Lettre ouverte à Charles Eric Lemaignen

Monsieur le Président,

Jeudi prochain doit avoir lieu un vote important du conseil d’agglomération relatif à la finalisation de la seconde ligne de tramway. Conformément aux préconisations de la récente enquête publique, les membres du conseil de communauté auront à se prononcer sur une modification de tracé portant sur la commune de Saint Jean de Braye et sur l’adoption du tracé dit « D2 ter », intégralement en site propre.

Par ailleurs, vous vous êtes dit prêt à lancer très vite des études sur des extensions est et ouest de la ligne 2, en direction de Chécy et de la Chapelle Saint Mesmin et à participer à un groupe de travail pour étudier la complémentarité entre la ligne 2 du tram et la liaison ferroviaire Orléans et Châteauneuf.

Partout dans l’agglomération, notamment grâce au travail des élus de gauche, le dossier du tram avance, et, sans être parfait, il a aujourd’hui meilleure allure que dans sa configuration initiale.

Et à Orléans ? A Orléans, rien ne bouge. Le dossier est tout simplement verrouillé, mis sous cloche, non négociable. C’est pourtant là qu’il est le plus mal ficelé. Dans la ville centre, nous sommes en effet à la fois en cœur de réseau et dans la zone où la densité de population et de circulation est la plus élevée. Après le vote de la D2 ter, ce sera aussi la seule zone où la circulation du tramway ne se fera pas en site propre mais en concurrence avec les voitures faubourg Madeleine et rue des Carmes. Bien des incertitudes demeurent encore sur la gestion des flux de circulation en plusieurs endroits clefs de ce secteur. Rappelons brièvement ces différents problèmes :

–       1) faubourg Madeleine : aux heures de pointes, entre la circulation automobile, le stationnement, et les rames de tram, comment garantir vitesse, régularité et ponctualité aux usagers des transports publics ? Or, ces critères sont ceux qui rendent attractifs le tramway !

–       2) carrefour Jaurès : aux heures de pointe, là où les gens qui travaillent, les lycéens, les étudiants prennent en masse les transports en commun, mais où d’autres, tout aussi nombreux empruntent les mails avec leurs voitures, comment seront gérés ces conflits dans les flux de circulation ? Les feux du tram seront-ils prioritaires ? Comment éviter les bouchons ?

–       3) Rue des Carmes, le flou le plus total règne sur ce qui va être entrepris, les projets de l’agglO et de la ville d’Orléans n’étant guère compatibles l’un avec l’autre ;

–       4) Place de Gaulle, les risques de congestion du trafic sont importants, puisque cette zone cumule le double handicap de se trouver au débouché de la longue séquence de site partagé et d’être au croisement des deux lignes. Tout concourt à en faire un point de cristallisation de tous les dysfonctionnements de la ligne 2 liés à l’absence de site propre.

Cette question du site propre n’est donc pas un point technique secondaire. Il s’agit d’une condition cruciale pour le bon fonctionnement de la ligne. De nombreuses études estiment en effet qu’en dessous de 20km/heure de vitesse commerciale, un tramway n’offre pas une alternative pertinente à d’autres modes de déplacements urbains. Avec les deux points noirs que sont la traversée du faubourg Madeleine et celle de la rue des Carmes, la ligne 2 aura une vitesse commerciale établie à 16km/h seulement… Un avantage comparatif bien faible pour un tramway aussi cher !

C’est pourquoi les conseillers municipaux d’Orléans du groupe socialistes, verts et apparentés, conscients de l’importance fondamentale des enjeux de cette seconde ligne de tramway, vous demandent de prendre très vite les mesures assurant la mise en site propre de ce cœur du réseau.

Pour commencer, les élus de l’opposition proposent que soit acté le principe d’une piétonisation de la rue des Carmes en lien avec le passage du tramway. Actuellement, et de façon totalement irrationnelle, l’aménagement de cette rue fait l’objet de deux projets concurrents entre la ville et l’agglO. Côté ville, un élargissement coûteux et inutile de la voie est prévu, afin de favoriser le passage des voitures, en plus du tramway. Côté agglo, conformément à la lettre et à l’esprit de la déclaration d’utilité publique, aucun élargissement n’est programmé, mais un partage du site entre tramway et voitures sur la partie étroite de la rue. Une belle pagaille en perspective !

Le rue des Carmes en travaux

La piétonisation de cette rue permettrait donc de dépasser une partie des contradictions politiques qui se sont faites jour entre deux collectivités pourtant sensées travailler main dans la main.

Pour être efficace, cette piétonisation doit être décidée maintenant, et non repoussée aux calendes grecques. Plusieurs raisons militent pour cet engagement rapide.

Une raison politique d’abord: les habitants y sont prêts et réclament haut et fort cette piétonisation. Celle-ci constituerait donc une décision populaire, cohérente avec les objectifs de développement durable que la ville d’Orléans prétend vouloir poursuivre.

Une raison technique ensuite : cette piétonisation doit être pensée en cohérence avec le passage du tramway, et non déconnectée de sa mise en œuvre. La construction de la ligne 2 induira en effet des modifications substantielles de la circulation automobile qui constituent une excellente opportunité pour mettre en œuvre une telle piétonisation. En outre, l’aménagement de la plate forme du tramway n’est pas le même selon qu’il y ait ou non piétonisation. Dans le premier cas, la plateforme est d’un seul tenant, sans trottoir. Dans l’autre cas, un emmarchement doit être prévu pour distinguer la partie piétonnière et l’espace dévolu aux circulations automobiles ; un trottoir central est également adjoint pour empêcher les voitures de doubler le tramway sur la gauche et éviter un choc frontal avec une rame arrivant en contresens.

