La démocratie participative à Orléans. Droit de réponse

Ci dessous la reproduction intégrale d’un courrier de M. F. Camé, PDG d’Etik presse, courrier envoyé par voie électronique et par lettre avec accusé de réception en réponse à mon article sur la démocratie participative à Orléans.

François Camé

ETIK-PRESSE

4, rue Emile Dubois

75014 Paris

En recommandé avec accusé de réception

Paris, le 29 / 10 / 2009

Bonjour,

Suite à l’article paru sur votre blog, daté du 28/10/09, intitulé « La démocratie participative à Orléans : entre Shadocks et pieds nickelés », dans laquelle la société ETIK-PRESSE est mentionnée, je vous prie de bien vouloir publier le droit de réponse ci dessous, selon les règles définies par l’article 6 IV de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

Rappel : l’insertion de la réponse doit être faite à la même place et dans les mêmes caractères que le message critiqué. De plus, la réponse doit également être diffusée de manière que lui soit assurée une audience équivalente à celle du message initial.

Cordialement

Signé : F. Camé

Démocratie participative : corrections

Origine : François Camé, directeur d’ETIK-PRESSE

Madame,

Vous indiquez sur votre blog, dans un article intitulé « La démocratie participative à Orléans : entre Shadocks et pieds nickelés », que l’organisation du Forum citoyen, des nouveaux Conseils consultatifs de Quartier et la Charte de la démocratie mise en place par la Ville d’Orléans vous semblent difficile à comprendre ; et que, je cite : « – Ca (sic) salmigondis institutionnel nous est servi par une boite de communication et de marketing politique: Etik press (re-sic), qui fait surtout dans l’affichage. »

Or : la société « Etik press » s’appelle en fait : ETIK-PRESSE.

La même société ETIK-PRESSE, que nous avons fondé en 2004, n’est pas « une boite de communication et de marketing politique » ; ou, comme vous l’avez indiqué sur France Bleu, le 29 octobre dernier, « une boite de marketing »…

Vous le sauriez, d’ailleurs, si vous aviez pris la peine de consulter notre site web. Il est facile à trouver par n’importe quel moteur de recherche, mais je me fais un plaisir de vous en communiquer l’adresse : www.etik-presse.com.

ETIK-PRESSE est d’abord une entreprise de conseil en développement durable. Ceci représente près des deux tiers de notre activité – le reste étant consacré à du graphisme pour la presse (ex : nous avons participé à la création graphique du magazine papier de Nicolas Hulot, Ushuaïa magazine, etc.), et à du conseil en termes de participation citoyenne (j’y reviendrai).

Au titre de conseil en développement durable, qui fait l’essentiel de notre activité, nous assistons les entreprises et les territoires

–       En réalisant des études d’impact environnemental,

–       En réalisant des bilans carbone (nous sommes d’ailleurs certifiés par l’Ademe, pour le faire)

–       En les assistant dans la mise en place de Plans de déplacement – afin de réduire l’impact environnemental des transports de leurs collaborateurs, leurs visiteurs, leurs fournisseurs,

–       En les assistant dans la mise en place de projets de long terme, tels les « Agenda 21 ».

Ces programmes de développement durable – qui s’étalent sur un ou deux ans – visent à mettre en place, sur un territoire, un plan d’action inspiré des principes définis au Sommet de la terre de Rio (1992), afin de mieux préserver l’environnement, et d’agir sur le plan social et économique en faveur d’un monde plus solidaire.

Nous sommes notamment intervenus – ou nous intervenons encore – pour des villes (dirigées par des équipes de droite ou de gauche) – telles que : Massy, Cannes, Ozoir-la-Ferrière, Saint-Cloud, Asnières, Versailles, Alençon, etc.

Nous avons également assisté la Ville d’Orléans dans la mise en place de son Agenda 21. Ce plan d’actions a été entièrement défini par les citoyens, réunis dans un Forum 21.

En général, la méthodologie que nous préconisons aux Villes est d’ailleurs très fortement participative (au demeurant, ceci ne fait que répondre au principe n°10 des principes définis par le Sommet de la Terre de Rio).

