Requalification du boulevard Jaurès. Un mail à l’endroit, un mail à l’envers : des conclusions soigneusement tricotées

Un mois après la communication de ses conclusions, la ville d’Orléans publie enfin sur son site le rapport rendu par le commissaire enquêteur sur le projet de requalification du mail Jaurès. Il s’agit d’un texte extrêmement équilibré, nuancé et complexe, qui prend bien la mesure d’un projet qui, quoique piloté depuis le début par la ville d’Orléans, avait pourtant structurellement une dimension d’agglomération. A la lecture de ce document on comprend mieux pourquoi le maire d’Orléans a pris la décision de « reporter » une opération qu’il était dans l’incapacité manifeste de mener à bien, faute d’une maturation suffisante du dossier. L’écoute affichée n’est une fois de plus que le masque transparent d’une déroute technique réelle. Les Orléanais commencent malheureusement à en avoir l’habitude.

En effet, contrairement aux affirmations de Serge Grouard, les conclusions rendues par Patrick Drouet sont loin d’être unanimement favorables à l’opération projetée mais pointent plutôt avec perspicacité ses faiblesses, ses insuffisances et ses difficultés de mise en œuvre. D’un strict point de vue formel, ces conclusions sont assorties d’une réserve, de huit recommandations et de quatre « suggestions ». Cela fait tout de même beaucoup de correctifs pour un projet soi-disant « parfaitement finalisé » ! Sur le fond, les préconisations du commissaire enquêteur reprennent la plupart des propositions avancées par les groupes d’opposition et constituent un véritable réservoir d’idées et de réflexions à concrétiser au plus vite. S’il y a hélas peu de chances qu’elles puissent voir le jour au cours du présent mandat, si mal engagé, gageons qu’elles pourront être mises en œuvre dès la prochaine mandature.

Trois axes principaux se dégagent de ces propositions. Le groupe des élus socialistes, verts et apparentés, qui s’est déjà positionné dans leur direction, continue bien évidemment de les faire siens :

1)   La priorité aux transports en commun. Elle passe notamment par la réalisation d’un site propre sur les mails, qui pourrait en outre être prolongé vers La Source, en empruntant la voie rapide Gaston Galloux (la RD 2020 étant saturée). C’est d’ailleurs sur ce point, que nous avions soulevé en conseil municipal, puis rappelé lors de l’enquête publique, que porte la réserve du commissaire enquêteur : « Que l’étude de faisabilité à la mise en place, sur le boulevard Jaurès, d’une voie réservée aux bus et aux cycles (voie accolée) soit réalisée. »

2)   Une gestion des flux automobiles très en amont du centre ville, par l’aménagement d’une sortie de l’A71 en rive gauche de Loire, raccordée sur le réseau existant, par la mise en place d’une tarification préférentielle et subventionnée (nous demandons la gratuité) pour les personnes habitant et/ou travaillant dans l’agglomération, par l’aménagement des têtes sud et nord du Pont de l’Europe et par une réflexion sur le contournement de l’agglo.

3)   Une meilleure collaboration des collectivités en charge des dossiers (AgglO, ville d’Orléans et département), dont la mésentente persistante nuit à l’avancée des projets et à la prise en compte de l’intérêt général.

Il s’agit là de propositions de bon sens, dont certaines pourraient  être mises en œuvre rapidement avec les marges de manœuvre financières (plus de 20 millions d’euros) dégagées par le premier projet de requalification des mails. On dit chiche ?

 

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Requalification du boulevard Jaurès. Un mail à l’endroit, un mail à l’envers : des conclusions soigneusement tricotées

  1. Jean du MoDem dit :

    Dans les mots de l’AgglO de La Rep’ du Week-end du 12 et 13 mars 201, on peut lire: « Sous le titre « un mail à l’endroit, un mail à l’envers; des conclusions soigneusement tricotées », l’élue dénonce, au nom du groupe d’opposition , « les faiblesses, les insuffisances et les difficultés de mise en œuvre du projet ». Voilà la majorité habillée pour le printemps ».
    Que d’erreurs!
    Ce sont les conclusions de l’étude qui pointent les faiblesses…et non Madame qui dénonce.
    La couleur rose du tricot en laine montre qu’il ne s’agit pas d’habiller la majorité pour le printemps (la laine) mais témoigne de l’esprit guerrier de Madame qui poursuit la préparation de sa conquête de la mairie en « confectionnant » des cottes de mailles pour ses partisans. « gageons qu’elles pourront être mises en œuvre dès la prochaine mandature ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>