Une raison financière enfin : la solution de la piétonisation (si elle est réalisée sans élargissement) est la moins coûteuse en termes d’aménagement. Or, lorsqu’on décide d’engager plus de 300 millions d’Euros pour réaliser la deuxième ligne, il peut sembler opportun de saisir la moindre des propositions d’économie ! Par ailleurs, personne ne comprendrait, que pour un tel montant, on ne fasse pas tout pour garantir l’apport qualitatif et quantitatif du nouveau mode de transport. Le site propre et la priorité aux carrefours font partie de ces critères d’efficacité fonctionnelle, non négociables !

La mise en circulation piétonne, décidée par la ville d’Orléans et actée par l’agglO, constituerait une avancée qualitative considérable pour la seconde ligne de tramway, en levant tout de suite, sans coût supplémentaire induit, l’un des points noirs du tracé actuel.

Dans un second temps, des études pourraient être lancées pour aboutir à un site propre intégral incluant également le secteur du faubourg Madeleine, tout aussi essentiel pour le bon fonctionnement de CLEO.

Ce sont ces propositions que nous portons, en élus responsables, parce qu’elles sont au service de l’intérêt général. Nous souhaitons nous en entretenir avec vous, dans l’espoir de parvenir rapidement à un accord.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de notre considération la meilleure.

Corinne Leveleux-Teixeira, Michel Brard, Baptiste Chapuis, Jean-Philippe Grand, Ghislaine Kounowski, Carole Miko, Marie-Thérèse Noël, Elsa Pelloie, Avelino Valle.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Lettre ouverte à Charles Eric Lemaignen

  1. Laudes dit :

    Où avez-vous imaginé que les habitants du quartier Carmes-Bannier, soient prêts et favorables à une piétonnisation de la rue des Carmes ? Même avec un seul n !

    « Une raison politique d’abord: les habitants y sont prêts et réclament haut et fort cette piétonisation. »

    Aucune personne sensée ne peut accepter le report du trafic de 9000 véhicules par jour, dans les petites rues adjacentes, sans des aménagements de tous les carrefours à angles droits et la suppression du stationnement au droit de tous les trottoirs ne permettant pas le passage de véhicules type camions ou autocars.
    L’absorption des 4500 véhicules du sens est-ouest de la rue des Carmes va déjà poser suffisamment de problèmes.
    Il ne suffit pas de faire des incantations pour résoudre les problèmes (voies étroites, stationnement insuffisant, sécurité des enfants sur les trajets scolaires).
    Nous n’avons aucune envie de transformer tout le quartier en désert piétonnier. Cela ne manquerait pas de se retourner contre les commerçants de la rue des Carmes et de la déjà sinistrée rue Porte Saint-Jean.
    Je note que vous paraissez avoir abandonné l’idée stupide de faire passer le tram sur une seule voie rue des Carmes. C’est un progrès.
    Je sais que l’on ne vous fera pas bouger sur la mise à l’alignement de la rue. C’est dommage, pour des raisons idéologiques d’opposition, de vouloir priver le quartier d’une belle occasion de réaménagement qui ne présentera plus ensuite, avant 50 ans. Suppression de locaux commerciaux vétustes, création de locaux aux normes, habitat conforme aux normes de haute qualité environnementale, fin des nombreux trafics illicites, sont quelques-uns des objectifs que ce projet de mise à l’alignement peut porter. C’est pourquoi nous soutenons résolument ce projet ! Celui-ci va tirer vers le haut l’ensemble de la rue.

  2. Fansolo dit :

    Ouf ! Ce blog bouge encore !

    Ravi d’apprendre qu’un tracé s’appelle D2-ter, sans doute le clin d’oeil discret d’un technicien-poète, fan de la Guerre des Etoiles…

  3. CLT dit :

    Non, non je n’ai pas abandonné l’idée d’une voie unique alternée. Mais ce n’est pas l’objet de cette lettre.
    Je n’ai pas d’avantage évoqué la piétonisation de tout le quartier (relisez la lettre) qui est un fantasme de votre part.
    Vous faites bien de vous inquiéter des reports de circulation. Pour votre gouverne, la suppression de la trémie Jaurès va entraîner le triplement vous avez bien lu, « triplement ») de la circulation de surface sur le boulevard. Voilà qui devrait vous interpeller plus que les 3000 véhicules entrant rue des Carmes par l’ouest. Car là, je vous promets que vous en aurez de la circulation de contournement.
    Sur l’alignement, notre désaccord est total car nous ne parlons pas de la même chose. Vous y voyez une panacée miraculeuse (tant que vous y êtes vous pourriez ajouter « l’alignement permettrait un arrêt du réchauffement climatique et ferait reculer la fin dans le monde »), alors qu’il ne s’agit que d’une banale opération de promotion immobilière.
    Ceci dit, vu l’impéritie avec laquelle ont été menés les projets précédents quartier Bourgogne, avec tous ces trous à ciel ouvert et ces plantages successifs, je pense qu’on peut garder de l’espoir aux Carmes. Les pelleteuses et les bulldozers ne sont pas pour tout de suite…
    Quant aux deux « n » de piétonisation, vous faites comme vous voulez. Le mot est à peine français. Vous trouverez les deux orthographes.

  4. Circé dit :

    Billet étoffé et argumenté.
    Belle lettre ouverte.
    Sera-t-elle lue et entendue ?
    Rien n’est moins sûr malheureusement.
    L’entêtement de cette majorité est maximal, d’autant que ce ne sont pas, pour eux, les intérêts généraux qui prîment, mais une fierté mal placée qui se trouve un rien écornée.

  5. Michel dit :

    Je confirme pour « piétonisation » et « piétonnisation ».