Depuis peu, cette démarche participative, engagée lors de ces Agenda 21, est apparue comme assez efficace pour que plusieurs territoires nous aient demandé de les assister à étendre leur participation citoyenne.

C’est le cas d’Orléans. Et la démarche est aujourd’hui la même que celle qui a prévalu, pour l’élaboration du programme de développement durable : elle dépasse simplement le cadre de l’Agenda 21, pour concerner l’ensemble des champs d’action municipaux.

Ces différentes activités ne relèvent donc nullement des missions d’une « boite de marketing ».

Je ne veux pas croire que vous utilisez ce terme, dans le seul espoir qu’il serve mieux votre combat politique. Et je vous prie donc de bien vouloir apporter ces quelques éclaircissements aux lecteurs de votre blog, afin qu’ils bénéficient d’informations précises.

Cordialement.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à La démocratie participative à Orléans. Droit de réponse

  1. Pascal dit :

    Pourquoi envoyer un recommandé ?

  2. eric citoyen dit :

    … ??

    C’est sérieux ça comme référence la fondation HULOT !

    Puis c’est bien aussi la démocratie participative …

    Mouais

    Orléans ?? ha oui … la ville qui respecte la liberté de rire en faisant des procès aux potaches … oui, oui…

    Soutien total à Corinne !

    @ +

    Bésitos

  3. minijack dit :

    Bravo François.

    S’il paraît toujours un peu austère d’envoyer un droit de réponse par lettre recommandée avec AR (mais le Droit l’impose), l’essentiel est d’avoir rétabli une vérité qui jusque là pouvait effectivement paraître assez floue pour le citoyen orléanais lambda. Ce qui pouvait laisser planer un doute sur la légitimité de l’intervention de votre société ETIK-PRESSE dans l’organisation de ces réunions citoyennes tant pour les forums que pour l’Agenda 21.

    Dans le fond, l’imprécation certes partisane et un peu méprisante de Corinne Leveleux-Teixeira ainsi que sa méprise sur la nature réelle des activités d’ETIK-PRESSE, sans aucun doute due à une mauvaise information de sa part, aura au moins permis cette mise au point de la vôtre.
    Vous m’en voyez ravi.

  4. vidi dit :

    Tout ça pour avoir employer le mot « marketing »… Mais une boîte de com’ (et là il est indéniable qu’ETIK-PRESSE est une boîte de communication) peut-elle faire de la communication sans faire de marketing ?
    Selon WIKIPEDIA, « Le marketing (en français : mercatique) est une discipline du management qui cherche à déterminer les offres de biens, de services ou d’idées en fonction des attitudes et de la motivation des consommateurs, du public ou de la société en général, qui favorisent leur commercialisation (ou leur diffusion pour des activités non lucratives). Il comporte un ensemble de méthodes et de moyens dont dispose une organisation pour s’adapter aux publics auxquels elle s’intéresse, leur offrir des satisfactions si possible répétitives et durables. Il suscite donc par son aspect créatif des innovations sources de croissance d’activité. Ainsi l’ensemble des actions menées par l’organisation peut prévoir, influencer et satisfaire les besoins du consommateurs et adapter ses produits ainsi que sa politique commerciale aux besoins cernés. »

  5. Perso, ma sensation, c’est plus du type « on profite du droit de réponse pour se faire de la pub » que du « oh mon dieu, vous vous trompez sur nos activités ». Mais bon, ça n’engage que moi.

  6. GABRIELLE dit :

    Je savais qu’on pouvait couper les cheveux en 4 mais en 18, je ne savais pas !…

  7. Véronique dit :

    Il y a des « sic » qui se perdent…

  8. Gizmo dit :

    @Aurélie Sobrero : +1
    @Corinne : parce que bien sûr, tu as au moins 5000 visites par jour, de sorte que le tout Orléans ne bruitera que de ce droit de réponse… ; j’ai bien aimé le tag en bas du billet…

