Ma première commission

Aujourd’hui était un grand jour pour moi. Après 6 mois comme conseillère municipale sonnait enfin l’heure tant attendue de ma première commission thématique. Pour les non initiés (j’ai peur qu’il y en ait parmi mes lecteurs, enfin, ceux qui n’appartiennent pas au cabinet du maire), pour les non initiés, disais-je, les commissions dites « thématiques » sont des instances composées d’élus municipaux (de la majorité et de l’opposition) et de membres des services de la ville. Leur but est de préparer les délibérations du conseil municipal par un examen préalable et contradictoire des dossiers. Ces fameux dossiers (composés tantôt de quelques simples feuillets, et tantôt de liasses impressionnantes de documents techniques, de conventions, de préconisations, etc.) sont réunis par les services techniques de la ville. Etudiés et débattus par les conseillers municipaux, ils peuvent faire l’objet d’amendements, de compléments ou de corrections de façon à baliser au mieux la réflexion et le vote du conseil, seul habilité juridiquement à prendre des décisions. En clair, en aval du travail technique de montage des dossiers mais en amont des discussions et des votes du conseil municipal, les commissions sont un lieu de réflexion, de concertation et d’échange où se joue quelque chose de l’avenir de la ville.

J’étais donc toute contente. D’autant que j’avais drôlement attendu pour pouvoir exercer cette petite parcelle de responsabilité nouvelle. Ma commission, en effet, avait déjà été annulée une fois et reportée une fois. C’est tout naturel : elle porte sur des sujets peu importants : « l’action économique, le commerce, l’enseignement supérieur et la recherche ». De la gnognotte, donc. Malgré ces petits problèmes de rodage, bien compréhensibles, pour une équipe municipale sans doute jeune et encore peu expérimentée (7 ans aux affaires, finalement, ça passe très vite), la tenue de cette réunion ne s’en annonçait pas moins prometteuse. Voire exaltante.

Autant vous dire que j’ai été déçue.

D’abord, sur 9 élus membres seuls 4 étaient présents (dont les deux de l’opposition). Heureusement qu’il n’y avait pas de quorum.

Ensuite, en fait de travail, la commission a essentiellement consisté à avaliser la distribution de subventions. C’est un peu l’école des fans. C’est chouette, on a l’impression d’être le père Noël. Si c’est ça l’action économique, j’adôôôre !

En outre, les documents n’étaient pas distribués en amont : on arrive, et on découvre les dossiers. On a donc 5 minutes pour en prendre connaissance et réagir. Cela serait tellement plus pratique d’avoir les informations en amont (la transmission de l’information est un vrai problème à la mairie d’Orléans).

Enfin, petite remarque incidente, j’ai des doutes affreux sur la pertinence d’une commission qui se tient 3 jours avant un conseil municipal : toutes les subventions qu’on nous a présentées figurent en effet déjà à l’ordre du jour et dans la note de synthèse qui nous ont été remis dès vendredi dernier.

A part ça l’ambiance était sympa. C’est sans doute l’essentiel.

Quand je pense qu’on m’avait dit que « tout se passe en commission »… Quelle bonne blague !

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Ma première commission

  1. Calamity Jane dit :

    Belle démonstration de l’amateurisme de l’équipe en place et du peu d’implication de leurs élus!

  2. Fansolo dit :

    Bon mais alors « placedelétape », dites-nous tout parce que, au fond, c’est la seule question qui nous préoccupe : c’était la p’tite ou la grosse commission ?

  3. Jean du MoDem dit :

    « Au point qu’on peut se demander s’il existe encore des conseillers municipaux « ordinaires ». Ah ben oui, au fait, ceux de l’opposition… » et vous avez ajouté « (sans que le terme « ordinaire » ait, sous ma plume, une connotation péjorative : le terme renvoie ici simplement à l’étymologie : conforme à l’ordre habituel). »
    C’est le cas.

