Une vraie avancée sociale

J’ai appris, ce matin, en écoutant la radio (France Bleue), que M. Lopez, représentant des éboueurs grévistes del’agglO, avait été convoqué au TGI sur plainte de M. Grouard, Maire d’Orléans, pour « blocage de la voie publique ». On croit rêver! Non, cauchemarder! Comment ne pas être consterné par un tel dévoiement de la procédure? D’abord, ces méthodes  rappellent les pires jours du délit de grève, dont je préfère ne pas redire ici sous quel régime honni de l’histoire de France il a , pour la dernière fois, trouvé à s’exercer. Ensuite, cette plainte traduit un déplacement dangereux de l’action du champ politique (où elle devrait trouver à s’exprimer, entre adversaires légitimes) au champ judiciaire (entre un plaignant et une victime) : c’est donc une mise en faillite des procédures démocratiques de concertation, en même temps qu’une défaute de responsabilité. Où est le droit du travail dans tout cela? Où est le respect de l’autre? Quelle absence totale de considération cela traduit-il envers les partenaires sociaux! Enfin, cette plainte me scandalise en ceci qu’elle fait suite à  trois semaines de total AUTISME SOCIAL. Combien de fois les éboueurs ont-ils rencontré leur employeur? Pourquoi M. Lemaignen  président de l’agglomération orléanaise, n’a-t-il pas cru bon d’aller entendre ses agents (devrais-je écrire ces « gens ») en grève? Quelle incroyable morgue de classe! Et pendant ce temps là, les citoyens de l’agglO, qui ne savent pas qu’ils sont gouvernés par une droite dure, pataugent dans les ordures qui s’amoncèlent, au milieu d’un gigantesque gâchis collectif!

Voici, à titre d’information, le communiqué de presse publié par l’opposition muncipale d’Orléans (Socialistes, verts et apparentés). En espérant que la raison finira par se faire entendre, y compris chez nos très aristocratiques édiles.

« Cela fait maintenant 20 jours que les éboueurs de l’agglomération Orléans Val de Loire ont entamé une grève pour demander une prime supplémentaire de 100 euros par mois.
Cela fait maintenant 20 jours que le président de l’agglomération Orléans Val de Loire distille par voie de presse son mépris social et sa rancœur réactionnaire à l’égard d’agents qui effectuent, dans des conditions pénibles, un travail d’intérêt général.
Pendant ces 20 jours l’exécutif de l’agglomération Orléans Val de Loire a laissé pourrir la situation et refusé de s’asseoir à la table de négociations avec les grévistes, au mépris des règles les plus élémentaires du droit du travail. Il a fallu que le médiateur nommé par le préfet impose une première rencontre pour que M. Lemaignen aille enfin écouter ce que ses agents avaient à lui dire, pour le résultat que l’on sait.
Pendant ces 20 jours monsieur Grouard, maire de la principale commune de l’agglomération, n’a pas jugé utile de s’exprimer sur le sujet, laissant son adjoint seul à la manœuvre comme président de l’agglO. Mais depuis peu, il a repris l’initiative et durci un peu plus le climat. La veille de la venue du président Sarkozy, il a fait appel à une société privée pour « déblayer le terrain ». Surtout, alors que les premières négociations venaient de commencer avec les représentants des grévistes, il a souhaité porter plainte contre l’un d’entre eux, M. Serge Lopez, pour « blocage de la voie publique ». Voilà une bien étrange manière de négocier… D’ailleurs, la voie publique serait-elle bloquée si l’on s’était donné la peine de discuter un tant soit peu avec les travailleurs mécontents ? Qui bloque quoi dans cette affaire ?

Face à cette situation, l’opposition municipale d’Orléans (Groupe socialistes, verts et apparentés) tient à rappeler une nouvelle fois sa totale solidarité avec les travailleurs en grève.
Elle dénonce l’actuelle situation de blocage, due à l’incurie des responsables de l’AgglO ainsi que le mépris d’un autre âge affiché par ceux-ci à l’égard des revendications des éboueurs.

Elle constate que l’absence de négociation a conduit chacun des maires de l’agglO à reprendre la main sur le dossier de la gestion des déchets, vidant ainsi de tout contenu l’intérêt communautaire à coups de menaces de réquisitions et d’appels à des sociétés privées. A Orléans Val de Loire, l’intercommunalité n’existe que quand tout va bien : en cas de crise, elle est aux abonnés absents et le chacun pour soi reprend ses droits. Encore un brillant succès à porter au crédit de M. Lemaignen. Pourquoi en effet attendre la réunion des maires pour agir ? Le président de l’agglO n’a-t-il de compétences que pour décider tout seul de ne rien faire ?
L’opposition municipale s’étonne d’ailleurs de la soudaine rigueur budgétaire qui contraindrait l’exécutif communautaire à ne pas satisfaire les demandes des grévistes. Dans le passé, celui-ci a été moins soucieux de l’argent du contribuable. Quel gaspillage de deniers publics n’a-t-on pas fait lorsqu’il s’est agi par exemple de financer un Inexplosible devenu depuis un Inexploitable (940 000 euros), de creuser un canal qui ne mène nulle part, de construire une capitainerie qui ne reçoit aucun bateau (et de payer les deux agents qui y travaillent), de ne pas construire un tramway attendu depuis 7 ans et de dépenser, par centaines de milliers d’euros, des études inutiles pour des projets avortés ? En général, l’augmentation salariale récompense la qualité du travail accompli. A l’AgglO, l’augmentation des indemnités des responsables communautaires sanctionne une longue série d’échecs retentissants. Cherchez l’erreur ! »

greve

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

51 réponses à Une vraie avancée sociale

  1. Yann dit :

    « A l’AgglO, l’augmentation des indemnités des responsables communautaires sanctionne une longue série d’échecs retentissants. Cherchez l’erreur !” : cette augmentation, paradoxalement, « récompense » une longue série d’échecs. C’est bien ça l’injustice !

