Le Gaullisme n'est plus ce qu'il était

Les élus socialistes verts et apparentés, communistes et progressistes d’Orléans condamnent les propos tenus par Serge Grouard qui renvoyaient dos à dos le Front National et le Parti socialiste.

Maire d’Orléans et représentant du peuple à l’Assemblée Nationale, Serge Grouard, qui se dit gaulliste, refuse d’appeler à un front républicain contre l’extrême droite dans le Loiret. Faut-il que le premier magistrat d’Orléans ait oublié les valeurs républicaines de résistance et de rassemblement du Gaullisme historique pour se laisser à des calculs politiques d’un si médiocre niveau !

Plus près de nous, rappelons qu’une certaine droite locale s’était déjà compromise avec le Front National lors des élections régionales de 1998 et qu’à l’inverse, Jacques Chirac a été élu président de la République en 2002 grâce à un rassemblement républicain des électeurs de droite et de gauche face à Jean Marie Le Pen.

La stratégie du « ni ni » définie par Nicolas Sarkozy et consciencieusement appliquée par le maire d’Orléans et par le président du Conseil Général du Loiret est dangereuse pour notre démocratie, déjà si fragilisée par l’abstention. Les élus UMP, par manque de clarté et de fermeté, distillent l’image d’une collusion idéologique pernicieuse entre les partis républicains et un front national dont les racines idéologiques sont fascistes et autoritaires. Les propos récents de Chantal Brunel et de Claude Guéant ajoutés, aux innombrables dérapages de Brice Hortefeux et aux égarements du débat sur l’identité nationale ont largement nourri cette ambiguïté délibérée.

Les élus socialistes verts et apparentés, communistes et progressistes d’Orléans appellent donc Serge Grouard à se ressaisir. Ils l’invitent à suivre la position claire de Jean-Louis Borloo et de François Fillon incitant l’ensemble des électeurs de tous les cantons à faire barrage à l’extrême droite.

Les élus socialistes verts et apparentés, communistes et progressistes, pour leur part, demandent sans ambigüité à l’ensemble des électeurs concernés de faire barrage au FN en votant pour le candidat républicain présent au second tour. Pas une voix de gauche ne doit manquer pour barrer la route aux idées de la famille Le Pen.

Les groupes d’opposition municipale Socialistes, verts et apparentés, Communistes et progressistes

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Le Gaullisme n'est plus ce qu'il était

  1. minijack dit :

    Arrêtez la démagogie ! C’est lassant ce genre d’argument fallacieux. Ne faites pas éternellement aux français le coup de confondre élections nationales et locales ! On crève de ce genre d’amalgames.
    La Démocratie ne sera pas en danger si quelques représentants du FN (dont 95% des électeurs sont des citoyens comme les autres, ne l’oublions pas) parviennent ici ou là à se glisser jusqu’à un siège d’Assemblée Territoriale…

    Soyez assurée que ce serait très différent s’il s’agissait d’une élection présidentielle comme en 2002 ou même législative.
    Nul doute qu’alors les Gaullistes se joindraient à un front républicain pour écarter le danger fasciste chaque fois qu’il se présenterait. Mais nous n’en sommes pas là, en tous cas pas encore !

  2. CLT dit :

    Le pb n’est pas la représentation du FN (il siège déjà dans certaines instances, notamment au conseil régional), mais l’absence de choix de certains politiques de la droite dite « républicaine » et le manque de clarté de leur discours.
    J’ajoute que dans le cas de Serge Grouard, sa prise de position est d’autant plus choquante qu’il a souhaité intégrer dans son équipe municipale des élus Modem et « gauche moderne », à un moment où « l’ouverture » était bien portée chez les Sarkozistes. Quelle est, dès lors, la cohérence de son positionnement politique? A part tromper le gogo, je ne vois pas. C’est de ce genre de contradictions et d’approximations que meurt la démocratie. A force de vouloir abuser l’électeur, on finit par le lasser. Et à force de chasser sur les terres du Front National, on brouille les valeurs du bon vieux pacte républicain. La distinction entre local et national est un sophisme. Une élection est une élection.
    Le jeu de la droite n’est pas seulement un jeu démagogique. C’est un jeu dangereux. Et une stratégie de suicide collectif.

  3. minijack dit :

    « La distinction entre local et national est un sophisme. Une élection est une élection. » ?

    Ah bon ? Alors si tout se vaut, pourquoi vous être présentée aux Régionales puisque vous étiez déjà conseillère municipale ? C’est bien qu’à vos yeux il y avait une certaine différence… Et à l’évidence il y en a une plus grande encore entre l’élection présidentielle et les élections cantonales.

    Ne faites pas la fausse naïve, vous comme moi savons à quoi nous en tenir quant à cette confusion permanente soigneusement entretenue par l’Opposition afin de susciter une contestation globale faute d’avoir des arguments pertinents à exposer au plan local… Mais c’est bien dommage, car à ce petit jeu, c’est en fin de compte la Démocratie qui perdra.

  4. chatdorleans dit :

    @Minijack

    Quand arrêterez vous, ici comme ailleurs d’accuser tout le monde de ce dont vous êtes vous même capable…..et même coutumier ?
    La bonne conscience à ce prix, ça n’est peut être pas cher mais ça n’épate plus personne !…….

  5. M45 dit :

    Quand aurez vous surtout compris que nous pauvres « gogos » d’électeurs en avons marre des calculs stupides de ceux qui nous représentent. J’assume le fait d’être abstentionniste, j’assume le fait de ne plus croire en ce que vous appelez démocratie et qui n’en est plus une. Vous avez peur du FN uniquement parce qu’il vous pique, pensez vous les voix. Tremblez d’avoir cru qu’une fois élus aux postes les plus prestigieux tant convoités vos promesses soient redevenus poussières. Ce n’est pas à cette élection là qu’il faudrait s’abstenir, mais aux plus importantes.

    Pourqu’une fois pour toute, vous cessiez de prendre les électeurs pour des « gogos ».

  6. Abstentionniste et anonyme. Bravo!
    Cher M45, la politique de la chaise vide est toujours la pire possible. Comment voulez vous interpréter un silence?
    Si vous estimez que vos élus font mal leur travail allez le leur dire! Ecrivez leur, rencontrez les! Tous tiennent des permanences, ont des téléphones, des lieux où l’on peut les voir et les engueuler si nécessaire.
    La démocratie, avant d’être le marché électoral que vous déplorez (et qui me révulse tout autant que vous), c’est avant tout un dialogue noué par la confiance en l’intelligence de votre interlocuteur. C’est cette confiance qui n’existe plus, et c’est cela qui est dangereux, détestable, délétère.
    Demandez aux plus faibles, aux étrangers, aux malades, aux fins de droit ce qu’ils en pensent. Ce sont eux qui paient les pots cassés à la fin.
    A votre disposition pour en parler quand vous voulez. En face à face.

    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>