministère dans un gouvernement Hollande, parce que sinon il est politiquement mort, sa vertu va vraiment se transformer en opportunisme honteux.

    Je dirais que dans 5 ans (oui je sais on devrait d’abord s’occuper de …demain) on aura une élection à l’américaine. Des primaires dans les deux camps les plus nombreux, et deux candidats qui seront l’équivalent des « républicains » : une droite conservatrice et libérale où Marine le Pen aura sa place aux côtés de ceux qui lâchent Bayrou et des UMP version durs, et des « démocrates » : une gauche où seront les centristes qui auront suivi Bayrou, quelques UMP écoeurés par la stratégie de Sarkozy, et l’aile droite du PS. Mélenchon a de beaux jours devant lui, du coup. Mais ça va chahuter dur à l’UMP dans les semaines à venir, et ça va être rude au PS dans 5 ans… Simple avis de citoyen pas vraiment expert mais un peu formé.
    Bon courage à Hollande (on va dire qu’il va gagner…) parce qu’il va devoir faire face à 5 ans terribles, au plan économique, social, et de « l’ambiance », on a tellement sombré dans le « Sarko-bashing » (je ne sais même pas comment traduire en français), que du coup Hollande va lui aussi s’en prendre plein la g… Ce genre de mauvaise habitude laisse des traces. On l’a vu dans cette campagne où ça n’a pas volé très haut. Quelque soit l’étendue de mes désaccords et de mon aversion pour notre président, je regrette que ça se manifeste d’une manière aussi basse, violente, irraisonnée, vulgaire…

  2. Pascal C. dit :

    Après lecture de cette interprétation, voici les réflexions qui me viennent à l’esprit
    – je suis d’accord sur le désir d’éloignement de FB de certaines idées extrémistes auxquelles NS s’accommode soudainement et un peu trop facilement..par ailleurs l’agressivité permanente dans les propos de NS est devenu proprement insupportable
    – par contre je ne vois pas le courage qu’évoque Mme Leveleu dans les décisions de FB de se rallier à la gauche, quand tous les sondages du premier et du deuxième tour donnent gagnant FH..On peut y voir tout au plus des desseins de positionnement dans un très probable gouvernement de gauche…car à défaut d’exister auprès de la base (seulement 9,8%), il ne lui reste plutôt qu’à espérer obtenir un poste à responsabilité pour continuer à tenir un rôle dans le paysage politique français. Il ne s’agit donc pas de courage mais plutôt d’opportunisme ou d’intérêt personnel.
    – Enfin, le courage aurait été de donner justement des consignes de vote à l’ensemble de l’électorat du Modem. Le rôle d’un leadership est bien de diriger sa barque dans la tourmente mais pas d’abandonner ses matelots lorsque un choix cornélien se présente..là encore, l’intérêt personnel prend le dessus et son image de leadership s’en trouve largement écornée.

  3. conservateur... dit :

    M. Bayrou a clairement exprimé son choix et je le respecte, le choix bien sûr, car pour avoir pratiqué le bonhomme à plusieurs reprises – non comme afficionado je tiens à le préciser – je ne lui fait nullement confiance et même me méfie de ses déclarations plus lénifiantes qu’apaisantes… cela dit si M. Hollande voulait pratiquer l’ouverture, il aurait plus légitimement sa place avec ses 9, ..% de voix que mme Joly avec un score à peine supérieur à celui de Cheminade…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>