    Le manque de volonté d’ouvrir le dialogue social avec les éboueurs est un échec cuisant pour nous tous ! Persévérez à dénoncer les méthodes grouardesques : c’est la seule façon de se battre contre une droite dure dont le (seul) cheval de bataille est de mettre des oeillères !

  2. polikarpov dit :

    Ouaouhhhhh !
    Bravo Corinne !
    Tes dernières lignes sont nécessaires aux autistes qui sont à la tête de la municipalité et de l’AgglO.

  3. minijack dit :

    Vous avez bonne mine de récriminer au nom de l’Opposition (PS, verts, etc.) alors que les maires socialistes de l’AgglO eux-mêmes se sont bien gardés de prendre position sur ce sujet… C’est là qu’on voit ceux qui sont en charge des responsabilités et ceux qui n’ont pour objet que la critique facile.
    Si au moins vous aviez été communiste, votre petit speech aurait été cohérent avec l’action de vos collègues. Même si de mon point de vue les communistes ont eu tort de soutenir cette grève peu justifiée. Hélas, ce n’est même pas le cas.
    Décidément, la cohérence au PS… vous allez être bien mal avec l’arrivée de Michel Ricoud au Conseil…

  4. CLT dit :

    Ben non,justement. On ne va pas etre mal du tout… N’y comptez pas!

    Je ne récrimine pas, je trouve indigne d’une démocratie et d’une république qu’on laisse des gens faire grève pendant 3 semaines sans les recevoir.
    Je trouve indigne d’une démocratie et d’une république qu’on porte plainte contre un syndicaliste le lendemain de la première négociation qu’on a eue avec lui.
    Je trouve indigne d’une démocratie et d’une république qu’on traite ainsi, par le mépris et l’insulte, des personnels qui ne réclament qu’une augmentation.
    Et je m’étonne que cela ne vous fasse rien.

    Enfin, votre discours est contradictoire puisque d’un côté vous dénoncez une critique « facile » et de l’autre vous m’expliquez que ma position est courageuse puisqu’elle irait contre celle des maires socialistes de l’agglO. Oh là là Minijack, c’est chez vous qu’il y a de l’incohérence…

    Le pb de fond dans cette lamentable histoire, c’est qu’il n’y a pas de capitaine dans le bateau. C’est la chaise vide de M. Lemaignen qui conduit les maires à se débrouiller par leurs propres moyens.
    On ne gère pas une agglomération en se dessaisissant de ses compétences!
    Ah, vraiment, il et beau l’intérêt général!!Mais savez vous seulement ce que c’est???

  5. Circé dit :

    On sait que l’intérêt général à la mairie est de monter les socialistes et les communistes les uns contre les autres, la première chose reprochée étant qu’il y ait deux groupes dans l’opposition.
    Ceci ayant été prévu lors des discussions qui ont lieu pour élaborer la liste des 55.
    Ce qui donne aussi deux voix à entendre dans l’opposition.

    Mini-Jack, ne vous y trompez pas, ce qui prîme en toute chose, c’est l’intérêt des salariés, au delà de quelques divergences sur le terrain qui ne sont nullement des conflits, mais des divergences de traitement des problèmes.

    Vous risquez d’être surpris, désagréablement surpris.

  6. CLT dit :

    Je reçois Circé 5 sur 5!
    Ce n’est pas parce qu’on n’a pas forcément les mêmes manières de faire qu’on n’est pas d’accord sur l’essentiel! Au contraire…

  7. Jean dit :

    Non, il n’y a pas d’incohérence chez minijack mais une contradiction, pourtant il sait que vous êtes depuis peu adhérente du PS.

    Dans un précédent commentaire, j’avais ressenti la prémonition d’une dérive politique de la conseillère municipale d’opposition ordinaire affirmée par Anne Marie Coursimault de La Rep': « La concomitance avec l’arrivée de Michel Ricoud (PCF) au conseil ne serait que pure coïncidence… ».

    Il reste à Polyborus de préparer sa plume très acérée pour commenter non pas l’actualité locale comme l’écrit Johann dans un billet de La Tribune d’Orléans mais la professionnalisation d’une élue comme celle de CDG.

  8. Miguel dit :

    Une dérive, c’est quand on change de chemin.

    En quoi le fait d’adhérer à un parti politique serait une dérive par rapport à un engagement électif ?

    Il me semble qu’au contraire, il s’agit-là d’un cheminement logique : même s’il plait à certains de croire qu’ils sont élus pour leurs beaux yeux, les gens sont élus pour les idées (conscientes ou inconscientes) qu’ils représentent.

    Quand on veut agir politiquement, c’est une bonne démarche que d’adhérer à un parti.

    Après, il y a une question : l’adhésion à un parti est-elle une prison (poussant à agir par manœuvre plus que pour l’intérêt général) ou un moyen d’agir (poussant à agir pour bâtir des alternances) ? J’ai une petite idée là dessus mais je n’ai pas de réponse, je ne suis pas encarté :)

  9. minijack dit :

    Pour une fois je serai d’accord avec le commentaire de Miguel, je ne vois pas où serait une « dérive » dans le fait d’adhérer officiellement à un parti qui vous a mis sur sa liste électorale. C’est même une logique bien comprise.