  4. Corinne dit :

    Cher Fansolo, je craignais cette blague lamentable. Elle est faite, voilà. Ce qu’il y a de bien avec vous, c’est que vous ne décevez jamais vos lecteurs.
    A quand des piges pour l’almanach Vermot?
    Bien à vous,

  5. Fansolo dit :

    Chère « placedelétape »,
    Je constate avec regret mais sans surprise que vous ne me répondez pas…
    Mon frigo étant vide et devant aller chez Leclerc prochainement, je vous pose donc la question différemment :

    Quand pourrez-vous me remettre la liste des commissions ?

  6. Jean du MoDem dit :

    Nous savons que presque l’unique fonction d’un ou d’une conseiller de base ou ordinaire est d’élire le maire, seul le maire a une responsabilité juridique et donc le pouvoir de…
    Fansolo s’est retiré de la blogosphère orléanaise, ce serait bien qu’il en fasse autant pour ses commentaires lamentables.
    Fansolo a été candidat à l’élection municipale, heureusement que les électeurs l’ont blackboulé.

  7. Dois-je faire le même article pour mentionner le fait qu’il n’y avait aucun membre de l’opposition à la commission développement durable? Alors qu’il y avait matière à discuter…

  8. Corinne dit :

    Tu peux, si tu le souhaites, faire le même article, mais il me semble que tu déplacerais un peu le fond du débat.

    En effet, je n’ai pas, délibérément, insisté sur l’absentéisme : les collègues peuvent avoir de bonnes raisons de ne pas venir, même si j’observe qu’ils n’avaient apparemment pas prévenu de leur absence.
    En outre, sur cette question, il me semble que les données sont à considérer différemment selon que l’on est dans la majorité (aux affaires) et dans l’opposition (sur un strapontin). Ce n’est évidemment pas un pb d’indemnité (ce point est négligeable : rappelons que l’indemnité des conseillers de l’opposition, de 118 euros par mois, ne couvre pas le temps passé à travailler pour la ville) mais une question de responsabilité. Ceux qui sont aux affaires doivent préparer et rendre compte. Ceux qui sont dans l’opposition doivent proposer et discuter. Encore faut -il que cette discussion soit possible.
    Laissons donc cet intéressant pb de l’absentéisme de côté pour l’instant : nous y reviendrons dans quelque temps, sans doute. Ce n’est pas sur cet aspect des choses que j’entendais attirer l’attention, mais sur le déni de concertation démocratique que montre l’organisation de ma commission :
    1) pas de transmission de l’information auprès des conseillers suffisamment à l’avance pour qu’ils puissent se faire une opinion éclairée
    2) pas de prise en compte possible d’une éventuelle concertation au moment de la réunion puisque, lorsque la commission s’est tenue (mardi), les documents du conseil municipal de vendredi étaient déjà édités.

    Encore une fois, je ne souhaite pas faire de cette question une affaire de personne mais d’organisation. C’est la raison pour laquelle je ne cite aucun nom dans mon article. Ce qui est en cause c’est un mode de fonctionnement, d’autant plus grave qu’il est rapporté à des questions importantes (l’action économique, la recherche, l’enseignement supérieur).

    Enfin, s’agissant de ta commission proprement dite, j’observe que
    1) les collègues de l’opposition ont prévenu de leur absence
    2) l’un était sur la route, de retour d’un RV professionnel à Paris et l’autre à son travail, d’où il lui était impossible de s’absenter.
    3) Il a été demandé, à plusieurs reprises, de tenir compte de ces impératifs professionnels pour tenir la commission développement durable. Pour l’instant en vain.

    Evitons donc de confondre la paille avec la poutre. Merci

  9. Miguel dit :

    @Quentin Thomas : oh oui, oh oui, fais un article. Ils sont trop drôles et puis surtout intéressants !

    Tu pourras ainsi expliquer ton action au conseil municipal depuis 4 mois… on t’a pas beaucoup entendu pourtant tu touches des sacrées indeminités, dis… Tu pourrais te donner du mal, non ?

    Au fait, ils vont bien les 3m carrés de broussailles sur les mailles ? et les ruches, ont-elle donné du miel ? Faut rendre des comptes sur les grands projets, quoi ! Et ton voyage, il t’a couté cher ? Allez quoi, raconte-nous tout ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>