    « C’est dommage, pour des raisons idéologiques d’opposition »
    Ce « Laudes » quand même. Pétillant, toujours à l’affût et prêt à dégoupiller le rideau de fer (pas celui des commerçants bien sûr).

    Quant à la « fin des nombreux trafics illicites » ???
    Combien, lesquels ? Des chiffres SVP ! Et quel rapport avec l’alignement et des bâtiments du 17ème ?
    Soit c’est un aveux soit c’est un vœux ou une déformation idéologique ?

    Je confirme pour « piétonisation » et « piétonnisation ».
    Même Laudes, expert en écriture et orthographie, peut avoir des absences.

  6. super5 dit :

    Ce serait une erreur monumentale de piétonniser cette rue ! Elle sert de voie d’entrée et/ou de sortie au centre-ville. Il est évident que si on ne peut plus y circuler, plus personne n’ira dans le centre et les commerces mourront !

    Sans alignement, est-il possible d’avoir :
    – une voie unique pour le tram
    – et une voie unique pour les voitures (en sens unique)
    ?

  7. Laudes dit :

    Je confirme bien que les habitants du quartier Carmes ne sont pas prêts pour une piétonnisation ou piétonisation de la rue des Carmes et encore moins de tout le quartier, à l’image de ce qui a été fait dans une partie du quartier Bourgogne. Vous fantasmez à chaque fois que vous pensez représenter à vous seuls l’opinion de toute une population.
    Ce type d’aménagement ne peut concerner que des enfilades de rues commerçantes et doit être pensé en compensant les pertes de places de stationnement et les difficultés d’accès aux habitations. Cela n’a hélas pas été fait pour le quartier Bourgogne et j’entends bien les plaintes des habitants.
    Quant à Michel, qui écrit « Soit c’est un aveux soit c’est un vœux ou une déformation idéologique », vous semblez fâché avec le singulier et le pluriel, alors n’interprétez pas ma pensée et allez réviser sérieusement avant de me donner des leçons !
    J’ai déjà largement développé ailleurs les trafics qui mettent à mal la réputation de la rue des Carmes : drogue, marchands de sommeil, prostitution, trafic de main d’œuvre, désœuvrés qui apostrophent les passantes, manque d’hygiène dans les commerces alimentaires. Les commerçants sont les premiers à s’en plaindre.
    La suppression des trémies et autopont du boulevard Jean Jaurès est une formidable occasion de rendre à notre centre ville une circulation apaisée, en supprimant cette fichue autoroute urbaine. Pas un jour où je ne constate une vitesse excessive, du bruit et des bouchons aux heures de pointe sur le boulevard Rocheplatte. Sans parler de la vision superbe que constitue le parking plus ou moins sauvage sur le boulevard Jean Jaurès.
    Vous qui voulez faire des économies sur la rue des Carmes, n’avez-vous pas préconisé avec certains de vos amis, une mise en souterrain très coûteuse de la circulation sur Jaurès et Rocheplatte et la destruction du mail Alexandre Martin ?
    Les projets que vous avez proposés ont été rejetés par plus de la moitié des votants lors des dernières municipales, mais vous ne semblez pas vous en souvenir.

  8. CLT dit :

    Cher M. Laudes,

    Je veux bien discuter, à condition que l’on n’aille pas écrire n’importe quoi. Je n’ai jamais proposé la « mise en souterrain très coûteuse de la circulation sur Jaurès et Rocheplatte et la destruction du mail Alexandre Martin ». C’est du délire! J’ai demandé en CM une étude de faisabilité technique et financière sur l’enfouissement de la circulation (je vous signale que la circulation est déjà semi enterrée aujourd’hui) entre le pont et la trémie actuelle. Cela n’a rien à voir avec ce que vous décrivez. En clair, on recouvre la partie enterrée et on aménage la surface en un boulevard urbain avec le tram au milieu.
    Le pb, c’est que la majorité fait les choses dans le désordre : d’abord elle détruit la trémie. Ensuite elle aura à gérer les encombrements automobiles. La logique aurait voulu que l’on se préoccupe D’ABORD de dévier les trafics de transit, et ENSUITE de s’attaquer à la trémie.
    Une dernière chose, Laudes : ce n’est pas parce que nous avons perdu en 2008 que nous nous interdisons de faire des projets. D’autant, que, je vais vous faire une confidence, nous espérons bien gagner en 2014. Et très franchement, la politique de gribouille de la majorité municipale actuelle, nous fournit une aide puissante.
    J’espère juste que les dégâts en cours seront réparables. C’est pourquoi il importe d’en limiter l’impact au maximum. Il est facile de détruire. Il est beaucoup plus difficile, ensuite, de reconstruire.

  9. Fansolo dit :

    CLT, c’est faire reculer la fin dans le monde ou reculer la faim du monde ?
    L’éternité, c’est long, surtout vers la fin…
    Histoire sans faim ?

  10. CLT dit :

    Cher Fansolo, vous avez raison : l’élargissement contre la fin du monde. C’est vraiment n’importe quoi.

  11. Michel dit :

    Laudes je n’ose vous dire que vous y êtes tombé à pieds joints. Ça porte chance….