    Pour le reste, comme dit Jean, je ne vois aucune « incohérence » dans mon propos, et contrairement à lui pas davantage de contradiction.

    Je n’avais pas lu l’article de la Rep par Anne-Marie Coursimault, mais je constate que nous avons eu les mêmes doutes sur ces démissions bien opportunes et surtout leurs raisons officielles : Un Conseiller municipal qui démissionne soi-disant parce qu’il souhaite se consacrer davantage à son mandat de Conseiller Général, ce qui permet à un autre Conseiller Général d’entrer au Conseil Municipal sans pour autant démissionner de son mandat au Conseil Général, permettez-moi de trouver ça pour le moins amusant… J’ai bien l’impression que le PS s’est fait avoir dans l’affaire !
    Mais ceci n’est qu’anecdotique bien sûr puisque contrairement à ce que dit Circé, la Majorité n’a rien à gagner ni à perdre dans ces petits calculs représentatifs. Elle s’en fout, la Majorité parce qu’elle est la majorité de toutes façons et que ces changements internes à l’opposition ne changeront rien aux débats si ce n’est qu’ils risquent d’être plus épicés. ;c)

    Enfin, CLT, vous parlez de mépris et d’insulte envers le personnel… Mais où trouvez-vous donc du mépris ou des insultes ?
    En ce qui me concerne en tous cas, je ne méprise personne et, que je sache, personne n’a été « insulté » dans ce conflit.
    On peut à la rigueur ricaner d’une prétention exorbitante mais en aucun cas des hommes eux-mêmes. C’est moqueur sans doute, mais ce n’est pas insultant que de traiter quelqu’un de rêveur… Ne le sommes pas tous plus ou moins ?

  10. jean du MoDem dit :

    Je rappelle à Miguel qu’avant Anne Marie Coursimault Pascal Martineau avait prévu une concomitance de la droite et Place de l’Étape: « Pour l’heure, il est indipensable que tous les défenseurs de la liberté d’expression se mobilisent pour sauver le militant Bardet, mais, au delà, pour préserver des droits fondamentaux que la droite, de l’Elysée à la place de l’Etape, s’ingénie jour après jour à faire régresser.”.

    Voici sa réponse à mon commentaire: « On joue sur les mots. Mais chacun aura bien compris ce que j’entends par « place de l’Étape ». ».

  11. CLT dit :

    Zut, je vais assigner Pascal Martineau en référé. Morbleu!

  12. Miguel dit :

    minijack est formidable, avec lui, la droite locale a toutes ses chances !

    Il est tout à fait normal qu’il y ait des démissions dans une équipe. Personne ne remplace personne puisque les entrées au conseil se font dans l’ordre de la liste. C’est ainsi que dans la dernière mandature, il y a eu une vingtaine de démissions. Aussi, commenter ce genre d’affaire, c’est un peu comme se caresser le nombril.

    Quel dommage que minijack n’ai pas été sur la liste de Grouard ! Il gagnerait aurjourd’hui 2 000 € pour rien, plus que les éboueurs qui, eux bossent. Et après il aurait alors pu parler de prétentions exorbitantes… je veux dire celles des élus, évidemment.

  13. minijack dit :

    Il n’y a aucun mal à se caresser le nombril mon cher Miguel. (ça ne coûte rien et si ça fait plaisir… ;c)
    Il reste que l’ordre dans la liste est une chose, que la démission en est une autre. Sans démission d’un numéro précédent, il n’y avait aucune chance que le numéro suivant accède au siège. Je conserverai donc mon soupçon de calcul numéral.

    Quant au fait que je n’aie pas figuré pas dans la liste Grouard, c’est une pure invention de certains blogueurs. De mon point de vue il n’en a jamais été question. Mais si tel avait été le cas, je n’aurais pas considéré comme scandaleux le fait de bénéficier d’une indemnité conséquente. Ceux qui touchent 2000 € font un vrai boulot à temps complet. Les autres n’ont qu’une indemnité bien moindre. Laisser croire comme vous le faites ici sans nuance que tous les élus de la majorité touchent 2000€ relève de la plus pure démagogie.

  14. François dit :

    Allons y Minijack,
    chiche que chacun dévoile ses indemnités REELLES et l’on verra si c’est de la plus pure démagogie et je ne suis pas sûr que celui qui touche 2000€ travaille plus que celui qui ne touche que 131€. on y va ???

  15. B & B dit :

    Arrêtez un peu de fantasmer, les gars :

    Ce que gagne un conseiller municipal ?

    Les conseillers municipaux peuvent bénéficier d’indemnités. Il s’agit le plus souvent d’indemnités compensatrices pour perte de revenu. En effet, si l’employeur est tenu de laisser à tous salariés membres d’un conseil municipal, le temps nécessaire pour se rendre et participer aux séances, aux réunions de commissions et/ou d’assemblées délibérantes, l’employeur n’est pas tenu de rémunérer ce temps d’absence. Le conseil municipal peut donc voter une indemnité compensatrice au conseiller municipal dans ce cas (salarié comme non salarié). Cette compensation est toutefois limitée à 72 heures par élu et par an et chaque heure compensée ne peut être rémunérée au-delà d’une fois et demie le SMIC horaire. Il s’agit de l’application de l’article L. 2123-3 du code général des collectivités territoriales. Bien évidemment, les conseillers municipaux auxquels le maire délègue une partie de ses fonctions peuvent percevoir une indemnité de fonction, indépendante de l’indemnité compensatrice, votée par le conseil municipal dans la limite de 6% de l’indice 1015, soit 223,36 euros bruts mensuels depuis le 1er février 2007.

