Je vous invite à une réunion participative sur le budget

Lundi prochain, le budget d’Orléans pour l’année 2015 sera débattu en conseil municipal. C’est un acte important pour notre ville.

Avec les conseillers municipaux socialistes, écologistes et républicains, je considère que, face aux orientations suivies par la majorité actuelle, d’autres choix sont possibles qui permettraient de mieux répondre aux besoins des habitants et de préparer l’avenir.

Venez nous rejoindre pour y travailler avec nous !

Vous êtes chaleureusement invité-e-s à élaborer des propositions budgétaires alternatives lors de la première réunion participative sur le budget qui aura lieu le

Jeudi 11 décembre 2014 à 19h00,
dans la salle de réunion des élus socialistes, écologistes et républicains,
10 place de l’Etape (au premier étage)

Cette réunion est ouverte à tous.

Budget primitif de la ville d'Orléans
Lire le rapport de budget primitif

 

Publié dans Conseil municipal, La Consultation | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Conseils de quartier

Je vous rappelle que si vous souhaitez participer à votre conseil de quartier, vous n’avez que jusqu’au 30 novembre (c’est à dire en réalité demain) pour déposer votre candidature auprès de votre mairie de proximité.

Dans un second temps, il sera procédé à un tirage au sort des candidatures, le 2 décembre à 19h00 à l’hôtel Groslot.

La position de notre groupe est réservée sur la mise en œuvre de la démocratie citoyenne par l’actuelle majorité. Nous nous sommes en effet abstenus sur la charte qui nous a été soumise à ce sujet lors du conseil municipal d’octobre. Le caractère confidentiel de l’appel à candidatures pour les conseils de quartier vient confirmer nos craintes initiales.

Néanmoins, il peut être intéressant de participer à un conseil de quartier, ne serait-ce (a minima) que pour en recueillir des informations ou lui transmettre des demandes d’aménagements.

Enfin, nouveauté, les associations seront sollicitées pour participer à ces instances locales de concertation.

Pour plus d’informations,vous trouverez la note éditée par la mairie, à cette adresse

Publié dans Gouvernance | Laisser un commentaire

Soutien aux ATSEM de la ville d’Orléans

ATSEM Ville OrléansLe groupe socialistes, verts et apparentés apporte son soutien le plus total au mouvement de grève initié par les ATSEM et les agents du secteur périscolaire de la ville d’Orléans.

La réforme des rythmes éducatifs, connue depuis deux ans, a été mise en oeuvre à reculons par la majorité municipale, qui n’y a consacré ni un temps de préparation suffisant, ni les moyens matériels et humains nécessaires.

Résultat de cette improvisation : l’essentiel des charges nouvelles générées par la réforme repose sur les ATSEM, qui assurent à elles seules 40% des TAP (temps d’activités périscolaires). Elles n’ont reçu pour cela ni formation, ni complément de rémunération. Aujourd’hui, elles sont épuisées et elles le disent, tout comme les animateurs et les référents, recrutés en nombre insuffisant.

Depuis des années, les conseillers municipaux du groupe Socialistes, verts et apparentés attirent l’attention sur la situation des ATSEM d’Orléans, qui ne sont plus remplacées quand elles sont malades ou partent en formation.

Nous avons de même indiqué que la politique budgétaire suivie par la ville d’Orléans, et qui vise à raboter sans cesse les moyens alloués au fonctionnement de la collectivité, allait poser des problèmes de gestion des personnels, toujours plus sollicités sans augmentation de salaire.

Les orientations budgétaires présentées lors du dernier conseil municipal confirment et amplifient cette tendance que nous contestons.

Devant cette situation qui pèse sur les agents et pénalise les enfants, il est essentiel d’en revenir au bon sens en prenant 4 mesures simples :

  1. le déplacement des TAP après la pause méridienne, comme le recommandent tous les chronobiologistes : ceci afin de permettre une meilleure attention des enfants lors de la reprise des cours, une fois les TAP terminés;
  2. une formation sérieuse des ATSEM à l’animation et à la conduite de projets;
  3. un complément de rémunération qui prenne en compte les sujétions et les responsabilités nouvelles qui leur incombent désormais;
  4. une bien meilleure implication des associations de la ville d’Orléans dans la prise en charge des TAP. Alors que notre tissu associatif est très riche et diversifié, les associations n’assurent que 8% de l’ensemble des activités proposées. Leur plus grande sollicitation permettrait de soulager d’autant les animateurs et les ATSEM, tout en mettant un plus grand nombre d’acteurs de notre ville en mouvement autour de la réussite des enfants.

Il n’est pas trop tard pour réussir la réforme des rythmes scolaires à Orléans!

Nous le devons aux ATSEM et aux agents du secteurs périscolaire. Nous le devons aux enseignants. Et nous le devons, d’abord, aux enfants.

Publié dans Ecole | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Jeudi 27 novembre 2014 aura lieu un conseil de communauté particulièrement important pour tous les habitants de notre agglomération

Conseil d'agglomerationJeudi 27 novembre 2014 aura lieu un conseil de communauté particulièrement important pour tous les habitants de notre agglomération. A l’ordre du jour figure en effet le vote du projet d’agglomération qui doit planifier les principales hypothèses de développement pour notre territoire dans les 6 ans qui viennent. Quels en seront les grands projets ? Quelles mutations économiques connaitrons-nous ? Quelles perspectives s’ouvriront pour notre université ? Quels schémas de circulation envisageons-nous pour nous déplacer ? etc.

De plus, avec le passage prochain à la communauté urbaine et l’intégration supplémentaire que cette évolution entraine, ce projet d’agglomération est encore plus important que les précédents. Il a pourtant été rédigé en catimini, et sans réelle concertation avec l’ensemble des élus communautaires.