  12. EMIR dit :

    Laudes

    Vivez-vous dans la rue des Carmes ??? Pourquoi parlez-vous à la place des habitants ???
    Tous les piétons sont enchantés de pouvoir découvrir la rue des Carmes autrement qu’en voiture !!!! C’est une évidence !!!
    Tous les nouveaux arrivants ( logements rachetés par la mairie et reloués avec bail précaire ) sont enchantés d’habiter dans ces immeubles anciens qui, reconnaissez-le, ont bien plus de charme que les immeubles de reconstruction, et sont heureux de manger des pitas et shoarmas pour un budget raisonnable.
    De plus j’espère sincèrement que la rue deviendra piétonne (1 n ou 2….vous choisirez !!! )…et cela est bien parti !!! (cf l’Express du 15/10/2009 )
    J’ajoute que je souhaite également une voie unique alternée dans la partie la plus étroite, car pour l’instant, la démolition de la rue des Carmes n’a pas été actée et que dans le projet tram, cela n’est pas prévu du tout….donc si ce projet débile de démolition ne devait pas se faire, il vaut mieux anticiper et prévoir cette voie unique, notamment pour la sécurité des enfants sur les trajets scolaires, pour les livraisons des commerçants,déménagements des habitants, pollution, bruit… Je vous rappelle qu’un tram c’est fait pour transporter des passagers, donc pourquoi faire venir les voitures en centre ville par cette rue alors qu’il y aura un tram ???
    J’ose donc rêver également qu’à côté de la voie unique alternée, il y ait une piste cyclable, et cela manque vraiment dans tout le centre ville.
    Je n’ai pas remarqué que la rue des Carmes était un désert piétonnier…donc vous n’êtes pas du quartier.
    « Tirer vers le haut »…ben…fastoche comme tout,… en ravalant les façades, il y a aussi moyen de restaurer les immeubles anciens aux normes de haute qualité environnementale ( faudrait déjà commencer par ces fameux immeubles de reconstructions…) et tout le quartier changera !!!! Vous avez déjà de nouveaux commerces ou plutôt artistes qui se sont installés au 86 rue des Carmes qui attirent une clientèle haut de gamme, il faut positiver !!
    Louanges à la rue des Carmes où il fait bon vivre car c’est comme un petit village… tout le monde se connaît !!!!

  13. minijack dit :

    Cette affaire de piétonnisation (que ce soit avec un ou deux n) est en soi une ineptie, sauf à mettre l’ensemble de l’intra-mail en piétonnier et révolutionner le commerce de centre-ville.

    Il est évident que la rue des Carmes doit rester une rue circulante, de préférence pénétrante, même s’il est envisageable, voire souhaitable, que le reste du quartier devienne piétonnier depuis l’hôpital jusqu’à ND de Recouvrance, entre cette rue des Carmes et les quais, mais pas la rue des Carmes elle-même.

    L’argument que vous donnez d’une plus grande circulation prévisible dans cette rue à cause de la reprise « couturière » du mail Jean Jaurès n’a aucun rapport avec le passage du Tram ou l’éventuelle piétonnisation de cette rue des Carmes.
    A court terme, il faudra en effet dévier par la tangentielle menant au pont de l’Europe ou par l’autoroute, à l’extérieur de la ville, tout le trafic du mail pour les véhicules « traversant » et ne laisser l’usage du mail que pour les orléanais. On n’en sortira pas autrement.
    A l’opposé, un nouveau pont à Chécy ou St-Jean de Braye devrait également soulager la circulation sur les mails des « traversant » Est-Ouest.
    En ce cas, la circulation sur mails en centre-ville devrait être sérieusement réduite et, contrairement à ce que vous prétendez, la rue des Carmes ne verra pas augmenter son trafic.

    Elle doit cependant rester accessible aux véhicules, car les TC, si chers à la pensée collectiviste, ne résolvent pas tout, loin de là. Ils ne servent qu’à uniformiser et quelque part ‘formater’ un mode de vie qui ne convient pas et n’est même pas possible à tout le monde.

    Ce qui est possible et évident à Paris, où on trouve une bouche de métro tous les 300 mètres, est complètement incohérent dans une ville beaucoup moins dense comme Orléans. C’est pourquoi dès l’origine la construction d’un Tram était une ineptie. Il aurait fallu au contraire un maillage beaucoup plus serré de véhicules moins grands. L’ancienne SEMTAO était sur ce point très performante, mais il fallait à tout prix son Tram à JPS… Les Orléanais l’ont bien compris, et c’est d’ailleurs ce qui lui a coûté son siège.
    La majorité a changé mais le mal était fait et il était impossible, ça aurait été encore plus bête, de ne pas aller au bout en construisant la seconde tranche.
    Le problème c’est que la ville est ce qu’elle est, qu’elle n’est pas faite pour ça, et qu’il faut bien le faire passer quelque part ce p… de Tram ! Et il y a des moments où l’on ne peut faire autrement que de repousser les murs pour faire tenir les choses.

  14. Laudes dit :

    Ce soir à 18h30, alors que la rue des Carmes est barrée pour les travaux de déplacement des réseaux, la queue rue d’Illiers démarrait de la rue du Grenier à sel, jusqu’au carrefour Jean Jaurès-Rocheplatte ! Plus de 80 voitures moteur tournant.
    A l’Emir qui a de riches idées et de grosses oeillères, oui je vis dans le quartier Carmes depuis 1981, je fréquente la rue des Carmes et j’en connais tous les commerçants ou presque. Et une grande partie de ceux qui y traînent.
    Les deux commerçants « artisans d’art » qui se sont installés récemment ont pu le faire dans l’ancienne librairie-papeterie, désamiantée et entièrement réaménagée par les soins de la municipalité actuelle.
    Laissons leur au moins 6 mois pour voir s’ils survivent !
    Le fait de mettre à l’alignement et de reconstruire un certain nombre d’immeubles n’empêche pas de promouvoir la restauration du reste de la rue. Il y a des aides financières pour les façades et les devantures, mais cela ne règle pas le problème de la vétusté des commerces, et de la plupart des logements. En fait, il n’y en pas tant que cela, donnant sur la rue et occupés. Mais franchissez les petites portes et aventurez-vous dans les cours intérieures. Vous ne serez pas déçus.
    En remettant des logements et des commerces neufs sur le marché, cela permet de faire des opérations à tiroir avec d’autres occupants et de rénover les autres bâtiments au fur et à mesure.
    N’oublions pas les formidables perspectives de réhabilitation et de développement liées aux bâtiments qui vont se libérer sur les 5 hectares de l’hôpital. La rue des Carmes n’est qu’un tout petit bout du quartier, mais c’est son épine dorsale. On n’a pas le droit de la laisser dépérir pendant 50 ans supplémentaires et de se contenter de regarder y passer les tramways, qui ne s’y arrêteront même pas !