    Mais c’est vrai que c’est purement théorique…

  16. Miguel dit :

    Mort de rire ! Pour quelqu’un qui sort des chiffres et a l’air bien renseigné, B & B n’a pas l’air bien au courant : en effet, tous les élus de la majorité d’Orléans ont des délégations et la moitier sont adjoints. La moitier des élus orléanais de droite est aussi élue à l’AgglO. Aucun élu de droite ne touche donc le minimum. A chaque échelon ils touchent ! Au total, la plupart des élus de droite à l’AgglO touchent dans les 2000 €/mois. Somme qu’ils cumulent avec leur salaire.

    En revanche, les élus de gauche qui travaillent souvent plus que ceux de la majorité puisqu’ils n’ont pas à disposition les service se la mairie pour leur préparer les dossiers, touchent eux 118 € de quoi, effectivement payer des babysitters :)

    C’est vrai que les élus ne font pas de la politique pour l’argent mais quand-même, certains se sont augmentés de 18% ! Pour des gens désintéressés et soucieux des finances publiques, on a déjà vu mieux !

  17. B & B dit :

    C’est bien ce que je disais :

    « C’est purement théorique »

    Qui se souvient encore de la somme phénoménale que toucha la jolie Xavière pour une merde truffée de fautes de français et d’orthographe et, qui, je le crains, n’a laissé aucune trace dans la recherche et encore moins dans la découverte ou dans l’invention ? Il me semble qu’un Tribunal lui a donné raison…

    En revanche, tous les Français se souviendront de l’augmentation kolossale que M. le Président de la République s’est octroyée, lui le champion du travailler plus pour gagner plus (point question d’efficacité dans ce programme), du travail du dimanche, du « levez-vous tôt les gars et vous serez riche », etc. « Du flan ma grand-mère », disait-on dans le temps.

  18. B & B dit :

    minijack

    « Quant au fait que je n’aie pas figuré dans la liste Grouard, c’est une pure invention de certains blogueurs. De mon point de vue il n’en a jamais été question ».

    Moi, je vous crois.

  19. jean du MoDem dit :

    Peut-on croire un romancier, en particulier minijack?

  20. Fansolo dit :

    Pas sûr que l’équipe Grouard ait eu envie de se trimballer un second Quentin Thomas, moins naïf mais plus sournois dans ses écrits, qui risquait de surcroît d’augmenter la moyenne d’âge de la liste…

    Pour les assignations en référé, pourquoi s’arrêter là ? « tant que je gagne, je joue » ?

  21. jean du MoDem dit :

    « Zut, je vais assigner Pascal Martineau en référé. Morbleu! ».

    Zut! exclamation qui exprime le dépit, le mépris, l’indifférence.

    Cette assignation sera rejetée pour 3 raisons:.
    1 c’est la vérité
    2 c’est un professionnel de la politique qui la formule
    3 cette vérité que vous n’admettez pas, la régression des droits fondamentaux ne peut être traitée par le dépit, le mépris et l’indifférence.

    Morbleu! Déformation de mort de Dieu, où bleu est utilisé par substitut pour éviter le blasphème. Le blasphème vous connaissez et vous nous avez durant une conférence, certes de qualité, au café historique indiqué les conséquences. Vous vous préparez à accompagner minijack en 2022 au…

  22. minijack dit :

    Sacré Jean du MoDem… un discours toujours aussi ésotérique !…

    C’est beaucoup plus clair pour Circé qui, comme chacun sait, est cette magicienne de la mythologie grecques qui a transformé les compagnons d’Ulysse en « pourceaux »…
    Quand elle défend la grève qui nous laisse toutes ces cochonneries sur les trottoirs, elle est donc parfaitement dans son rôle ! ;c)

  23. Bernard dit :

    Bernard, B & B et Bernard Bonnejean ne font qu’un. Tout le monde le sait, je suppose, sauf ceux qui veulent noyer leur chien sous des prétextes fallacieux.

    Et Bernard, B & B, Bernard Bonnejean, Nanard, Bernie etc. sont tous d’accord sur un point : Corinne fait une lourde erreur en s’ajutissant.

    Mais j’espère franchement, compte-tenu de la « dimension » du personnage, que je me trompe.

    Comme j’espère qu’on pourra continuer à discuter intelligemment sur son blog, sans qu’elle risque de se faire taper sur les doigts par les penseurs officiels du parti, à quelque clan qu’ils appartiennent !

  24. Esther dit :

    Je ne suis pas convaincue que la carte du PS empêche Corinne de penser, de dire ce qu’elle pense et de discuter (avec la mauvaise foi qui peut être la sienne, c’est vrai, mais nul n’est parfait ! Corinne, ne proteste pas, stp !) … mais nul doute que cela plairait à pas mal de gens qu’elle se taise et qu’elle arrête de penser, « en mairie » comme ailleurs ! :-)

  25. Miguel dit :

    Un parti est-il là pour faire ou empêcher de faire ? That is the question ! Que peut-on faire tout seul ? Nothing Sir.

    So what ? Wait and see…

  26. Miguel dit :

    As you can see, i don’t speak latin but i’m quite fluent in english :)

  27. Bernard dit :

    Bon, eh bien, nous allons bien voir, Esther et Miguel ! Juste un petit test sans l’ombre d’une méchanceté ni même un(e) minuscule chausse-trappe de rien du tout.

