Déni de démocratie

Les commissaires nommés dans l’enquête publique sur la ZAC Carmes Madeleine viennent donc de rendre leur avis. Au terme d’un rapport à charge, qui emprunte beaucoup de ses expressions aux éléments de langage de la communication municipale (par exemple, p. 116 du rapport, on trouve cette déclaration incongrue : « On peut créditer la ville de n’en avoir jamais autant fait pour la restauration du patrimoine »), les commissaires concluent à l’utilité publique de l’ensemble du projet soumis à enquête, y compris l’alignement de la rue des Carmes. Ce faisant, ils prennent l’exact contrepied de la précédente enquête publique, réalisée il y a un peu plus d’un an sur le même projet, qui préconisait pour sa part de ne pas détruire la rue et de la rendre piétonne. Un projet, deux enquêtes, un même commissaire enquêteur, mais deux résultats différents. Bizarre, bizarre…
Outre que la répétition d’une même procédure sur un même sujet interroge sur la légalité de la seconde enquête publique, elle témoigne également de la volonté obstinée de la majorité municipale de mener, contre le plus élémentaire bon sens, son très couteux projet de destruction du patrimoine. MM. Grouard et Carré n’avaient-ils pas déjà usé de leurs fonctions de députés pour œuvrer activement au démantèlement des ZPPAUP, en privant les Architectes des bâtiments de France de leur pouvoir de censure ? Les commissaires enquêteurs s’inscrivent pleinement dans cette veine néo-libérale et dérégulatrice, puisqu’ils vont jusqu’à proposer de « réviser ou modifier les documents de la ZPPAUP ». Cet outil de protection du patrimoine (ou ce qu’il en reste, après le Grenelle II) sera ainsi définitivement relégué au rang d’instrument de communication municipale, beau à regarder mais totalement inefficace, car non contraignant sur le plan réglementaire.
Surtout, les avis recueillis lors de l’enquête publique sont loin d’exprimer une adhésion populaire massive à l’égard du projet municipal. Sur 817 observations retenues par les commissaires enquêteurs, plus de 61% s’expriment clairement contre la destruction de la rue des Carmes, et cela malgré les intenses opérations de propagande municipale menées sur le marché de la place de la République ou via le relais complaisant d’Orléans.mag.
Sur le fond, les commissaires enquêteurs occultent complètement les enjeux patrimoniaux (qui ne sont pas mentionnés dans les inconvénients du projet, p. 19 des conclusions), minorent les enjeux financiers (57 millions d’euros, ce n’est pas une grosse somme à leurs yeux), et banalisent les enjeux sociaux (les expropriations, les inconvénients liés à des travaux prolongés, etc.). En revanche, ils affectent de considérer que « la part croissante de la marche » et « les déplacements à vélo » « justifient pleinement l’élargissement de la rue ». On croit rêver ! On détruit 150 mètres de front bâti sur 40 mètres de profondeur pour faire passer les piétons et les vélos ! On dépense des dizaines de millions d’euros pour implanter une énième grande surface franchisée. On éventre une rue ancienne pour construire un nouvel ilot de la Rape. C’est à pleurer.
Après Louis Lacave, qui avait détruit l’Hôtel Dieu, après Roger Secrétain, fossoyeur du quartier du Châtelet, c’est à présent à Serge Grouard d’illustrer la passion orléanaise pour le bulldozer. Jeanne d’Arc reviens ! Ils sont devenus fous !
Le Tramway, dans la rue des carmes piétonne et non alignée

