Une question de cohérence

 Après y avoir mûrement réfléchi et m’en être beaucoup entretenue avec mes amis et conseils politiques, j’ai décidé de ne pas être candidate à la candidature sur la 6ème circonscription du Loiret. Élue de ce secteur dans lequel je vis et milite depuis des années, engagée sur le terrain auprès des citoyens qui y habitent ou y travaillent et des associations qui s’y investissent, j’aurais eu quelque légitimité pour défendre ma candidature auprès des militants socialistes de cette circonscription, et, j’ose le penser, des chances sérieuses de l’emporter face aux prétendants de la droite départementale.

Il m’est toutefois apparu que cette démarche aurait manqué de cohérence au regard des engagements que j’ai déjà pris et surtout de ma volonté farouche d’œuvrer pour la victoire de la gauche à Orléans aux élections municipales de 2014.

J’estime d’abord que les fonctions de législateur requièrent une implication personnelle totale, peu compatible avec l’exercice de missions locales elles mêmes consommatrices de temps et porteuses d’objectifs potentiellement concurrents. Le mandat de parlementaire se doit donc d’être un mandat unique. C’est la condition nécessaire pour que nos députés (et nos sénateurs) se rendent pleinement disponibles aux attentes de nos concitoyens. C’est le prix démocratique à payer pour que nos représentants au parlement recherchent exclusivement l’intérêt général de la nation, par delà la défense des intérêts des communes, des départements ou des régions qui constitue l’horizon légitime des élus locaux. Pour ma part, conseillère municipale d’Orléans depuis 2008 et conseillère régionale du Centre depuis 2010, je m’emploie à remplir ces deux mandats avec sérieux, en y consacrant beaucoup de temps et en travaillant d’arrache pied au service de mes concitoyens. Élue locale, c’est donc sur le plan local que je souhaite m’investir, en sachant qu’il s’agit là d’une œuvre de longue haleine. C’est pourquoi j’entends mener cette mission jusqu’à son terme, sans zapper d’un scrutin à l’autre ni chercher à cumuler les prébendes électives.

Je suis par ailleurs convaincue que les citoyens de notre pays sont las des carrières politiques « à l’ancienne », construites à coups d’empilements de fonctions représentatives ou d’accumulations d’honneurs et de pouvoirs. Ils aspirent à un profond renouvellement de notre personnel et de nos pratiques politiques. Ils souhaitent une meilleure représentativité de nos élus, avec plus de jeunes, plus de femmes, plus de diversité. Or, précisément, le parti auquel j’appartiens compte en son sein de multiples talents qui ne demandent qu’à sortir du boisseau pour s’exprimer en pleine lumière, pourvu qu’on leur en offre l’occasion. Or comment un tel renouvellement serait-il possible si une minorité d’happy few s’estime prédestinée à être candidate à tout ?

Enfin, en choisissant de ne pas m’engager dans l’aventure législative, j’entends privilégier le travail entrepris collectivement au niveau local dans des structures diverses (groupe d’opposition municipale, comité d’agglomération, associations citoyennes, groupes de réflexions, très nombreux relais informels) pour faire triompher les valeurs de solidarité et de partage dans notre bonne ville d’Orléans. Après l’importante échéance de 2012 et la liquidation du sarkozisme, à mes yeux, l’objectif demeure, plus que jamais, les élections municipales de 2014.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Une question de cohérence

  1. Antonio Dias dit :

    JE SUIS PLENEMENT D’ACCORD. Car moi en tant que membre du même parti je me suis porté candidat, même si au départ je n’avais aucune ilusion, car les jeux « étaient faits d’avance », même si les militants doivent voter pour ou contre les tickets gagnants. Le fait même d’être d’origine étrangère, me semble-t’il, m’avait condamner a quelques voix des adhérents de la section de Semoy insufisants pour me porter vers cette possibilité de demain d’être le premier député du Loiret d’origine étrangère. Voila le défie que je voulais honorer, pour faire gagner le PS et nos idées d’un parti ancré à gauche et à l’écoute des citoyens. La balle est désormais dans les « voix » des militants qui voteront … ouseront -ils la diversité et qui plus est un député d’origine étrangère ?