    Corinne, en tant que professeur de Droit, je vous demande comme un service à nous rendre, à nous pauvres justiciables non qualifiés, ce que vous pensez de la disparition possible de la fonction de juge d’instruction.

    En tant que professeur de Droit, avec l’indépendance d’esprit et la justesse de vos explications qui ont toujours fait mon admiration depuis mes débuts orléanais. L’avis de la conseillère PS qui ne ferait que reproduire celui d’Aubry m’importe peu.

    Je ne ris pas, car j’attends vraiment une réponse claire de votre part. Question de respect et de confiance que j’ai toujours placés en vous et pas tellement dans ce que le PS est devenu.

  28. minijack dit :

    @Bernard
    Je ne comprends pas bien votre dernière intervention : »Question de respect et de confiance que j’ai toujours placés en vous et pas tellement dans ce que le PS est devenu. »

    N’êtes-vous pas étranger à Orléans ? Comment pourriez-vous placer votre confiance en une élue locale qui ne serait pas affiliée à un parti ?

    Soit vous avez –ou pas– confiance dans le parti en question –ce qui n’est pas mon cas–, soit vous êtes orléanais et vous connaissez personnellement la personne –c’est mon cas–, mais je comprends mal que vous puissiez avoir confiance en quelqu’un que vous ne connaissez pas personnellement si ce n’est précisément par son appartenance à un parti auquel vous feriez confiance… Quelque chose m’échappe dans votre raisonnement.
    Vous nous expliquez ?

  29. Esther dit :

    I’m so impressed !:) and I agree with you : Wait and see.

  30. Bernard Bonnejean dit :

    En ma qualité d’étranger à votre estimable ville, je ne puis que vous donner raison, minijack.

    Pourtant, m’accorderez-vous assez d’instinct, voire de discernement, pour admirer une personnalité uniquement sur ses écrits, fût-ce sur un blog ?

    En outre, me permettrez-vous d’avoir plutôt tendance à faire confiance à un professeur de Droit pour répondre de façon judicieuse à une question de Droit ?

    Enfin, comme dit l’autre :

    To be, or not to be: that is the question :
    Whether ’tis nobler in the mind to suffer
    The slings and arrows of outrageous fortune,
    Or to take arms against a sea of troubles,
    And by opposing end them ? To die : to sleep ;
    No more ; and by a sleep to say we end
    The heart-ache and the thousand natural shocks
    That flesh is heir to, ’tis a consummation
    Devoutly to be wish’d. To die, to sleep ;
    To sleep : perchance to dream : ay, there’s the rub ;
    For in that sleep of death what dreams may come
    When we have shuffled off this mortal coil,
    Must give us pause : there’s the respect
    That makes calamity of so long life ;
    For who would bear the whips and scorns of time,
    The oppressor’s wrong, the proud man’s contumely,
    The pangs of despised love, the law’s delay,
    The insolence of office and the spurns
    That patient merit of the unworthy takes,
    When he himself might his quietus make
    With a bare bodkin ? who would fardels bear,
    To grunt and sweat under a weary life,
    But that the dread of something after death,
    The undiscover’d country from whose bourn
    No traveller returns, puzzles the will
    And makes us rather bear those ills we have
    Than fly to others that we know not of ?
    Thus conscience does make cowards of us all ;
    And thus the native hue of resolution
    Is sicklied o’er with the pale cast of thought,
    And enterprises of great pith and moment
    With this regard their currents turn awry,
    And lose the name of action. – Soft you now!
    The fair Ophelia! Nymph, in thy orisons
    Be all my sins remember’d.

    See you soon :)

  31. Bernard Bonnejean dit :

    ERRATUM

    errare humanum est comme l’autre qu’a dit « My horse for a kingdom » au moment où il aurait dû décamper

    § 28, 2ème alinea, l. 2

    il fallait lire s’assujettissant en lieu et place du barbarisme *s’ajutissant.

  32. Bernard Bonnejean dit :

    Au fait, minijack, une fois n’est pas coutume : vous avez été le premier.

    En quoi ? vous demanderez-vous et toute la ville avec vous ?

    En homme de droite qui se respecte, vous avez été le premier à me faire remarquer que je n’étais pas de chez vous.

    Vous allez me dénoncer aux flics ou il faut que je me rende spontanément ? A moins que vous n’attendiez qu’on soit plusieurs lavallois pour faire une rafle. C’est ça qui ferait un beau titre dans votre Gazette

    « Un groupuscule hypergauchiste connu sous le nom de « Père Ubu » tenait une épicerie rue des Carmes. Sous couvert de ressusciter les rites monastiques de ce haut-lieu du catholicisme orléanais… (à suivre).

  33. minijack dit :

    Seriez-vous malade des nerfs, Bernard, pour prendre ainsi la mouche au moindre propos contrariant ?

    Je ne mettais pas en avant le fait que vous soyez étranger à la ville comme un motif à vous évacuer de la discussion au titre de je ne sais quelle ségrégationnisme droitier dont vous semblez m’accuser… Vous délirez l’ami !