  15. polikarpov dit :

    « avec d’autres occupants « .
    Nous y voilà !

  16. Laudes dit :

    Ne voyez pas autre chose dans mes propos que d’autres occupants de la rue, sinon, il ne s’agit pas d’opérations à tiroir(s).
    On l’a vu avec les deux commerces rénovés, entre les peintures au plomb, les caves, l’amiante et les réseaux électriques très vétustes, les rénovations sont longues à mener.

  17. Tryphon dit :

    Rue des Carmes : des opérations à tiroir(s) qu’est-ce ?

  18. CLT dit :

    Tryphon, vous êtes génial. Si, si.

  19. EMIR dit :

    Laudes
    Les petites cours intérieures du quartier Carmes ont beaucoup de charme, il suffit de les restaurer comme dans le quartier Bourgogne !!!
    Pas très sympa votre petit commentaire sur le 86 rue des Carmes !!

  20. Tatiana dit :

    Ha les voilà enfin sortis du bois les deux tontons flingueurs de Monsieur le Maire. Ils ne sont pas difficiles à confondre, ils disent la même chose que lui mais en moins bien. C’est normal, ils ne maitrisent pas encore l’art Capellovicien du Ni oui Ni non. Et c’est un jeu où il vaut mieux être passé maître quand on parle d’une rue des Carmes piétonne. Pour Olivier Carré : « c’est le meilleur projet », pour Charles-Eric Lemaignen : « c’est inéluctable » et pour le Maire : « la piétonnisation est tout à fait possible je laisse la porte ouverte ». Alors de grâce, n’en faites pas une question politique si tout le monde est d’accord à part Laudes et Minijack (ils n’auront qu’à mettre à jour leurs fiches pour les prochaines municipales).

    Ils feraient mieux de nous expliquer pourquoi le Maire, hors toute concertation et DUP tram, fait piétonnes la Place de l’Etape et la rue Théophile Cholet jusqu’au carrefour Halmagran alors que c’est l’entrée naturelle Nord de la rue Jeanne-d’Arc.
    Et là c’est pas pas 3700 véhicules par jour comme dans la rue des Carmes, mais 6 200 qui vont se reporter sur la rue Fernand Rabier (où j’habite) et qui supportera alors 17 000 véhicules jour à double sens !
    Faut dire que le Maire improvise des trucs sans en parler à Laudes. C’est bête lui pourtant qui se vante d’avoir demander l’alignement de la rue des Carmes à Monsieur Grouard pour………. faire des cuisines inox dans les restos et aujourd’hui il veut lui ouvrir le buffet pour faire des opérations à tiroir!!!!!

    Alors Non Non Non, on ne veut pas de cet alignement inutile qui aura comme résultat de plonger cette rue dans d’interminables travaux post-tramway. Le commerce dans la rue est déjà fragilisé par les travaux du Tram. La municipalité peut faire les choses plus vite et beaucoup mieux en favorisant les commerces de qualité comme Ex Nihilo. C’est ça qui fera demain venir toute l’Agglo en centre-ville (modèle lillois commerces qualitatifs en centre-ville historique) et non un Carrefour Market en lieu et place des 17 immeubles sacrifiés.

    Pour ceux qui comme moi sortent parfois rue des Carmes, apprenez que cette nouvelle boutique Ex Nihilo marche plutôt super bien et c’est tant mieux pour cette petite rue que je trouve charmante.

    Alors Oui un grand merci à vous Madame Leveleux pour votre courage à défendre les plus faibles, ceux qui n’ont pas droit au chapitre, et notre patrimoine tellement mis à mal par le passé. Dans les bois y a pas que des snippers y a aussi des Robins.

    Et un grand Bravo à tous ces habitants qui veulent rester dans leurs maisons et qui affichent dans cette rue leur préférence pour la défense du patrimoine et la piétonnisation, contre la destruction.

    Enfin, Emir, ne perdez pas de temps à répondre à Laudes, c’est visiblement un professionnel du blog qui ne voit que midi à sa porte en comptant les voitures qui passent et qui distille son venin dans tous les blogs politiques.

  21. Miguel dit :

    Ce que je trouve intéressant dans cette discussion, c’est la phrase de Laude qui reprend très bien les discours de S. Grouard et surtout O. Carré : « N’oublions pas les formidables perspectives de réhabilitation et de développement liées aux bâtiments qui vont se libérer sur les 5 hectares de l’hôpital. »

    En fait, ce qui est formidable dans la gestion de la ville d’Orléans, c’est les projets immobilliers ! Alors, des projets immobiliers, la droite en a fait depuis 8 ans. Problème, presque à chaque fois, ils détruisent mais ne reconstruisent pas grand-chose. Quand on a la SAC Sonis, le quartier Chatelet, la quartier Dessaux (une honte, on se croirait à Beyrouth !), la Motte Sanguin, et bientôt les Groues, on s’abstient de raconter qu’on va encore détruire des hectares.