  9. Fansolo dit :

    Comme minijack, je suis également ravi :
    1) Preuve est faite qu’un blog est régi par la Loi sur la Presse (cf le droit de réponse)
    2) Preuve est faite qu’en cas de problème, la meilleure réaction avant de saisir la Justice est de dialoguer : de demander un correctif
    3) Preuve est faite que celui qui s’estime dénigré, diffamé, injurié a tout intérêt à laisser un commentaire demandant des corrections, ce qu’a su faire avec pertinence le prestataire Etik Presse, au contraire de certains de ses employeurs
    4) Anonymat ou pas, preuve est faite qu’ Etik Presse est capable d’aller « au-dela » en trouvant comment joindre l’auteure d’un blog par L.R.A.R. sans dépenser une fortune. Ce n’est pas si simple. Il sera d’ailleurs intéressant de voir où atterrit la missive…

    Tenez nous au courant Corinne ;-)

  10. CLT dit :

    @Gizmo : 5000 visites, tu es très au dessous de la réalité… ;-)

  11. minijack dit :

    J’apporterai quelques rectificatifs au commentaire de fansolo :

    Evidemment, la Loi sur la Presse s’applique aux blogs comme à n’importe quel support de publication, qu’il soit officiel ou non.
    Il est bien naturel et juste qu’on puisse avoir le droit de répondre à toute mise en cause qui parvient aux yeux ou aux oreilles de la personne concernée, sur quelque support que ce soit et par qui que ce soit. Même dans un courrier privé dont on aurait eu vent. A plus forte raison sur un blog qui étale les choses au public.

    Ce qui différencie les publications ou blogs « normaux » des blogs « anonymes », c’est précisément qu’on n’a pas besoin d’en faire rechercher l’auteur pour lui envoyer un mail de demande de rectification dans les formes, et sans se fâcher pour autant.

    Et, autre différence en l’occurrence : Corinne a fait une erreur d’appréciation, pas un dénigrement « systématique et volontaire » comme dans un autre cas que l’on a connu, où l’anonymat du blog faisait partie intégrante du « système à ridiculiser » la cible.

    Ca fait deux différences importantes.

    Dans le premier cas, le fautif étant connu, une simple mise au point suffit dès lors qu’elle est publiée dans les mêmes conditions que l’erreur créant le dommage.
    Dans l’autre, outre la nécessaire recherche de l’auteur, les suites éventuellement données dépendent entièrement de la magnanimité de la victime. Et en l’espèce la victime n’a pas voulu pardonner à son adversaire parce que le litige ne provenait pas d’une erreur « involontaire » de cet adversaire.

    S’il y a une leçon a tirer de cet incident et de la façon dont il a été résolu — fort civilement– entre François Camé et Corinne, c’est surtout l’honnêteté intellectuelle de Corinne que je retiendrai, car elle a effectivement fait paraître le rectificatif demandé dans les mêmes conditions que l’article mis en cause. Mais ça n’a pu se faire que parce qu’elle ne se cache pas !
    L’anonymat est détestable.

    Tout le monde a le droit de se tromper, à condition de ne pas s’acharner dans ses erreurs ni chercher à justifier son cas par tous les autres cas non comparables.

  12. Miguel dit :

    Une entreprise qui prétend aider les municipalités dans les projets de démocratie citoyenne envoi des recommandés quand quelqu’un les critique. C’est curieux non ? Moi qui croyais que la démocratie citoyenne c’était l’ouverture à l’avis des autres…

    Je ne crois pas que ce qui gène Etik Presse soit vraiment l’appellation « boite de comm. » ou « boite de marketing politique ». Je crois plutôt que c’est le fond de l’article : au fond, ce que dit Corinne, c’est que la municipalité a monté une usine a gaz. Problème, cette usine à gaz, c’est pas mal le bébé d’Etik Presse. En mettant en cause la municipalité, Corinne met aussi en cause, sans doute involontairement, la qualité du travail d’Etik Presse. C’est peut-être ça qui les gêne.