    Je faisais juste remarquer — eu égard au fait que vous vous trouvez sur le blog d’une élue locale orléanaise — l’évidente inopportunité de votre remarque sur la confiance que vous disiez lui porter.
    Je me demande quelle sorte de confiance vous pouvez accorder à quelqu’un que vous ne connaissez ni d’Eve ni d’Adam, et qui par ailleurs n’aura jamais aucune influence sur la gestion municipale de Laval…

    Vous attaquant à tous et à toutes, vous étalez votre impertinence comme un marchand de confitures, vous en mettez partout et si ça continue on ne verra bientôt plus que vos posts sur tous les blogs de la région, parfois même sous des logins différents. Je me pose donc des questions à votre sujet et ce n’est pas la police que je risque d’appeler mais l’hôpital psychiatrique… Calmez-vous mon vieux ! Le monde entier ne vous en veut pas.

  34. CLT dit :

    Merci à tous pour vos compliments et vos citations shakespeariennes. Grâce à vous, j’ai vraiment le blog le plus chic de l’agglO, sinon par ses billets, au moins par ses commentaires.

    Je n’ai envie ni de m’ajutisser, ni de m’assujettir. J’ai plutôt envie d’agir. Or, comme le disait très bien cette vieille branche d’Archimède, pour bouger le monde, il faut un levier. Et pour gagner des élections, il faut un parti. Même si je suis passionnée par ce que je découvre des dossiers municipaux, je n’ai aucune vocation à rester dans l’opposition toute ma vie. Et comme je n’ai pas non plus d’appétence particulière ni d’aptitude singulière pour la trahison (comme M. Besson, pas Gérard, Eric), j’aimerais bien, la prochaine fois (dans 5 ans), que la gauche gagne les élections.

    Précisons les choses : ce que je découvre peu à peu de « l’action » municipale de la majorité actuelle me fait souhaiter cette alternance non pas seulement par goût, mais aussi comme une nécessité pour Orléans. C’est même une question d’intérêt général si on veut que cette ville tienne son rang (pauvre capitale régionale dont la population a stagné lamentablement en 7 ans…Encore un signe supplémentaire de « rayonnement », sans doute).

    Ce n’est pas la réunion d’hier soir (terminée à minuit) au conservatoire qui me fera penser le contraire. Rendez vous compte : c’était le premier conseil d’établissement du conservatoire en 5 ANS!!! Et la situation est vraiment, vraiment catastrophique, du fait de l’absence de véritable ambition culturelle de la mairie, au grand dam de son directeur et de ses enseignants.
    Quand donc nos adjoints comprendront-ils qu’il faut travailler, travailler, et travailler encore?

    Au fait l’indemnité de conseiller ordinaire (= conseiller d’opposition) à Orléans c’est 118 euros nets.
    Dans la majorité, il n’y pas de conseillers « ordinaires » : ils ont tous une délégation (c’est un souhait du maire). Si ma mémoire est bonne ils sont tous au moins à 430 euros. Et naturellement, s’ils sont adjoints, ils ont beaucoup plus (il y a quand même 50% d’adjoints dans la majorité).

    Quant aux juges d’instruction, j’y pense, cher Bernard, j’y pense.
    Mais avant d’écrire un billet sur les juges, j’aimerais bien dire un mot aussi sur ma chère vieille alma mater qui va bien finir par mourir à force de prendre des coups. Merci Mme Pecresse.

  35. Joseph dit :

    « l’indemnité de conseiller ordinaire (= conseiller d’opposition) à Orléans c’est 118 euros nets ».
    Ailleurs, sur les communes de l’AgglO, c’est beaucoup moins (plutôt de l’ordre de 40 euros ) et à déclarer !
    Le cumul des mandats par les gens de la majorité : maire d’Olivet + conseiller Général + vice président de l’AgglO,…, cela tourne autour de 10 000 euros (dont environ 1000 euros de trop perçu comme maire d’une population surévaluée, somme qu’un ancien préfet du Loiret avait invité à rendre à la commune. Même la Rep en avait fait état. Sans effet).
    Et les éboueurs grévistes et non-grévistes ont eu droit à 30 euros (même pas une tasse de café par jour ! C’est vrai qu’à l’heure où ils passent ramasser nos poubelles, les cafés ne sont pas encore ouverts !)

  36. Fansolo dit :

    En ce moment, entre l’agglo qui augmente les impôts, les incohérences « tram-atiques », les mises en examens de journalistes pour diffamation, les projets qui capotent les uns après les autres, les CMA des CCQ qui se font en catiminis, le conservatoire qui sent le Pathé (et réciproquement), les expulsions sommaires, etc…
    On ne sait plus où donner de la tête…

    Tant de boxon donne le tournis !

  37. minijack dit :

    « pauvre capitale régionale dont la population a stagné lamentablement en 7 ans…Encore un signe supplémentaire de “rayonnement”, sans doute »

    Vous avez là une drôle de conception du « rayonnement »…
    Pourquoi voudriez-vous que la conséquence naturelle d’un « rayonnement » fût l’augmentation de la population ?
    Selon moi, le rayonnement devrait avoir pour effet de mieux faire connaître la ville et ses avantages aux touristes et aux chalands venant en visiteurs, c’est à dire à aider le commerce, et les habitants à améliorer leur niveau de vie, pas nécessairement à augmenter leur densité et les embouteillages qui vont avec !

    Le soleil rayonne. Augmente-t-il pour autant sa masse ? Non ! au contraire même. Il est simplement plus beau.

  38. Bernard Bonnejean dit :

    Et si vous aviez raison sur tout en ce qui me concerne, monsieur Minijack, en éprouveriez-vous une petite satisfaction personnelle compensatrice ?

