Semaine de la mobilité ou mobilité à la petite semaine?

La semaine de la mobilité vient de commencer, avec comme mesure phare le ticket de bus/tram à un euro seulement, mais pour une journée seulement. C’est bien mais c’est peu et c’est court. L’agglO, qui est l’autorité organisatrice en matière de transports urbains, pourrait faire plus et mieux, et devrait le faire très vite. Il y a urgence en effet. D’abord, parce que le réchauffement climatique et la fragilité croissante de notre environnement naturel ont rendu nécessaire l’adoption de nouveaux modes de déplacements, moins individualistes. Dans ce contexte, l’offre de transport en commun devrait constituer un axe majeur d’une ambition de développement durable. Il y a urgence, ensuite, parce qu’avec la prochaine instauration de la taxe carbone, les transports urbains vont jouer un rôle fondamental non seulement en termes d’aménagement du territoire, mais aussi et surtout en termes de justice sociale. Plus l’agglO permettra de transporter nos concitoyens dans de bonnes conditions de rapidité, de confort et de prix, et mieux elle remplira sa fonction de cohésion sociale. Il y a urgence, enfin parce que la crise et le renchérissement du coût de l’énergie amènent de plus en plus de personnes à délaisser leur véhicule. Comment se rendront-elles demain sur leurs lieux de travail ou d’étude si nous ne nous mettons dès aujourd’hui en capacité de répondre à leur demande croissante d’utilisation des transports en commun ?

transport en commun

            Fort de ces constats, le groupe d’opposition municipale Socialistes, verts et apparentés formule plusieurs propositions susceptibles d’améliorer le quotidien des Orléanais :

1)    Premièrement, en matière de vélo, la multiplication, et, lorsque cela est nécessaire, la sécurisation de pistes cyclables qui sont aujourd’hui encore trop souvent discontinues et qui recouvrent parfois des zones de stationnement. Un redéploiement des stations vélo + devrait également être étudié, au bénéfice de l’ensemble des quartiers de notre ville (La Source, les Blossières, l’Argonne,…), et pas seulement de son hyper centre, où leur densité apparaît excessive. Un tel redéploiement permettrait d’améliorer notablement le taux d’utilisation de ce dispositif, jusqu’à présent inférieur aux prévisions initiales ;

2)    Deuxièmement, une baisse significative du prix du ticket de bus/tram susceptible d’inciter le plus grand nombre à utiliser les transports publics ;

3)    Troisièmement, une amélioration de la fréquence de desserte de certaines lignes, régulièrement bondées ; une meilleure irrigation de l’ensemble de l’agglO, certains quartiers étant peu ou mal desservis ;

4)    Quatrièmement, la mise en place d’une sorte de service minimum le week end et la nuit (après 21h00), à l’image de ce qui se fait dans d’autres villes. Il est particulièrement choquant que, après 21h00, il ne soit plus possible de se déplacer dans notre agglomération autrement qu’en tram ou en ayant recours à son véhicule personnel. A cet égard, la desserte des boites de nuit le vendredi soir et le samedi soir devrait être tout particulièrement étudiée, afin d’éviter les risques d’accidents dus à une surconsommation d’alcool ;

5)    Cinquièmement, une information des usagers en temps réel sur les conditions de circulation disponible dans l’ensemble du réseau de bus, à l’image de ce qui se fait déjà pour le tramway (et de ce qui s’est déjà fait par le passé dans les principales stations de bus) ;

6)    Sixièmement, un développement de l’intermodalité, qui reste à Orléans très en deçà de ce qu’elle devrait être. Ainsi, 18 mois après l’inauguration de la nouvelle gare, la ville n’a toujours pas de liaison tram-train ; quant à la gare routière des cars départementaux, elle est menacée de disparition, alors que, proche du centre bus, elle rend tous les jours bien des services à des milliers d’usagers!

Par delà les déclarations d’intentions et la communication institutionnelle, c’est à ses choix et à ses actes qu’on juge une politique. Il est grand temps pour l’agglomération d’Orléans d’engager enfin une action forte et volontariste en matière de transports urbains. Faute de quoi la semaine de la mobilité ne fera pas oublier qu’à Orléans, la mobilité est gérée à la petite semaine.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Semaine de la mobilité ou mobilité à la petite semaine?

  1. polikarpov dit :

    « une sorte de service minimum le week end et la nuit (après 21h00) », il faut préciser.
    Vous demandez bien sûr que ce service soit le week-end et la nuit, toutes les nuits de la semaine ?
    Je pense à ceux qui rentrent de Paris après des réunions ou un travail qui s’éternisent.

  2. CLT dit :

    Oui, toutes les nuits, pas seulement le WE. Et en journée le WE (puisque beaucoup de lignes ne circulent pas, ou quasiment pas le WE).

  3. Miguel dit :

    Je connais des gens qui n’ont pas de voiture et sont super embêtés pour rentrer à St Jean de Braye après 21h !

    ça couterait quoi de mettre un bus toutes les heures pour que les gens puissent aller voir des amis, aller au cinéma ou se faire un resto ?Franchement, c’est pas sérieux !

    Par ailleurs, on flique les gens pour qu’ils ne conduisent pas ivres en sortant des bars ou boites de nuits. Comment font-ils pour rentrer chez eux s’il n’y a aucun transport ? Je trouve que l’idée du noctambus est une très bonne idée.

  4. vidi dit :

    Un noctambus est en soi une excellente idée, pour m’être souvent poser la question de sa non-existence sur Orléans, contrairement à Paris. Mais il ne fait aucun doute que la rentabilité sera faible ou nulle, voire déficitaire… La question est à creuser : l’agglo est très vaste, la densité de la population faible (par rapport à Paris), il faut donc desservir les mairies des villes avoisinantes avec un parcours à méditer, et que ce tracé puisse lier les discothèques de l’agglo et le centre ville d’Orléans. A ceci s’ajoutent les questions de sécurité etc. Pas facile mais il faut y réfléchir : cela pourrait sortir de l’embarras pas mal d’orléanais, moins ceux qui ont des réunions de travail à St Jean de Braye que les étudiants à La Source complètement isolés du centre ville…

  5. super5 dit :

    En matière de mobilité, Orléans a cruellement besoin d’une rocade complète !! C’est même plus urgent que le second tramway …

  6. CLT dit :

    Vous parlez d’or, même si je ne partage pas votre ordre de priorité s’agissant du tramway. Une rocade, c’est effectivement ce qui manque à Orléans. Surtout quand on pense à ce qui risque d’arriver au boulevard J. Jaurès…

  7. Miguel dit :

    Comme super5, je trouve dommage que les travaux de la tangentielle se soient brutalement arrêtés en 2001, quand la droite est arrivée au pouvoir.

    Par manque de rocade, on est une des rares villes de France à encore faire passer le traffic de transit par le plein centre-ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>