    Là où ils sont maladroits, c’est qu’en montant sur leurs grand chevaux, ils poussent les gens à se dire « mais au fait, est-ce que les reproches qui sont faits, non sur la désignation (dont tout le monde se fout), mais sur le fond sont fondés ? » « Quel est le rôle d’Etik Press dans cette usine a gaz ? » « Quelle est sa compétence ? ». D’où l’urgence pour eux d’écrire 2 pages expliquant qu’ils font plein de trucs, qu’ils sont expérimentés, sérieux,… »

    Il semblerait que les orléanais aient le droit d’aller à des réunions inutiles où la mairie passe des powerpoint et des films 3D sur écran géant (mais c’est pas de la com ni du marketing politique). Les orléanais ont droit de se voir répondre que, puisqu’ils ne sont pas d’accord, ils sont manipulés ou incompétents. En revanche, les orléanais n’ont pas le droit de dire que toutes ces réunions, c’est de la com’ parce que là, non seulement ils disent que la municipalité ne sa pas faire participer de manière ouverte les citoyens aux projets de ville , mais en plus, ils mettent l’accent sur le fait que la municipalité ne maitrise pas un outil qui a, en fait, été fait par d’autres, dont la gestion leur a échappé dés le début et qu’elle ne s’est pas approprié.

    Dire ça, c’est dire « vous n’auriez pas dû passer par Etik Press qui a monté une usine a gaz difficile à comprendre et à s’approprier. » C’est aussi suggérer : « maintenant, vous devriez vous passer d’Etik Press ». Alors, là, attention, c’est pas bon pour Etik Presse parce que là, on touche à leur business.

    Voilà pourquoi je pense qu’Etik Presse a intérêt à ce qu’on ne critique pas trop la démocratie citoyenne à Orléans, au delà des problèmes de simple appellation.

    J’ajoute une petite chose : quand on tape « Etik press » sur google, depuis ce droit de réponse, on tombe sur cet article, la polémique et les interrogations qu’il suscite. Ce n’est pas très malin en termes d’image… Si la politique et les médias s’en accommodent très bien, le business, lui, ne fait pas bon ménage avec la polémique. Ils devraient le savoir…

  13. polikarpov dit :

    « Ce qui différencie les publications ou blogs “normaux” des blogs “anonymes”, »

    Minijack, comme d’hab vous dérapez !
    Ce qui compte, n’est-ce pas, c’est d’occire l’auteur de ce blog anonyme…
    De plus vous sous-entendez que ce même auteur « anonyme » est malhonnête ???!!!
    Au moins vous êtes constant dans votre fidélité à votre gourou !

    J’ajoute une réflexion à celle de Miguel.
    Ce que j’ai compris. Vous me dites si je suis « à l’ouest ».
    Ces sociétés qui s’emparent de tous les projets « eco-durable » de nos villes se sont inspirés notamment des travaux qu’ont effectué des citoyens lambda, des assos, dans des villes comme Frieburg. Notons qu’à Frieburg ce travail a duré dix ans. Tout ça pour dire que l’urgence (nous sommes tellement en retard en matière d’éco-quartier par exemple), nous oblige donc à faire appel à ces sociétés qui clé en main proposent « LA » solution. On écoute un peu le citoyen et on propose une usine à gaz bien coûteuse. C’est sympa pour ces sociétés, c’est reposant pour le politique qui se dit « Bonne affaire, on va couper dans les virages et on va rafler la mise devant les électeurs ébahis ». Mais le côté pédagogique sera-t-il occulté et est-ce que nous retournerons tous vers nos manies polluantes ?

    Puisque cette société se prévaut de « LA DÉCLARATION DE RIO » et notamment son principe n° 10 voici cette déclaration :
    http://www.un.org/french/events/rio92/rio-fp.htm#three
    Je ne peux qu’être étonné de voir cette société s’inspirer que d’un seul principe. Adhère-t-elle aux autres ? Ce qui serait une adhésion à un changement total de politique de la part de cette municipalité, par ricochet bien sûr.

    Par ailleurs comment « concerner l’ensemble des champs d’action municipaux » si
     » on bafoue ainsi la démocratie représentative et qu’on méprise la démocratie associative » ?

  14. Circé dit :

    …!!!…

    Et si en fait, ce n’était qu’un retour de bâton inattendu via ce billet par rapport à ce qui a agité tant notre blogosphère locale que nationale concernant une hisoire d’ABF…

    Ce n’est qu’une supposition,
    Mais Corinne tu es lue et tu es vue !

    Simplement, tu devrais vérifier si avant même la réception de ce mail, il n’y a pas eu augmentation de la lecture de ce billet ainsi que d’autres jugés « polémiques »?