    Et ne seriez-vous le premier en rien du tout qu’il faudrait quand même vous laisser écrire :

    Jeudi 22 janvier 2009 (ZENIT.org) – « Après l’assassinat d’un journaliste chrétien, l’Eglise dénonce les graves atteintes à la liberté de la presse au Sri Lanka, rapporte « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris.

    Le 8 janvier 2009, le rédacteur en chef du Sunday Leader (un journal hebdomadaire en langue anglaise), Lasantha Wickramatunga, a été assassiné par balles au volant de sa voiture alors qu’il se rendait à son travail à Colombo. Tout à fait conscient des risques qu’il courait en poursuivant son travail d’information, ayant subi de nombreuses menaces de mort et tentatives d’intimidation, le journaliste avait écrit, quelques jours avant sa mort, un article intitulé « Puis ils vinrent pour moi », où il faisait part de son prochain assassinat.

    Il y écrivait : « Aucune profession n’appelle à sacrifier sa vie à l’exception des militaires et, au Sri Lanka, des journalistes. Au cours des dernières années, les médias indépendants ont subi des attaques croissantes […] De nombreux journalistes ont été harcelés, menacés et tués. J’ai eu l’honneur de faire partie de ces catégories, en partie de la dernière […] »

    Lasantha Wickramatunga, âgé d’une cinquantaine d’années, ancien avocat, était chrétien et n’avait pas cédé aux menaces du gouvernement l’accusant d’être « anti-patriote », pour avoir dénoncé certains aspects sombres de la guerre menée actuellement contre les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE).

    Alors que la communauté internationale, l’ONU, différentes ONG et tous les groupes religieux du Sri Lanka demandent l’arrêt de la guerre qui fait rage au nord de l’île et atteint essentiellement les milliers de civils pris au piège dans la zone des combats, le gouvernement a encore restreint davantage la liberté de la presse, traquant les journalistes qui critiquent le régime fort du président sri-lankais Mahinda Rajapakse ou ne saluent pas suffisamment les « victoires » remportées contre la guérilla.

    Selon différentes sources médiatiques locales, les organisations Amnesty ainsi que Reporters sans frontières (RSF), qui ont également condamné vigoureusement le meurtre de l’éditeur du Sunday Leader, plus d’une dizaine de journalistes ou personnes travaillant dans les médias, auraient été tués au cours des deux dernières années au Sri Lanka.

    La Mission internationale pour la liberté de la presse, qui a condamné le 21 janvier « la culture d’indifférence » entourant les attaques contre la presse au Sri Lanka a demandé aux autorités d’accepter la création d’une commission internationale et indépendante pour enquêter sur les dernières et graves violations de la liberté de la presse dans le pays « .

  39. CLT dit :

    Minijack, ne changez rien! Vous êtes l’icône parfaite de la mauvaise foi.
    Au fait, si vous les croisez, allez donc parler du rayonnement d’Orléans au directeur du conservatoire ou au président de l’université.
    « Orléans donne un avenir à son passé ». Si on continue avec le rayonnant dynamisme actuel, Orléans va finir par se passer de son avenir.

  40. Miguel dit :

    Damned ! I thought it already was « Orléans gives a past to its future » !

  41. Bernard Bonnejean dit :

    Corinne, j’attends avec grande impatience votre papier sur les juges d’instruction. La question sur les fichiers de police (STIC, Judex, Fnaeg, etc.) me brûle aussi les lèvres (les doigts sur le clavier), mais je préfère aussi, parce qu’intéressé au premier chef, que vous abordiez les problèmes de l’alma mater.

    A ce propos une petite anecdote qui remonte à 2003.

    Vous connaissez sans doute le Professeur Pierre Brunel, président de la Sorbonne. Spécialiste de Claudel, intellectuel redoutable qui ne supporte pas la médiocrité, il a présidé le jury qui m’a attribué la mention très honorable avec félicitations et m’a vivement conseillé de publier ma thèse, telle quelle, ce que j’ai commencé à faire (3 volumes de 300 pages chacun).

    En outre, malgré mon âge relativement avancé, il m’a fait comprendre qu’il ne verrait pas d’un mauvais oeil que je postule pour un poste de prof. de fac. dans l’enseignement public.

    J’ai présenté un dossier complet au CNU. Des deux professeurs, l’une a d’abord accepté ma candidature ; l’autre y était farouchement opposée. Sous la pression de la seconde, la première a ajouté à son rapport un « avec des réserves » qui m’a définitivement fermé les portes de l’Université publique.

    Vous savez, puisque j’ai lu quelque part que vous aviez été élue au CNU, que les professeurs doivent retourner les documents aux candidats. C’est ainsi que j’ai reçu dans ma boîte aux lettres ce billet ainsi rédigé :

    « Vous êtes prié de retirer vos documents entreposés dans la loge de mon concierge pendant les heures de service » (Madame Salope habite dans le XVI°).

    Sans doute honteuse ou trouillarde, quelques jours après je recevais un coup de téléphone du même professeur de la Sorbonne, me disant pis que pendre de son collègue Brunel qui lui ôtait pratiquement le pain de la bouche en lui coupant des ailes légitimes, et me faisant comprendre que pour peu que j’ajoute son nom, à elle, et celui de quelques-uns de ses étudiants dans ma bibliographie, elle se débrouillerait pour qu’une nouvelle candidature, l’année d’après, soit prise en considération avec tous les honneurs possibles. Elle connaissait personnellement, disait-elle, le président du CNU.