Le Tramway, dans la Rue des Carmes, piétonne et pas alignée

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Déni de démocratie

  1. LHOMME Jean-Christophe dit :

    et qui à détruit le magnifique hôtel de police de la place Gambetta ??? lol n’était-il pas classé non plus ? quelle belle recherche historique Corinne de Lacave à Grouard en oubliant Sueur, Mr Prost en aurait fait de même mais qui par des logements vétustes de ce quartier Carmes, qui parlent des gens qui logent dans des taudis loués par des marchands de sommeil quant au bulldozeur qui redonne vie à l’ancien évêché, qui a un projet de réhabilitation de l’hôpital Madeleine pour en faire un autre pôle universitaire tous les Maires d’Orléans quelque soit leur étiquette ont joué du bulldozeur, comme les chiens marquent leur territoire, il semble me souvenir que Monsieur Haussmann a été largement vilipendé à son époque en humanisant l’habitat parisien et pourtant en balayant des siècles d’histoire mais au 21ème siècle c’est lui l’histoire urbaine de Paris alors sur ce coup là je ne vous suis pas Corinne, vous connaissez mon attachement à une vie démocratique et populaire à Orléans, je ne suis ni pro Grouard ni anti Sueur, ni à l’inverse, je réagis seulement en citoyen participant au débat démocratique quant à la façon de faire, je vous l’accorde elle est dans l’air du temps de politiques qui pensent incarner l’esprit de la collectivité dont ils sont les représentants élus et qui l’oublient trop souvent à droite comme à gauche j’en ai été témoin que c’est juste le peuple qui leur a donné leur mandat mais qui par habitude s’en croit investit comme s’ils étaient des « Petit Roi Soleil » ou des « petits Buonaparte ». et j’en conviens largement avec vous La forme est exécrable sous couvert de démocratie, mais sur le fond je pense réellement que le projet est bon mais nos échanges loyaux ne sont pas finis j’espère, vous êtes avec certains de vos amis municipaux l’espoir du peuple de gauche à Orléans , je crois en vous, j’espère qu’un jour nous aurons le temps de reparler de tout cela hors de ce net qui parfois tu la convivialité d’un débat élégant et plus de proximité désolé de prendre de votre temps à me lire dans un style parfois trop ampoulé désolé mais on ne se refait pas de multiples années littéraires et dans l’Ed Nat bien à vous très cordialement soyons unis pour dès maintenant commence le Changement et l’espoir porté par FH et tous nos amis candidats aux législatives … à très vite autour du verre de l’Amitié.

  2. conservateur... dit :

    comme il y a fort peu de chance que le préfet ait envie d’aller rétablir l’ordre à la Réunion ou de bénéficier du congé spécial de son corps, il paraît évident qu’il va se rallier à l’avis des commissaires. Il ne reste plus qu’à espérer un miracle électoral et un ministre de la culture plus sensible au patrimoine, non seulement architectural, mais aussi urbain (la rue des Carmes étant une des seuls témoins du maillage médiéval), qu’aux sirènes des tenants de l’hadopi… et si d’aventure la destruction devait hélas se faire, de grâce que les élus choisissent un projet qui ne soit pas seulement celui d’intérêts particuliers. Quant à comparer M. Grouard au baron Haussmann, il y a un fossé que je ne puis franchir et un contexte historique autre…

  3. Jean du MoDem dit :

    Notre chère et maudite La Rep’ du mardi 28 février 2012:
    Pour le maire, « on revient au bon sens. »
    Pour Madame, « Ce que je constate, c’est que les conclusions sont en tout point conformes aux attentes de la mairie, aussi bien sur le fond que sur la forme, avec une reprise , presque mot pour mots, de l’argumentaire de la mairie. Je trouve cela curieux [...]. »

    « Curieux » c’est évidemment le bon sens.

  4. Lagiett dit :

    http://www.avaaz.org/fr/france_votez_pour_la_transparence/?sbc

    98241, c’est le nombre de citoyennes et citoyens qui veulent de la « transparence dans la vie publique », un projet de loi que seul l’UMP n’a pas voté à l’Assemblée en décembre dernier, pourquoi ? « Raison d’Etat » ? Encore deux exemples à Orléans, cette rue des Carmes qu’on veut massacrer au bull-dozer pour satisfaire son électorat bling-bling et peu accueillant … et l’enquête publique qu’on refait et dont on fait triturer les résultats jusqu’à ce qu’elle corresponde à sa volonté hégémonique.
    Vivement un changement de république : celle de Mon Général a été bien dévoyée.

  5. Clint dit :

    C’est un beau déni de démocratie oui… et surtout une honte..!
    J’ose espérer qu’il y aura de nombreux recours et pas seulement celui de la SPPEF !
    Au vu des nombreuses « irrégularités » du dossier, il serait étonnant que le TA n’y trouve pas à redire. A moins que lui aussi, fasse partie du système G……
    Enfin, il y a quand même encore un certain nombre de garde-fous démocratiques avant que la rue ne puisse être détruite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>