    Une façon de te mettre en garde ?

  15. Jean du MoDem dit :

    Ce cordial droit de réponse confirme que cette société sait communiquer. Son directeur ne s’est pas trompé sur le combat politique de l’autrice de ce blog et surtout qu’elle n’appartient pas à la classe des fuzolos.

  16. minijack dit :

    @polikarpov
    « Ce qui compte, n’est-ce pas, c’est d’occire l’auteur de ce blog anonyme »
    Vous me taxez arbitrairement d’être l’exécuteur de basses œuvres. C’est un costume qui ne me va pas du tout. Je n’ai jamais eu aucune inimitié pour fansolo, au contraire.
    Ce que je veux descendre ce n’est pas le bonhomme mais l’anonymat du Net qui permet de publier n’importe quoi en toute irresponsabilité. C’est cela qui tuera demain la démocratie, pas les humoristes insolents mais agissants à visage découvert comme fansolo sur son blog originel.
    Antoine sait parfaitement que ce fut là sa seule erreur, mais il ne veut pas en convenir car ce serait donner une arme à son adversaire et tant l’affaire n’est pas terminée il ne veut pas se priver d’un argument, même fallacieux.

    Pour le reste, que l’on fasse appel à une société spécialisée qui a déjà fait ses preuves ailleurs (en d’autres domaines que la citoyenneté mais selon les mêmes principes), est effectivement un sujet qu’on peut discuter. C’est un choix, et comme tous les choix de ce genre il est éminemment politique.
    J’ignore ce qu’auraient fait la gauche si elle avait gagné. Il se trouve qu’elle a perdu. Ca ne veut pas dire nécessairement que le choix d’ETIK-PRESSE soit mauvais. On verra ce qu’il en sortira, et jusque là ce que j’ai vu pour l’Agenda21 me porte à penser que c’est une expérience intéressante. L’imagination en politique n’est pas si courante.

  17. polikarpov dit :

    C’est dit.

  18. openlasource dit :

    Ethique : (étymologie : du grec ethikos, moral, de ethos, mœurs).
    L’éthique est la science de la morale et des mœurs. C’est une discipline philosophique qui réfléchit sur les finalités, sur les valeurs de l’existence, sur les conditions d’une vie heureuse, sur la notion de « bien » ou sur des questions de mœurs ou de morale.

    L’éthique peut également être définie comme une réflexion sur les comportements à adopter pour rendre le monde humainement habitable. En cela, l’éthique est une recherche d’idéal de société et de conduite de l’existence.

    Pour le dictionnaire de la langue française, l’éthique, c’est tout simplement ce qui est relatif à la morale.

    Une activité économique, quelle qu’elle soit peut-elle se revendiquer de la morale ?

    André Comte Sponville comme Michel Onfray n’ont-ils pas développé récemment l’idée selon laquelle le libéralisme, pas plus que l’activité économique mercantile ne pouvait « avoir » de la morale. Leur seule finalité est simplement la réalisation d’un profit, maximisé autant que possible selon les conseils avisés de Mr A. Smith, tellement en vogue ces derniers temps (c’est dire si le libéralisme économique est une idée neuve d’ailleurs).
    Ni morales, ni immorales, donc, amorales elles sont, comme nous le confiait récemment maître Yoda.

    *******************************************
    Quant à la définition du mot presse (il en existe plusieurs certes) : « ensemble des médias édités sur des supports papier » pour l’encyclopédie de l’Internaute ou encore pour « lirelapresse.com » : « La presse écrite peut se définir comme étant l’ensemble des quotidiens, des publications périodiques et des organismes professionnels liés à l’activité. Elle est généralement appelée  » presse « .
    ****************************************

    Alors « Ethik Presse » dans tout cela ? Même en anglicisant l’éthique, vous nous pardonnerez, mais cela ressemble bien aux habituelles supercheries de notre époque.

    Autrement dit, on donne aux choses (ici une activité commerciale, honorable n’en doutons pas, capable de s’offrir, enfin plutôt de se vendre à qui n’en veut, de droite, comme de gauche sans doute, et plus encore de n’importe où), un nom radicalement contraire à ce qu’elles sont … histoire de bien brouiller les esprits.