    Inutile de vous dire que je n’ai plus jamais cherché à me nourrir aux mamelles de l’Alma Mater et que je n’ai pas ajouté le nom de Mme Salope à ma bibliographie !

    Mes bouquins font quand même autorité un peu partout dans le monde (USA, Canada, Amérique du Sud, Allemagne, Tchékie, etc.) même s’ils ne sont pas encore traduits ce qui ne tardera plus maintenant.

    Alors Pécresse ou un(e) autre… Continuez vos travaux de recherche ; les chiens aboient, la caravane passe, les ministres aussi, mais que ça n’empêche pas les chercheurs de chercher !

  42. minijack dit :

    @ CLT
    L’icône rit ! ;c)

  43. minijack dit :

    @ Bernard
    « Et si vous aviez raison sur tout en ce qui me concerne, monsieur Minijack, en éprouveriez-vous une petite satisfaction personnelle compensatrice ? »

    Point du tout. Vous m’en verriez contrit cher Bernard.
    Pourquoi voudriez-vous que j’éprouve une quelconque satisfaction à avoir raison dans ce cas ? Je ne suis pas un monstre, je sais que certains accidents de la vie peuvent amener à se voir des adversaires partout.
    Mais je suis sûr que ça n’est pas le cas pour vous, vous savez trop bien argumenter. Parfois même de manière excessive au point que je ne vous suis plus dans vos digressions sans fin. C’est sans doute que pour les comprendre il faudrait être bien plus intelligent que la moyenne et c’est au-dessus de mes capacités.

  44. B & B, dit Bernard, dit Bernard Bonnejean, dit Bonnejean, dit Jean Bonneber alias le bigot cagoulé, dit Nanard, tête de lard dit :

    Non, Minijack, il est hors de question que vous vous rabaissiez pour me faire plaisir. Au contraire, je me sentirais doublement humilié pour les fois où je vous ai trouvé du talent.

    Je vous demande seulement de bien réfléchir à vos propos qui risquent d’être d’autant plus néfastes qu’ils visent à une certaine justesse.

    Dire à un parano qu’il est parano, c’est souligner deux fois une réalité qui lui déplaît tout le temps qu’elle reste encore accessible à sa conscience, c’est-à-dire toutes les fois où, lucide, il n’est plus parano.

  45. minijack dit :

    @ Bernard
    C’est bien ce que je disais ; vous êtes très intelligent… ;c)
    Alors, pourquoi « jouer » au parano ? Pour amuser la galerie ?

  46. Bernard Bonnejean dit :

    Dites donc, minijack, je suis quelqu’un de sérieux, moi !

    Sachez que Salvador Dalí, pour ne citer que lui, a proposé la méthode paranoïaque-critique comme mode de création artistique.

    Mais quelque chose me dit que vous n’allez pas aimer Dalí. Pourtant, s’il vivait encore, il célèbrerait sans doute la gare d’Orléans comme l’une des seules où pour rester sec quand il pleut il vaut mieux se mettre SUR que SOUS son toit.

    Vous voyez : quand Sénèque dit que les voyages ne guérissent point l’âme, qu’un autre prétend qu’ils forment la jeunesse, je défends qu’en papillonnant de blog orléanais en blog orléanais, j’ai plus appris sur le sujet qu’en voyage organisé par l’Office de Tourisme Grouardien.

    Allons, souriez cher ami, vous êtes filmé !

    Quoi, qu’est-ce que j’ai dit encore ?

    Promis, je ne vous embête plus. En bon chrétien charitable, je vous le laisse, le dernier mot.

  47. Jean du MoDem dit :

    N’en déplaise à Miguel, il s’agit bien d’une dérive.

    Dans la Rep’ de ce week-end, CDG pour s’exprimer a fait un copier-coller du texte de cet article. Pourquoi?

    Oui, sauvons le droit de s’exprimer pour le collaborateur de l’opposition municipale!
    Oui, sauvons les droits fondamentaux!

  48. CLT dit :

    Ben, en fait, la Rép a confondu la personne qui transmet le communiqué de presse (donc Christophe) avec l’auteur de ce texte. Christophe n’a pas rédigé ce communiqué (je suis bien placée pour le savoir…). Il s’agit d’une petite erreur matérielle. That’s all folks!

  49. Bernard Bonnejean dit :

    Si le § 48 est bien la réponse du § 47, les allusions du § 47 ne renvoient à aucun autre. Pourtant, elles semblent parfaitement comprises par CLT qui nous parle d’un Christophe et d’un auteur de la Rép, qui semble bien être un nommé CDG.

    En tout cas, les non-initiés ne comprennent rien de rien à cette « dérive » que le grand conciliateur Miguel, une fois de plus, va essayer d’adoucir.

    Much ado about nothing ??

  50. minijack dit :

    Magnifique ! Voilà qu’on cite Dali sur ce blog, et la gare d’Orléans plutôt que celle de Perpignan. Serait-ce une reconnaissance d’Orléans comme « centre du monde » daliesque ? C’est la consécration !
    Vous avez beaucoup d’humour Bernard. ;c)

    Au fait, avez-vous jamais fait l’étonnant rapprochement entre Dali et le fait qu’il se soit représenté lui-même en « loco »-motiv ? Je vous rappelle qu’il était catalan et que loco signifie fou.
    Contrairement à ce que vous pourriez penser, j’ai une certaine admiration pour les fous qui touchent au génie.

  51. jean du MoDem dit :

    à Bernard Bonnejean
    « les allusions du § 47 ne renvoient à aucun autre »
    Si, aux § 10, 11 et 21.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>