Piétonisation : la majorité municipale a un tramway de retard

Voici un communiqué de presse publié en réponse à une double interview de M. Foussier et de Mme Pinault.

Dans une récente interview à La République du Centre, M. François Foussier, adjoint chargé du commerce, et Mme Elisa Pinault, qui l’a remplacé à la tête de l’association « Les vitrines d’Orléans », s’épanchent longuement sur le « danger » que représenterait la piétonisation de la rue des Carmes.

Et là, on croit rêver, ou plutôt l’on frémit en découvrant une argumentation qui transpire la peur et l’absence totale de vision urbaine forte.

En premier lieu, les consommateurs que nous sommes frissonnent d’angoisse à la lecture de cette affirmation de Mme Pinault : « La décision de piétonniser peut être dramatique et tuer le centre-ville. » Diable ! « Tuer le centre ville » ! Rien que cela ? Mais alors, il doit être bien malade, si la seule piétonisation d’une rue (déjà fermée à la circulation depuis de longs mois, du fait des travaux du tram) suffit à le faire disparaître ! Vite, qu’on déclare l’urgence ! Qu’on organise la mobilisation générale ! Qu’on sonne le tocsin ! Qu’on agisse enfin ! Qu’attend M. Foussier, par exemple, pour enfin mettre en place le nouveau droit de préemption sur les fonds de commerce créé par une loi de … 2005 ? C’est pourtant un outil de maîtrise urbaine et commerciale, qui devrait permettre de conserver la diversité des activités et de dynamiser les commerces de proximité au cœur de notre ville. Pourquoi tant tarder à le mettre en œuvre ? De même, qu’attend M. Foussier pour installer dans la halle Charpenterie ces belles locomotives commerciales qu’il nous promet depuis si longtemps mais qui semblent tarder à sortir du garage pour entrer en gare d’Orléans ? Et pourquoi n’a-t-il toujours par trouvé un repreneur pour le Champion de la Source ?

Autre argument développé par M. Foussier et Mme Pinault : la question des flux de véhicules, la rue des Carmes étant arbitrairement qualifiée de « pénétrante importante sur Orléans ». Outre qu’ils mélangent, pour les ajouter, les flux de véhicules entrants et sortants, ils omettent soigneusement de préciser où vont ces fameuses voitures qui empruntent la rue des Carmes. Est-on certain qu’elles se précipitent vers les boutiques du centre ville pour y faire leurs emplettes ? Où transitent ces flux après les Carmes? Ne s’agit-il pas, tout simplement de riverains ? Aujourd’hui, cette « pénétrante importante » est fermée à la circulation, et vit-on pour autant un cataclysme commercial ? Le centre ville est-il moribond ? Pourquoi, d’ailleurs, ne pas faire le parallèle avec la rue Théophile Chollet (axe Nord/sud) et ses 10 000 véhicules jour, qui va être mise en voie piétonne, sans susciter d’inquiétude particulière de la part de M. Foussier ? En vérité, la piétonisation de la rue des Carmes est dans la logique même de la seconde ligne de tramway : là où l’on met en place ce type de transport en commun, les flux de véhicules se tarissent d’eux mêmes, puisque le tram offre une alternative crédible à l’automobile.

Et puis, il faut aussi sortir d’Orléans ! Partout en France, des zones piétonnes se mettent en place : à Strasbourg, Nancy, Metz, Chartres, Annecy, La Rochelle, pour n’en citer que quelques-uns, ce sont des dizaines et des dizaines de kilomètres de linéaires piétons qui sont déployés, sans tuer le commerce de proximité. Pourquoi en serait-il autrement à Orléans ? Les habitants réclament cette  piétonisation. Au nom de quoi la leur refuser ?

Par ailleurs, il n’est pas sain d’opposer les quartiers les uns aux autres. Pourquoi ce qui est bon pour les Carmes serait-il mauvais pour la rue Royale ? Ce n’est pas en termes de concurrence qu’il faut penser la ville, mais en termes de dynamisme et de complémentarité. A ce titre, la piétonisation de la rue des Carmes constitue bien un atout majeur pour notre cité.

Il serait possible de réfuter point par point l’ensemble de ces arguments. Là n’est point l’essentiel. L’essentiel, c’est qu’ils témoignent d’une vision de la ville rétrograde et frileuse. M. Foussier pense la commercialité comme si elle n’avait pas changé depuis 30 ans. Aujourd’hui, les centres commerciaux s’essoufflent et perdent de plus en plus de clients. L’heure est au commerce de proximité, à forte valeur ajoutée, avec une bonne qualité de service rendu et une dimension relationnelle forte. La rue des Carmes, avec ces boutiques très diversifiées et sa large gamme de produits répond à cette demande nouvelle. Elle n’a pas besoin d’une hypothétique locomotive commerciale.