    Aux enfants, on dit : d’abord tu ranges, après tu joues. Alors, à la droite, je dis : d’abord tu bouches les trous que tu as fait et si 5 ans te suffisent à tout reboucher, on verra en 2014. Pour le moment, arrête de te rêver grand aménageur parce que là, tu fais surtout des bêtises…

    Pourquoi cette fuite en avant ? Ce rêves aux hectares ? On n’est pas au Monopoly. y’a des gens qui vivent, vraiment là !

  22. minijack dit :

    @Tatiana
    « Alors Oui un grand merci à vous Madame Leveleux pour votre courage à défendre les plus faibles, ceux qui n’ont pas droit au chapitre, et notre patrimoine tellement mis à mal par le passé. Dans les bois y a pas que des snippers y a aussi des Robins. »

    Comment peut-on débiter de pareilles inepties ?!!!
    Oui Corinne a du courage, c’est indéniable, mais elle le dépense ici sur un mauvais sujet, et la comparer à un bandit de Sherwood, même vert, n’est pas lui faire honneur.

    Le patrimoine est très loin d’être mis à mal à Orléans, c’est bien tout le contraire qui est démontré depuis huit ans. Mais « conservation du patrimoine » ne signifie pas « mise de la ville dans le formol » !

    Et puis…
    Qui a commencé à défigurer la rue royale avec un Tram ? Et à boucher le pont Georges V du même coup ?
    JPS.
    Par contre, qui a remis en valeur le Centre Ancien ? Qui a refait de nos quais une vraie promenade ?
    Grouard.
    Qui s’est obstiné à faire une médiathèque ultra moderne (bien que même pas prévue pour l’informatique à l’époque) face à l’église St-Paterne, et surtout sans restaurer le moins du monde l’ancien évéché Dupanloup ?
    JPS.
    Par contre, qui a rénové St-Paterne, St-Aignan, St-Donatien, et j’en passe ?
    Grouard !

    Si on veut faire un concours, je crains que vos arguments soient bien minces.

    Combien de temps encore débitera-t-on des mensonges de ce genre tendant à faire croire que la Droite se fout du patrimoine pourvu qu’elle construise ?…
    Il n’y a jamais eu à Orléans de plus sincères amoureux de la ville et de son histoire !

    @Miguel, qui fait allusion à l’interruption momentanée du projet Motte-Sanguin…
    Cet immeuble est dans l’escarcelle de la ville depuis plus de soixante ans. JPS aurait pu faire quelque chose au lieu de le laisser se détériorer durant douze ans de règne ?
    L’a-t-il fait ?
    NON !
    C’est l’équipe Grouard qui a proposé une solution pour que la rénovation ne coûte pas trop cher à la ville. Là-dessus, la « crise » mondiale est arrivée, et les investisseurs prennent du recul. C’est bien normal que dans les conditions actuelles du marché immobilier ils prennent leur temps ! Et tant mieux si ce ne sont pas des fonds publics qui s’y investissent au moment où l’immobilier risque de perdre encore 30 ou 40% dans les deux ans qui viennent.

    Essayez donc de pensez un peu avant de lancer vos stupides imprécations !

  23. Miguel dit :

    Le projet de la Motte Sanguin n’est pas momentanéement interrompu. Il est planté, c’est tout. Tout le monde le sait, même les militants de droite. Inutile de faire semblant, ce n’est pas constructif.

    Ce qui est constructif, c’est de voir pourquoi le projet est planté :

    – d’abord du point de vue du tourisme :
    – a-t-on besoin d’un hotel de luxe à Orléans ?
    – est-il judicieux d’installer un hotel de luxe à côté d’une voie rapide ?

    – ensuite du point de vue du projet
    – est-il judicieux de passer systématiquement par des entrepreneurs privés pour mener ses projets ?
    – si on le fait, les gens à qui on le délègue sont-ils solides (ce qui éviterait qu’ils vous plante chaque année et arrêtent tout dés que l’immobilier va moins bien) ?

    Pour répondre aux deux dernières questions, j’ai quelques doutes vu le turnover sur certains dossiers (La motte sanguin mais aussi les Halles) et les méthodes employés (pour La Motte Sanguin, on expliquait aux gens qu’ils pouvaient baisser leurs impôts en achetant des parts d’appartements, pour les halles, on expliquait aux acheteurs qu’Orléans avait un périphérique et que la ligne 2 passait à côté).

    Très franchement, et sans esprit partisant, y’a des choix franchement contestables depuis quelques temps. On donne les dossiers au privé, on se laisse planter par eux. A un moment donné, il faut peut-être se poser des questions et changer de stratégie de développement, non ?

  24. minijack dit :

    @Miguel
    d’abord du point de vue du tourisme :
    – a-t-on besoin d’un hôtel de luxe à Orléans ?

    OUI, nous en avons besoin si nous voulons que les touristes restent plus d’une journée !
    Pourquoi à ton avis tous les Tour-Operators organisent la visite des châteaux de la Loire à partir de Tours ou Blois et pas à partir d’Orléans ? Il y a pourtant de très belles choses en amont d’Orléans aussi… C’est tout simplement parce que notre équipement hôtelier local ne permet pas de recevoir ces touristes friqués.
    Nous avions à la Madeleine jusqu’en 2000 un hôtel de grande capacité et d’assez bon niveau qui s’appelait « le Kéops » si ma mémoire est bonne (ou un nom égyptien du même genre). Mais comme le patrimoine de la ville (que tu reproches tant à Grouard de ne pas respecter) n’était alors pas mis en valeur, l’hôtel a fait faillite parce que les clients ne trouvaient pas la ville très belle ni très animée… (C’était sous JPS, je précise !)
    Aujourd’hui nous avons de quoi faire briller les yeux des touristes, et de plus en plus de rayonnement international, mais toujours pas d’hôtels suffisants en centre-ville.
    Alors OUI nous en avons besoin. Le plus urgent besoin !

