23 centimètres!

C’est la hauteur cumulée des rapports présentés demain en conseil muncipal: sur la restauration collective, l’agglO, la distribution de l’eau, potable du gaz, de l’électricité, la SEM Entente orléanaise Loiret, etc.

Les dossiers (1)Voici les mêmes sous un angle différent:

Les dossiers du CM (2)

Les dossiers du CM (2)

Les élus de l’opposition muncipale, au même titre que  les citoyens, d’ailleurs, n’ont eu communication de ces dossiers que mercredi après midi, pour un conseil qui a lieu vendredi après midi.  Une communication partielle (et assez brève) avait pu être organisée au préalable en commission pour ceux d’entre nous qui sont directement concernés par ces dossiers. Mais ce n’est que mercredi que nous avons pu véritablement nous plonger dans la lecture de ces pièces. En cela, la municipalité ne contrevient pas à la loi : elle se contente de s’y conformer de façon stricte. Le service minimum en quelque sorte.

On peut dès lors s’interroger sur l’efficacité d’un contrôle démocratique effectué a posteriori et dans l’urgence.

Alors rêvons un peu.

Rêvons  d’une vie municipale moderne, où un véritable statut de l’opposition serait élaboré, lui offrant les moyens matériels et le temps d’exercer le devoir de vigilance auquel elle est astreinte. Pas les miettes octroyées par la charte de la participation citoyenne. Un véritable statut créant les conditions d’une forme inédite de partenariat responsable.

Rêvons encore: rêvons à des édiles municipaux sufisamment sûrs de la qualité de leurs projets et assez ouverts aux propositions de leurs adversaires politiques pour passer d’une logique de la confrontation (nous détenons la vérité et eux ne comprennent rien) à une culture de la négociation.

Et maintenant, ouvrons les yeux et constatons les faits : à Orléans, on est loin, très loin du compte.

 

NB: A la suite d’une conversation avec un ami, je tiens à préciser que la consultation de ces rapports est organisée in situ, en mairie. Aucun exemplaire n’en a été transmis à l’opposition. Fermez le ban.

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à 23 centimètres!

  1. Miguel dit :

    Cette consultation uniquement sur place à 2 jours du conseil est vraiment absurde du point de vue démocratique : pourquoi ne fournissent-ils systématiquement à l’opposition une copie des dossiers ?

    En fait, en tant qu’élus, vous n’êtes pas plus considérés qu’un simple citoyen alors que vous représentez presque 50% de la population.

    Quel manque de modernité dans la gestion de la démocratie locale !

  2. vidi dit :

    Et encore une preuve de plus que la démocratie participative n’a pas de sens lorsque les participants sont choisis par la majorité !!!
    Courage à l’opposition qui ne démérite pas et qui ne compte ni son temps ni ses efforts pour satisfaire l’ensemble des orléanais !

  3. polikarpov dit :

    C’est ça rêvons !

  4. vidi dit :

    On a bien rêvé qu’un jour on irait sur la lune… :)

  5. Circé dit :

    Ben oui quoi…23 cms de pur plaisir !

    Encore un conseil municipal qui risque de donner lieu à bien des réactions épidermiques du côté de la majorité.

    Sans compter la monopolisation non pas des 23 cms, mais de la parole, sans possibilité aucune de répondre, les sempiternels discours lénifiants , peu ouverts, se présentant en victime potentielle des incultes en matière de gestion municipale que seraient les gens de l’opposition.

    Et je ne parle même pas des cris d’orfraies qui ne manqueront pas, comment donc, mais vous racontez n’importe quoi, vous ne connaissez pas vos dossiers…et toutes les petites remarques mesquines en aparté de ceux qui ne prennent jamais la parole en conseil municipal mais savent jouer du oh…et du ah…

    Au moins ont-ils exprimé publiquement deux voyelles et une consonne depuis le début de leur mandat !

  6. Jean du MoDem dit :

    23 centimètres! Je remarque qu’il s’agit de 23 termes pour répondre à ma recherche sur le blog : http://placedelarepublique.wordpress.com/2009/09/07/orleans-autrement-n%C2%B01/

    S’agit-il d’un rêve ou d’un artifice électoral?

  7. CLT dit :

    Cher Jean, Un vrai statut pour l’opposition, l’écoute des adversaires politiques, le droit de critiquer, pour l’instant, à Orléans, ça n’est qu’un rêve, le nôtre! Il ne tient qu’à nous, qu’à vous qu’il devienne réalité!
    « Petit à petit, on devient moins petit »…
    Avec toute mon amitié,

    Corinne

  8. minijack dit :

    Pour une fois, je serai d’accord avec vous, ce n’est pas possible de travailler comme ça.
    Ca ne vous a pourtant pas empêchée jusque là de trouver toujours de petits détails que vous savez admirablement monter en mayonnaises qui font les délices de nos Conseils.

    Ceci dit, tout est relatif. Vous n’avez pas besoin d’éplucher la totalité de ces 23 centimètres de paperasse. Bien évidemment il y a dans ce tas des dossiers courants, relevant de la gestion au quotidien, pour lesquels vous n’avez pas d’opposition à formuler car vous feriez les mêmes choses si vous étiez aux manettes. Je suppose que vous lisez ceux-là en diagonale. Ne présentez donc pas la tâche comme la lecture obligatoire d’une pile insipide de 23 centimètres.

    Ce n’est pas très objectif de présenter les choses comme vous le faites ici puisque seulement certains dossiers spécifiques, les plus polémiques parce que les plus importants pour l’avenir de la ville, méritent votre examen approfondi. Ce qui représente deux ou trois dossiers par Conseil, pas davantage.

    Vous avez donc tout le temps qu’il faut pour ce faire, mais ce qui n’est pas acceptable c’est que ça vous oblige effectivement à examiner ces quelques dossiers dans les deux derniers jours. Ce serait beaucoup mieux en effet d’en disposer une semaine avant afin de pouvoir choisir quels moments vous allez y consacrer sans urgence. En cela, je suis d’accord avec vous.

    C’est d’ailleurs pour la même la raison que j’ai réclamé depuis huit ans une communication des « projets » largement en amont de leur adoption.
    Avec la « maison des projets », ça arrive enfin. Patience… votre rêve d’un « partenariat constructif » se concrétisera aussi je n’en doute pas.

  9. Hassan Kerim dit :

    En voilà un drôle de titre…

  10. Jean du MoDem dit :

    « En voilà un drôle de titre… »
    Non, si on lit à la mode Miguel, 23 donne 2 sans 3.
    Je reviens à la démocratie participative:
    1-C’est le socialiste et humaniste Gaston Defferre qui a introduit une participation de l’opposition dans les conseils municipaux des villes en 1982-83.
    2-Depuis aucune évolution malgré les alternances politiques.
    3- Pourquoi rêver? De même formation, le droit, et ayant le même idéal socialiste que Gaston Defferre, vous savez parfaitement que vos propositions sont hors de la pratique politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>