Frédéric Mitterrand ou les méfaits du sarkozisme culturel

Dans un courrier récent adressé au préfet de région ainsi qu’au maire d’Orléans, le ministre de la culture et de la communication a rendu un avis positif (quoique particulièrement alambiqué) sur le projet d’alignement de la rue des Carmes.

Cette décision qui n’est ni motivée juridiquement, ni argumentée rationnellement traduit le fait du prince, dans toute sa brutalité. Elle était pourtant parfaitement prévisible, et, à dire vrai, peu surprenante, au regard de la politique suivie par M. Mitterrand et avant lui par Mme Albanel rue de Valois. Cette capitulation en rase campagne s’inscrit en effet dans le contexte plus général du démantèlement des protections patrimoniales qui avaient été patiemment érigées depuis des décennies comme autant de remparts contre la rapacité des promoteurs et les visions à court terme de certains élus locaux.

Ainsi, le ministre qui sacrifie aujourd’hui la rue des Carmes d’un trait de plume est aussi celui qui donna hier son accord à la disparition de l’avis conforme des architectes des bâtiments de France, ces empêcheurs de bétonner en rond – disparition réclamée à grands cris, on s’en souvient, par les députés Carré et Grouard. Poursuivant sur sa lancée, M. Mitterrand vient d’ailleurs de rappeler aux préfets de région la prochaine disparition des zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) remplacées par de simples « aires de mise en valeur » (discours du 3 septembre 2010). L’exigence de protection cède ainsi la place à une vague logique de mise en valeur qui laisse les coudées franches aux variations des subjectivités individuelles et aux jeux des intérêts locaux. Or, on le sait, les biens culturels sont fragiles, et supportent mal le choc d’une concurrence débridée. C’est d’ailleurs ce constat qui avait, en son temps, suscité l’émergence de la notion « d’exception culturelle » applicable dans le cadre de l’organisation mondiale du commerce. L’abandon de ces protections signe donc la promesse de catastrophes patrimoniales annoncées.

En matière culturelle comme en matière financière, l’État se désengage. L’arbitre neutre et impartial qu’il était se retire, laissant une place vide, où les impératifs du court terme et l’âpreté des calculs financiers auront tôt fait de briser les capacités de résistance des défenseurs du patrimoine. Que peuvent encore quelques vieilles maisons contre des promoteurs puissants ? Que vaut un paysage de Loire contre une Arena ? Que pèse le bien commun contre le poids du bling bling ?

A Orléans, comme ailleurs, quand le sarkozysme culturel est en marche, les bulldozers ne sont pas loin.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Frédéric Mitterrand ou les méfaits du sarkozisme culturel

  1. Ping : Frédéric Mitterrand ou les méfaits du sarkozisme culturel « Blog Orléans

  2. Fansolo dit :

    FM pense à ses prochains « Destins Brisés » qu’il présentera en 2012 quand il aura quitté le gouvernement :
    « Bonsoaaaaâaar ! Issue d’un passé architectural recomposé, l’éternelle rue des Carmes n’a pas supporté le destin d’un carré passé maître dans l’art du rasage… »

  3. Ping : Flaubert et l’Europe au secours des Roms

  4. Jean du MoDem dit :

    « les capacités de résistance des défenseurs du patrimoine. ».
    Madame oublie de parler de ses capacités de résistance.
    Elle a ordonné à Miguel de bombarder ce projet (lire les articles de Miguel sur son ex-blog) et notre ami BCT le confirme: http://polikarpov.over-blog.com/article-vacances-au-devinez-56610880.html
    Miguel, canonnier médiocre voire nul a échoué.
    Dans La Rep’ du mercredi 8 septembre 2010 elle nous précise qu’elle veut bien se mettre au parachutisme ascensionnel, c’est à dire prendre de la hauteur pour mieux dominer le débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>