  2. chatdorleans dit :

    Je ne peux que te féliciter pour cette décision: elle est raisonnable, elle est responsable …..Elle est sans doute sage aussi, car cette 6° circonscription fait tant d’envieux en raison de l’espace nouveau qu’elle crée , qu’elle est en train de devenir une sorte de marigot insalubre dans lequel beaucoup risquent de s’ensabler…A moins qu’elle finisse par ressembler au métro à 6 heures du soir….Beaucoup risquent de souffrir du voyage et je suis content que tu ne fasses pas partie des passagers…..

    Bravo Corinne et je t’embrasse.

  3. Fansolo dit :

    C’est effectivement une décision pleine de sagesse que n’aurait pas reniée Maître Yoda en personne ! Bravo Corinne.
    Et en plus, l’expression « ne pas chercher à cumuler les prébendes électives » va certainement entrer dans l’histoire !

  4. LHOMME Jean-Christophe dit :

    bonjour Corinne vous dites : « ne pas chercher à cumuler les prébendes électives » ou bien je ne sais pas ce que cumul veut dire ou encore ce mot n’as pas le même sens pour tout le monde; merci de bien vouloir m’expliquer ce qu’est être élue Municipale à Orléans (et là je trouve votre choix de vous y atteler à fond très cohérent) et en même temps Conseillère Régionale du Centre.

  5. Colin Mesples dit :

    Je fait le meilleure score du département vous trouve bien présomptueuse quant à vos chances de réussite , d’autant que si j’ai bien lu M. Frésot votre candidature n’était pas recevable car vous êtes trop jeune adhérente et comme le dit M Lhomme néanmoins déjà cumularde … Il est vrai qu’au regard de M Chaillou Conseiller Général , Maire , Vice Président de l’AGGLO et Directeur d’une structure parapublique où il a succédé à son oncle votre situation est peu enviable !!!
    Je note que dans sa grande bonté votre parti lui laisse la circonscription ( où avec ce même oncle il maîtrise 2 sections socialistes comptant 80% des militants appelés à voter pour départager les candidats ) .
    Que ce parti qui se veut exemplaire aurait du l’ attribuer à une femme de la diversité au lieu de « donner « celle de Montargis où à 2 reprises le Président Bonneau n’ a pas passé le cap du Premier tour des législatives .
    Pour ce qui est de la 6 elle aurrait selon moi du aller aux Ecologistes qui y ont 2 cantons et la 1 à une femme puisqu’aux dernières législatives une femme y a.

  6. conservateur... dit :

    Je ne peux que vous féliciter de votre courage politique et de votre abnégation, car plus d’un élu local ne rechigne pas à oeuvrer pour le bien national à l’assemblée… : et on voit ce que cela donne ! Pour ma part je n’ai jamais compris ni accepté comment un (une) élu(e) pouvait voter dans un sens à Paris et hurler au loup en province. Comme je l’ai dit plusieurs fois : pas de cumul de mandat, y compris pour les agglo ( qui devraient étre élues de façon démocratique…) pas de renouvellement de mandat, sans une interruption : oh ! que cela va être dur !!!

  7. J-Ch.LHOMME dit :

    je vous serais reconnaissant dans un premier lieu de bien vouloir ne pas déformer mes propos, je n’ai jamais parler de « cumularde » je ne me le permettrais pas aux vues de l’estime que j’ai pour Corinne et pour tout engagement citoyen qu’il soit politique et/ou associatif ou encore socio professionnel – j’ai juste ironisé et Corinne l’a tt à fait compris ; d’autre part vous vous permettez d’attaquer la légitimité de mon AMI Christophe CHAILLOU en esquissant les mots du genre famille, cumulard , poste professionnel privilégié , et au travers de ces vils attaques qui ne me rappellent que trop un certain fond de commerce, vous méprisez le scrutin populaire et les stéolluérans qui ont porté Mr CHAILLOU à des mandats tous légalement acquis quant à la légitimité des écologistes dans cette circonscription je n’en vois guere si ce n’est que vous n’obtiendrez des circonscriptions et un groupe à l’Assemblée qu’au travers de tractations qui ne semble pas agréer votre candidate à la présidentielle qui tout comme Sarko se positionne avec dédain au dessus de cette mèlée voilà Mr Colin MESPLES ce que j’avais à vous dire, Quant à l’analyse de Corinne tout comme celle de MMM, je la partage tout à fait il y a un distinguo à faire entre mandat locaux et nationaux elles y ont réfléchi et ont pris la décision qu’il fallait choisir entre une législature ou l’accomplissement de projets locaux qu’elles défendent avec ferveur depuis des années