    – est-il judicieux d’installer un hôtel de luxe à côté d’une voie rapide ?
    Il faudrait demander aux promoteurs de tous les grands hôtels (Mercure, Novotel, etc..) pourquoi ils s’implantent tous auprès des rocades et tangentielles ? A mon avis, ce n’est pas par hasard…
    Néanmoins, il faut dire que pour trouver un lieu d’implantation en intra-mail pour un hôtel de luxe, il n’y a guère d’autre choix aussi pertinent. Face à la Loire et au canal, tout proche du Centre Ancien… A moins de transformer la CCI place du Martroi ?

    ensuite du point de vue du projet
    – est-il judicieux de passer systématiquement par des entrepreneurs privés pour mener ses projets ?

    Ce sont les mieux à même de rationaliser les investissements. Chacun sait ce qu’il en est de la gestion de fonds publics par des fonctionnaires ! Et un hôtel est une affaire commerciale par destination, je ne vois donc aucune justification à ce que ce soit une entreprise publique.

    – si on le fait, les gens à qui on le délègue sont-ils solides (ce qui éviterait qu’ils vous plante chaque année et arrêtent tout dés que l’immobilier va moins bien) ?
    Les gens ont beau être solides, nous sommes tous pris dans une tourmente économique (et ce n’est pas celui qui se plaignait il y a peu encore d’avoir vu fondre à vue d’œil ses économies placées chez Natixis qui me dira le contraire !) Actuellement, tout le monde est réservé face à de gros investissements. Les transactions immobilières sont au niveau zéro, et on ne peut pas croire les propagandistes professionnels de la FNAIM ou autres Chambre des Notaires qui arguent des rares ventes du premier semestre pour dire que « ça va, que la baisse est stoppée… c’est le moment d’acheter…» Blah blah blah !
    Tout investisseur sérieux en ce moment, n’a qu’une priorité et une stratégie : attendre et voir !
    Mais sois tranquille, ça va repartir dans le courant de l’année prochaine. Avant ça, il va falloir encore ravaler quelques larmes…

  25. Miguel dit :

    Je tire 3 choses de la dernière intervention de minijack :

    -1 comme tout blogueur, il croit pouvoir répondre à toutes les questions, même sur les sujets où il n’est visiblement pas compétent. En tant que blogueur, ça me fait marrer mais je me dois d’être solidaire, non ?

    2- le syndrome Caliméro dont souffre la droite orléanaise : y’a pas de toursime, les hotels ferment au lieu d’ouvrir, c’est la faute à la gauche ! La droite oublie que depuis qu’elle est aux affaires (8 ans !), Orléans perd en rayonnement et que c’est la raison de la désaffection des touristes hors département. L’office de tourisme avait 4 étoiles en 2001, il n’en a plus que 2, S. Grouard se donne comme objectif de repasser… à 3 ! Quelle ambition pour la ville et pour sa gestion ! Cet été, l’office de tourisme était fermé le dimanche. Et on s’étonne que les touristes ne viennent pas. On les attend quand, le mardi ? La gestion du tourisme par la droite est juste innacceptable. Ce n’est pas en montant des projets immobilliers foireux qu’on fera venir les touristes à Orléans mais en ayant une politique qui s’en donne les moyens dans une cohérence. globale.

    3- en ligne droite avec les idées ultra-libérales qui conduit la politique de S. Grouard et O. Carré, minijack dit que la gestion des fonds publics par les fonctionnaires mène à la catastrophe. Depuis que la droite est au pouvoir, qu’on privatise tout ce qu’on peut (nettoyage, animation culturelle, politique à l’enfance, animation commerciale), on voit que nos impots augmentent quand-même. Je suggèrerais bien que les élus de droite laissent la politique et retournent travailler dans le privé pour mieux gérer les fianances ! Un peu de sérieux, il y a des gens qui gèrent bien, d’autres qui gèrent mal. Pourquoi cette idéologie méprisante envers le public ? je comprends qu’avec ce genre de logique méprisante on ait du mal à faire bosser les services… qui sont publics !

    4- concernant la FNAIM, je ne vais pas dire que la droite confond immobilier aux particuliers et immobilliers d’affaires mais quand-même ! Je dis juste que si la ville avait pris sa part au lieu de tout déléguer au privé, la ville ne serait pas plantée. De plus, la crise n’a commencée qu’en 2008 et rappelons-le, les projets sont plantés depuis… 2001. A un moment, faut assumer aussi, y compris ses mauvais choix guidés par pure idéologie libérale.

    Pour revenir sur le sujet, le Tram à Orléans, à lire, la Rep du centre du jour : S. Grouard n’envisage pas sérieusement la piétonnisation des Carmes avant 2016 (déménagement de l’hopital madeleine) et Lemeignen ne dit pas qu’il prolongera le tramway mais qu’il est prêt à étudier (d’ici 2012 donc pour mise en place ultérieure) la possibilité d’un transport tram ou… BUS… pour la suite de la ligne à l’est et à l’ouest. Les avancées obtenues sont minces pour l’agglomération et inexistantes pour Orléans. Mis à part les 11 élus de gauche à la municipalité d’Orléans, qui s’intéreesse vraiment au sort de notre ville de 113 000 habitants ?

  26. Guillaume dit :

    Bravo CLT pour cette lettre pertinente et bien argumentée.

    Mon avis est peu éclairé sur le sujet puisque je n’habite pas rue des Carmes et que je connais mal le dossier, mais la pietonnnisation (allez hop, je m’offre 3 « n »!) est à mon avis une solution interessante pour valoriser le quartier et basculer une partie des flux de personnes du transport individuel vers le transport collectif … certes, ça implique de repenser les flux bien au-delà de la seule rue des Carmes, mais j’y adhère pleinement!

