Budget 2012 de la ville d'Orléans (2/2). Du pain et des jeux

Je poursuis l’analyse du budget 2012 de la ville d’Orléans. Après avoir examiné les politiques publiques, jetons un oeil du côté des investissements.

2)    Côté investissements, l’essentiel est mobilisé par des dépenses de voirie et la préparation de projets pharaoniques :

  1. La voirie se taille la part du lion. Près de 18 millions d’euros sont mobilisés en 2012 rien que pour l’espace public, dont le budget explose (sur 55 millions d’investissements, soit plus de 32% : cette proportion n’était que de 19% en 2011). Sur cette somme, la voirie représente 10 millions d’euros. C’est ENORME.

Les travaux de voirie, pour importants qu’ils soient, apparaissent clairement majorés par la ville, compte tenu des surcoûts considérables induits par l’utilisation massive de la pierre de Souppes en centre ville, alors qu’il s’agit d’un produit particulièrement onéreux, au rendu contestable (glissance, fragilité).

En outre, rappelons que la ville d’Orléans a dépensé 1,5 millions d’euros en pure perte dans des études et des dévoiements de réseau pour le projet enterré de destruction de la trémie Jaurès.

En 2011, elle a également dépensé 1,5 millions d’euros pour la réfection de la rue Fernand Rabier (environ 100 mètres de long), pourtant en bon état général. Certaines portions de la rue ont même été refaites plusieurs fois (notamment les emplacements de stationnement). Quand on aime, on ne compte pas !

  1. Les grands projets urbains. C’est essentiellement l’Arena qui attire l’attention, avec 4,7 millions inscrits en recettes (de la Région) et en dépenses. Le seul problème, c’est que la Région n’a pas prévu de dépenser cette somme pour l’Arena en 2012. D’où la ville d’Orléans tire donc ces 4,7 millions d’euros ? À moins qu’il ne s’agisse que d’un simple effet d’annonce ?

 

  1. Il conviendra en effet de suivre attentivement l’utilisation de certaines dépenses, annoncées mais pas toujours réalisées. Ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple, la ville avait inscrit 250 000 euros de dépenses en 2011 sur l’indispensable projet de réaménagement du Sanitas (avec notamment la construction du nouveau « Relais » Orléanais). Or, cet argent n’a pas été utilisé. L’inscription de 300 000 euros sur le même projet en 2012 n’est donc que la reconduction des crédits précédents.

 

Au final, plutôt que de privilégier des politiques de solidarité et d’éducation, qui agissent sur le long terme, corrigent les inégalités et confortent le vivre ensemble, la ville d’Orléans mise sur ce qui se voit, sur le tape à l’œil, l’esbroufe. Un seul chiffre à méditer. En 2012, la ville d’Orléans provisionne 510 000 euros pour la préparation du festival de Loire 2013. C’est presque deux fois plus que toutes les aides attribuées par le CCAS en un an !

Du pain et des jeux.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Budget 2012 de la ville d'Orléans (2/2). Du pain et des jeux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>