Enfin, à l’heure du sommet de Copenhague, on ne peut qu’être sidéré par les propos ouvertement contraires au développement durable formulés par l’adjoint au maire d’Orléans. Ce que nous promet M. Foussier, c’est toujours plus de voitures, toujours plus de bouchons, toujours plus de pollution. C’est un consternant retour en arrière que réclame celui qui fut l’adversaire le plus acharné de la piétonisation de la rue de la République. M. Foussier, toujours visionnaire, a, une fois de plus une locomotive (commerciale) de retard.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Piétonisation : la majorité municipale a un tramway de retard

  1. colin dit :

    On est sidéré par la vision passéiste de l’aménagement urbain de ces personnes : ils en sont encore à croire que les rues pietonnes tuent le commerce … comme le tram ??? Heureusement que le collectif tient bon face à l’agglo . A ce sujet on s’interroge sur la réaction du Maire de St Jean de Braye qui après avoir obtenu ,grace à eux , les modifications sur sa commune flingue les autres aménagements en s’alignant sur la position des Lemeignan -Grouard-Foussier !!!

  2. Jean du MoDem dit :

    Cette fois-ci, La Rep’ ne s’est pas trompée sur l’autrice du communiqué de presse, ou CDG s’est déguisé en Corinne. Je suggère que pour la prochaine fois il opte pour une tête multiple représentant tous les membres du groupe.
    À moins que l’Ordinaire ait commencé sa prise de pouvoir.

  3. minijack dit :

    « …les flux de véhicules se tarissent d’eux mêmes, puisque le tram offre une alternative crédible à l’automobile. »

    Qu’est-ce que c’est que ce stakhanovisme ?
    Jamais nulle part en France le Tram n’a éradiqué la circulation automobile !
    Il peut participer à sa « relative diminution », certes, c’est tout à fait vrai et c’est même souhaitable, mais les divers moyens de déplacements doivent se « compléter », pas se remplacer.
    Arrêtez de rêver. Les TCP ne replaceront JAMAIS le moyen d’indépendance et de liberté extraordinaire qu’est le véhicule personnel. Penser le contraire relève de l’utopie ou d’un autoritarisme de soviets. Vous me rendez malade !

    Dans une ville comme Orléans pour que des TCP fonctionnent à 100% en remplacement des véhicules individuels, il faudrait que la densité de population soit le double de ce qu’elle est et que des services de taxis collectifs offrent, à des tarifs comparables au ticket de bus, la desserte des zones situées au-delà de la bande de 200m de chaque côté du trajet du Tram. Autant dire que c’est de la science-fiction.

    Même si dans les trente ans qui viennent la population doublait et qu’on construise deux ou trois autres lignes de Tram pour établir un maillage vraiment dense (je ne vous parle pas des difficultés techniques !), il n’est pas du tout évident que les gens se passeraient de leur voiture pour venir en centre-ville.
    Le résultat serait à tous les coups exactement contraire à ce qui est souhaitable et les activités de centre-ville péricliteraient au profit des zones commerciales de banlieues.

    Piétonniser les accès au centre-ville revient à mettre fin de manière radicale à la difficulté croissante d’y stationner : un fait qui est déjà la cause principale de l’établissement des zones commerciales à l’extérieur depuis trente ans.
    Foussier a entièrement raison. La piétonnisation de la rue des Carmes serait la mort des commerces du centre-ville.
    Il ne faut pas confondre les avantages d’un « Centre-Ancien », piétonnier certes, mais à destination totalement touristique, et les autres parties du centre-ville qui elles sont essentiellement commerciales.

  4. Will dit :

    Deux questions :
    Dans la controverse actuelle (piétonisation = mort commerciale du centre ville /piétonisation = dynamisme et avenir) quels seraient les moyens rigoureux et dépassionnés de trancher la question ?

    Je m’abuse peut-être mais, ce communiqué ou les arguments qu’il apporte au débat ont-ils été publiés dans la presse locale ?

  5. CLT dit :

    @Will : partout où des villes ont étendu leur secteur piétonnier, cette extension s’est révélée favorable aux commerces.
    Quant à ce communiqué, il a été publié partiellement dans la République du Centre de la semaine dernière.

  6. Miguel dit :

    Moi, ce qui me choque, c’est que Mr Foussier et la majorité ont l’impression que le quartier Carmes sont à l’extérieur de la ville. Est-ce que le centre-ville, c’est juste la rue de la République + la moitié de la rue Royal (où Mr Foussier a son magasin) ou est-ce que c’est plus large ?

    Pour avoir habité dans le quartier Carmes, je peux dire qu’on est vraiment dans le coeur de ville avec les mêmes contraintes, les mêmes avantages,…

    Lorsque Mr Grouard s’essaye à la démocratie participative, il fait un forum « coeur de ville » regroupant le quartier Bourgogne/république avec le quartier Carmes. Quand il envisage des travaux, il dit que les Carmes sont une pénétrante vers le coeur de ville. Faudrait savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>