La rentrée des crasses. Où sont passées les activités périscolaires dans les écoles d'Orléans?

Cette semaine, les enfants ont repris le chemin de l’école, après des vacances bien méritées. Ils vont découvrir de nouveaux professeurs, se faire de nouveaux copains, inventer de nouvelles bêtises et apprendre tout un tas de trucs passionnants (comme la numération égyptienne, dont m’a entretenu savamment ma fille aînée ce soir : ça n’a évidemment rien à voir avec les hiéroglyphes).

Ce retour à l’école marque aussi, pour certains enfants qui restent à la cantine et/ou à la garderie du soir, l’occasion de pratiquer des activités éducatives, artistiques et sportives (théâtre, danse, chorale, arts plastiques, bricolage, informatique, gymnastique, etc.), sous la conduite d’adultes qualifiés et bienveillants, mais non enseignants. Ces activités ont lieu en dehors du temps scolaire quoique sur le site de l’école (ce qui pose d’ailleurs parfois des problèmes de place, mais ce n’est pas la question d’aujourd’hui). Elles sont donc à bon droit qualifiées de « périscolaires ». Très prisées par les enfants, elles se déroulent en ateliers de quelques élèves. Elles relèvent de la compétence de la mairie et sont en principe assurées par du personnel municipal. Les enfants en attendent toujours le lancement avec impatience tandis qu’elles prennent fin en apothéose par la fameuse « fête des ateliers » (un grand moment de communion pédagogico-parentale), vers le mois de juin.

Or qu’apprends-je ? Cette année, ces bienheureuses activités, dont le choix fait toujours l’objet de débats passionnés à la maison et d’une concurrence féroce à l’école lors de l’inscription, ces bienheureuses activités, disais-je, ne commenceront pas avant le mois de décembre, au plus tôt. L’année dernière, elles n’avaient déjà été ouvertes qu’à la fin novembre. L’année précédente, après les vacances de Toussaint, et l’année d’avant, si mes souvenirs sont bons, dès le mois d’octobre. Bref, plus ça va, moins y en a. Ce ne sont plus des activités périscolaires, mais un exercice comptable de soustraction.

Devinez pourquoi. En raison de sournoises et mystérieuses économies budgétaires dont on se garde bien donner la raison et l’ampleur. En outre, à ma connaissance, mes impôts n’ont pas baissé. C’est même plutôt le contraire. La municipalité en place, on le sait, confond communication et publication de bulletins de victoires. Elle s’est donc bien gardée d’évoquer cette misérable question d’activités périscolaires de rien du tout. On ne dit rien. On n’en parle pas. Donc, ça n’existe pas (le Grouardisme est une forme contemporaine et impensée du nominalisme). On met soigneusement les miettes sous le tapis en espérant que personne ne s’apercevra du tour de passe-passe. Et on glisse à autre chose. Avec élégance et désinvolture.

Alors, une question : où est passé l’argent économisé sur les activités périscolaires ? I want my money back. Plus d’impôts. Moins de services. Ce n’est pas comme cela que « le nouvel Orléans me sourit ».

Lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à La rentrée des crasses. Où sont passées les activités périscolaires dans les écoles d'Orléans?

  1. Esther dit :

    Hé bien quelle blog-rentrée ! Cela dit, je constate qu’Orléans ressemble à une petite ville costarmoricaine que je connais. Ah, différente quand même : moins d’habitants, moins d’impôts mais plus d’économie aussi car on n’annonce pas un début d’activités en décembre, on ne dit rien, enfin… si… c’est aussi lapidaire que systématique : « le dossier n’a pas été communiqué à la bonne commission ». Ainsi, on annonce des sommes extraordinaires mais on ne les distribue pas (on ne dit pas non plus ce qu’on en fait). Si à Orléans on vous annonce les activités périscolaires pour décembre, il faudra que les petits Bretons croient, eux, encore au père Noël !

  2. Gizmo dit :

    Quelle influence a la maîtresse de céans ! Dans la Rep’ du jour (« Petites annonces »), on peut lire que la Ville d’Orléans recrute des animateurs pour les accueils périscolaires.

  3. Corinne dit :

    Espérons que les animateurs seront opérationnels dans peu de temps, puisque la rentrée a DEJA eu lieu. C’est un peu comme si on se réveillait la semaine prochaine et le début des cours à l’université pour recruter, au hasard, des enseignants en économie. Ca ferait pas très professionnel…
    En tout cas, animateurs recrutés ou pas, les ateliers, eux, attendront encore quelques mois pour revoir le jour.
    Allez, Gizmo, un pari : l’année prochaine, les ateliers ouvrent en janvier. Chiche!

  4. Jean du MoDem dit :

    Vive colère mais au combien littéraire, toutefois l’excès »le Grouardisme est une forme contemporaine et impensée du nominalisme. » bien présent est une erreur . Monsieur Serge Grouard élu comme vous et surtout réélu ne peut pas être nominaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>