  8. JMM dit :

    Les remarques de M Mesples pour ce qui concerne l’attibution des circonscription me paraissent assez bien vues , attribuer Montargis à une femme de la diversité me parait caricatural et même contreproductif en terme d’image.

  9. colin dit :

    Les amitiés qui exonèrent ont conduit le PS et la gauche au bord du gouffre , l’omerta des élus et des journalistes les coupent du peuple et laissent le sentiment d’un grand marigot où viennent pêcher les populistes de tout poil .
    Je maintiens qu’une candidate de la diversité ( il ne doit pas en manquer sur St Jean de la Ruelle ) ça aurrait eu plus de gueule qu’à Montargis sans pour autant nuire gravement aux intérêts de l’ami de M Lhomme .
    Les gens du peuple sont plus sensibles aux dérives de ceux qui se réclament d’eux , en ce sens l’ emploi de la compagne de Jean Germain au cabinet du Président de Région me semble plus problématique que celle de M Grouard comme attaché parlementaire de son époux .

  10. Jean du MoDem dit :

    Notre chère et maudite La Rep’ nous annonce le même jour, samedi 19 novembre 2011, dans deux articles différents que Madame « ne compte pas les trois ans d’ancienneté en continu au sein du PS, condition exigée par le bureau national pour postuler aux législatives. Cinq petites semaines lui manqueraient… ».
    Et l’article suivant « Ce sera les municipales »: « Pour une question de « cohérence » politique », dit-elle, elle privilégiera par conséquent, son mandat local, refusant « tout cumul »… »
    Remarquer les points de suspension.

    Que croire?

  11. @ Colin Mesples : ma candidature était parfaitement recevable, et juridiquement, et politiquement. Contrairement à ce que d’aucuns, mal informés ou mal intentionnés, ont pu écrire ou dire ici ou là, le fait de ne pas me présenter aux législatives relève bien d’un choix de ma part, et non pas d’une contrainte. Au regard de ce débat assez misérable, je conclus que ce type de décisions semble encore si extraordinaire dans nos moeurs contemporaines qu’on préfère leur prêter d’obscures justifications plutôt que d’en faire crédit à ceux lui les prennent.
    @ Jean du MoDem : la différence entre les deux articles s’explique aisément. l’un des deux journalistes n’a pas cru bon de m’appeler avant d’écrire sur mon compte. L’autre l’a fait.

  12. Jean du MoDem dit :

    Madame réagit à l’article paru le mardi 3 janvier 2012 dans notre chère et maudite La Rep’.

    Il est probable que le journaliste ne l’ait pas appelée avant d’écrire le lendemain, mercredi 4 janvier: « Corinne Leveleux-Teixeira crie à l’infamie, au mensonge et invoque « des raisons de cohérence politique et d’éthique personnelle ». D’autres évoqueront une autre vérité: chez Corinne Leveleux-Teixeira, le temps d’adhésion au PS, exigé par la commission d’investiture, s’est révélé un rien trop court. Du coup, le risque de voir sa candidature à l’investiture invalidée par les sphères parisiennes était réel. Corinne Leveleux-Teixeira, pour cette raison, a fort logiquement jeté l’éponge. »

    La devise du journal Sud-Ouest est: « Les faits sont sacrés, les commentaires libres ».
    « D’autres évoqueront une autre vérité ». Autres au pluriel. Ce fait est-il sacré?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>