    Signe du temps de la confusion des genres et des esprits … dont les puissants savent si bien se servir vis à vis des petits.

    Et on en revient à l’usine à gaz de la pseudo-démocratie localo-participative mise en œuvre à Orléans. CQFD.

  19. Etic Quête dit :

    J’avais lu l’article de Corinne et je n’avais pas remarqué votre société. Vouliez-vous faire votre pub à peu de frais sur ce blog ? Est-ce de la comm’ ? du marketing ? ou de l’Ethique ?
    Il aurait été plus élégant, plus humain (sinon plus commercial) d’essayer de comprendre les interrogations d’une personne aussi digne de confiance que Corinne. Et comme l’équipe au pouvoir est ouverte à vos compétences et dit qu’elle veut la démocratie participative, elle n’aurait eu aucun mal à suivre vos conseils éclairés par les doutes de Corinne sur la façon actuelle de faire vivre la démocratie à Orléans, doutes largement partagés à l’échelle de l’AgglO.

  20. minijack dit :

    @openlasource

    « André Comte Sponville comme Michel Onfray n’ont-ils pas développé récemment l’idée selon laquelle le libéralisme, pas plus que l’activité économique mercantile ne pouvait “avoir” de la morale. Leur seule finalité est simplement la réalisation d’un profit… »

    Alors, pour être cohérents avec eux-mêmes et leur « morale », les deux auteurs dont vous parlez ne devraient-ils pas proposer gratuitement leurs livres ?…

    Où avez vous pêché que le commerce (activité économique mercantile) soit contraire à l’éthique ?… Dans un ouvrage de Marx ?
    Vous auriez mal lu, je n’y ai rien trouvé de tel. Tout travail mérite salaire. Et l’échange d’un travail contre un salaire est une activité horriblement mercantile.
    C’est le dol qui est contraire à l’éthique, et la gratuité n’est qu’un habillage démagogique du dol, car les capacités ou talents de chacun étant différents, les services qu’ils rendent ont des valeurs différentes.

    Et tant mieux si c’est « a-moral » — sans dogme préétabli — parce que précisément c’est la « morale » de trop de « moralisateurs » (ou son contraire l’immoralité) qui furent dans l’histoire la cause de bien des iniquités.

    Être a-moral permet de ne pas s’encombrer d’idées toutes faites sur le bien et le mal, et de rester lucide sur les seules vertus personnelles des uns ou des autres, bénéfiques ou néfastes en fonction des circonstances. Car ne n’est pas la « moralité » d’une société qui fait la bonne conduite individuelle des hommes envers leurs semblables, c’est leur sens individuel de « l’éthique ».

    Vous qui aviez cherché dans votre dictionnaire le sens du mot « Presse », il est dommage que vous ne vous soyez pas donné la peine d’y rechercher les sens de Morale et Éthique.
    Pour faire court, Wikipedia en donne une assez bonne définition : « La morale est généralement rattachée à une tradition idéaliste (de type kantienne) qui distingue entre ce qui est et ce qui doit être, alors que l’éthique est liée à une tradition matérialiste (de type spinoziste) qui cherche seulement à améliorer le réel par une attitude raisonnable de recherche du bonheur de tous. »
    En conséquence, je préfère largement l’Éthique à la Morale que vous voudriez imposer.

  21. JP dit :

    J’ai assisté début octobre à Saint Jean de la Ruelle à une prsésentation d’ETIK-PRESSE dans le cadre du lancement des ateliers de l’agenda 21 de cette ville.
    Je ne sais pas ce que penseront au final les élus de St Jean sur la prestation de conseil d’ETIK-PRESSE, mais si j’en juge uniquement sur la prestation de ce samedi après-midi là, je suis obligé de donner raison à Mr Camé, ETIK-PRESSE n’est vraiment pas une boite de com !

  22. Camille dit :

    Bonjour,

    j’aimerai vous contacter pour vous posez quelques questions et avoir des précisions sur ce post.
    Je fais actuellement un mémoire sur les politiques locales à Orléans, votre avis et opinion m’intéresse énormément.

    Seriez vous d’accord pour répondre à mes questions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>