  27. Fansolo dit :

    Plusieurs questions me viennent :

    @Clt : Bigre ! pourquoi votre blog – que vous alimentez chaque fois qu’il vous tombe un oeil- récolte plus de commentaires que tous ceux de la blogosphère orléanaise réunie au cours d’une semaine ?

    @Minijack : pas du tout sûr que la relative désertification du bas de la rue Royale soit uniquement due au tram… La proximité du pont George V et l’ouverture sur la Loire n’a jamais favorisé ce secteur. Et pas sûr du tout qu’on retrouve les mêmes problèmes à l’entrée de la rue des Carmes.

    @ Tatiana : je ne sais pas qui vous êtes mais j’aime bien votre style et votre façon de voir les choses. Ce que vous dites notamment sur les incohérences a contrario du côté de la rue F. Rabier sont particulièrement éclairants.

    J’ajouterais, dans le même ordre d’idée, que si l’on voulait pousser la logique de l’élargissement de la rue des Carmes -telle qu’elle est actuellement défendue par la majorité, alors il faudrait AUSSI , en cohérence, élargir le fbg Madeleine, pour les mêmes raisons.

  28. minijack dit :

    @Miguel
    Tu me fais là la réponse d’un ignorant qui prétend pourtant que les autres n’ont pas de compétences.
    Je ne chercherai pas à apporter la preuve de mes compétences, je ne suis pas là pour me justifier, mais j’en ai un certain nombre de par l’expérience accumulée en de multiples domaines au cours des 40 ans d’une vie professionnelle très éclectique.
    Je n’ai certes pas la science infuse ni la profondeur nécessaire en tous domaines, mais je connais énormément de sujets et je ne me mêle de parler que de ceux que je connais, contrairement à toi visiblement.

    Je t’apprendrai donc que le nombre d’étoiles attribué aux Offices de Tourisme n’a rien à voir avec la richesse patrimoniale de la ville ni avec sa mise en valeur architecturale ou historique. Il s’agit d’un [classement purement « administratif »->http://admi.net/jo/1999/02002.html établi en 1999, c’est-à-dire sous le Gouvernement Jospin, et qui ne prend en compte que les aspects prestataires et matériels des Offices eux-mêmes.
    Il dispose que l’on peut prétendre à un certain nombre d’étoiles lorsqu’on peut proposer un équipement informatique, des cabines téléphoniques (critères largement obsolètes depuis), un certain nombre d’agents bilingues, des toilettes publiques, d’une certaine longueur de la vitrine au niveau de la rue, etc…
    Ce nombre d’étoiles ne préjuge donc en rien de la richesse du patrimoine que l’on a à montrer mais uniquement des moyens administratifs mis en œuvre.
    Dans ces conditions, ne parlons pas d’un « rayonnement » supérieur de la ville sous la municipalité précédente ! Parlons uniquement de gestion lourde concernant un patrimoine dédaigneusement ignoré et fort mal exploité à l’époque.

    Depuis 2001, en termes de Tourisme, l’équipe Grouard a renversé l’ordre des facteurs : Elle a remis en valeur –et de quelle manière ! – le patrimoine et le rayonnement, plutôt que le nombre d’étoiles (rouges sans doute ?) qualifiant la gestion administrative de l’Office. Elle a initié une reconquête du fleuve, imposé des événements historiques, culturels, ou sportifs devenus incontournables, fait obtenir à la Ville le label de cité d’Art et d’Histoire… Car ce que les touristes viennent visiter, ce ne sont pas les bureaux de l’Office mais le patrimoine réel !
    Avant de savoir qui vend, comment on vend, de quelle heure à quelle heure et avec quel moyens administratifs, il faut déjà définir CE QUE l’on vend aux touristes.
    C’est toute la différence entre la Droite et la Gauche.

    Quant à l’immobilier, je t’apprendrai sans doute que j’en ai fait plus de quinze ans à Orléans, à une époque où tu ignorais encore jusqu’à son existence, mais que moi je connais cette ville depuis plus de soixante ans et que j’en ai vu les évolutions successives.
    Elle n’a JAMAIS été si belle que depuis 2001 !
    Et ce n’est pas dû à une affaire d’étiquette politique de Droite ou de Gauche. C’est une question d’hommes et de « vision » personnelle.

    L’immobilier sous JPS n’était pas pire ou meilleur que celui d’aujourd’hui. Par contre, la place d’Arc, vue à l’époque comme une réalisation marquante de Jacques Douffiagues (RPR) n’est pas une réussite au prétexte que c’est un projet de droite, c’est juste une connerie, comme La Source en fut une de Secrétain.
    Cependant, avoues sincèrement que si JPS avait fait des immeubles prévus au-dessus des cinémas de la place de Loire, projet stoppé par l’équipe Grouard et remplacé de justesse par le Jardin de la Charpenterie, la ville ne serait pas ce qu’elle est !

    Tu vois que, contrairement à tes jugements à l’emporte-pièce, je ne suis pas sectaire et je sais faire la part des choses.

    Par ailleurs, ce n’est pas faire injure au fonctionnariat que dire qu’on fait mieux son travail, qu’on s’y applique davantage, qu’on regarde moins son temps lorsque l’on travaille pour soi, que ce sont ses propres capitaux qui sont en jeu plutôt que des fonds publics, et lorsqu’on en perçoit directement le fruit. C’est juste la logique. Et c’est ce qui fait toute la différence de productivité entre l’utopie Collectiviste où les rayons des magasins d’Etat sont vides et le Libéralisme où l’on assiste souvent à des excès de consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>