Les séances du conseil de communauté sont publiques. Vous êtes donc invités à venir y assister, pour prendre connaissance de ce projet et vous faire votre propre idée à son sujet.

Le conseil de communauté se tiendra dans la salle du conseil municipal de la ville d’Orléans, à partir de 18h00.

Publié dans Conseil d'agglomération | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Ne gaspillons pas la chance de préparer l’avenir. Regardons de l’avant avec confiance et volontarisme, en indiquant les directions que nous voulons suivre.

Vous trouverez-ci dessous les grandes lignes de l’intervention que j’ai faite lors du dernier conseil municipal, qui portait notamment sur les orientations budgétaires de la ville d’Orléans en 2015.

Rappelons que ce débat prend place dans un double contexte :
1) c’est le premier de la nouvelle mandature. Il est donc sensé donner le ton du mandat qui commence
2) il intervient dans un contexte financier et économique très incertain

La méthode

Sur la méthode, j’ai d’abord rappelé que le Débat d’Orientation Budgétaire de la Région avait eu lieu le 16/10, deux mois avant le vote du budget. A la ville d’Orléans, le DOB a été organisé le 17 novembre, soit moins d’un mois avant le vote du budget. Dans ce contexte, la tenue d’un tel débat n’a pas grand sens, car tout est déjà bouclé. C’est d’autant plus dommage qu’en théorie, le but de ce débat est de permettre à l’exécutif d’infléchir éventuellement ses choix budgétaires initiaux en fonction de ce qui est proposé.

En outre le maire d’Orléans a délibérément choisi de fausser les choses en réservant la primeur de ses orientations budgétaires à la presse, 4 jours seulement après le dernier conseil municipal. Cela au mépris des élus de ce même conseil.
Enfin, la grande pauvreté des informations fournies, nuit nécessairement à la qualité des échanges. Les documents communiqués ne présentent en effet que les grands équilibres sans définir a priori le contenu des « orientations budgétaires » retenues.

 

Orléans, conseil municipal

La baisse des dotations de l’Etat

Elle est réelle, continue, sans doute excessive, eu égard au rôle que jouent les collectivités dans le développement économique et dans le soutien à l’emploi local. Cette réduction est pourtant nécessaire, compte tenu du mauvais état des comptes publics, qui entraine le recours à une dette asphyxiante pour le pays.

D’ailleurs, Serge Grouard, dans sa Tribune du Figaro préconise une réduction de 100 à 140 milliards des dépenses publiques en 5 à 7 ans, en rognant notamment sur la fonction publique, les collectivités locales, le logement, les emplois aidés, la carte hospitalière, l’aide médicale d’Etat… Si ses remèdes étaient suivis, la situation des collectivités locales serait bien pire qu’aujourd’hui.

Pour autant, cette réduction des dotations de l’Etat est à relativiser. Les dotations de l’Etat ne représentent que 17% des recettes de fonctionnement de la ville. La baisse de cette dotation est donc de 5% de 17%.
Au global, la réduction des dépenses de fonctionnement de la ville n’est que de 0,4% par rapport à l’estimation 2014 (- 700 000 euros).

La situation est donc loin d’être aussi catastrophique que ce qui est annoncé et ne justifie pas les coupes énormes qui sont prévues.

D’ailleurs, importance de la contribution de la VO au fonds de péréquation pour les collectivités locales (1Million d’euros) témoigne de l’aisance financière de la ville.

Cette même ville n’était-elle pas prête à financer une Arena estimée à plus de 100 millions d’euros et à s’engager dans ce projet sur plus de 30 ans ?

 

ARENA-Orléans

Propositions

Voilà comment nous allons procéder : Nous ferons quelques propositions générales aujourd’hui. Puis nous déposerons des d’amendements plus précis, lors du vote du budget.

1ère proposition sur la présentation du budget 

Nous souhaitons avoir une visibilité pluriannuelle, si possible sur la durée du mandat : Nous demandons donc à passer à une présentation budgétaire en AP/CP, qui permet de mieux contrôler le coût global de chaque projet, par delà l’annualité de l’exercice budgétaire. Cela est d’autant plus important que ce budget est le premier de la mandature qui commence. On est donc en droit de se demander où va la ville, quelles seront les perspectives suivies ? Quels axes de développement vont être retenus ?

2ème proposition : la réorientation des investissements.

Plus encore que le niveau d’investissement, ce qui est important, c’est le contenu de ces mêmes investissements. Ainsi, lors de la mandature précédente, 300 millions d’euros ont été dépensés, mais aucun grand projet structurant n’a vu le jour. A Orléans, les piscines sont toujours aussi rares, le palais des sports toujours aussi vieux, le parc des expos toujours aussi inadapté.

Un seul contre-exemple : la petite rue des anglaises a été refaite deux fois en moins de 6 ans. Est-ce bien raisonnable ?

Nous proposons donc une réorientation d’une partie des crédits affectés à la voirie vers la réalisation d’un ou de deux projets majeurs (l’un en matière culturelle, l’autre en matière économique), qui pourraient singulariser ce mandat.

Dans le même ordre d’idée, nous proposons une reconfiguration de la ZAC Carmes-Madeleine, inscrite aujourd’hui pour plus de 70 Millions d’euros de dépenses.

3ème proposition : définir et mutualiser des projets

Pour favoriser les réductions de coûts, il est indispensable de définir et de mutualiser des projets (et pas seulement des postes) avec l’agglomération en favorisant des transferts de compétences, notamment en matière culturelle et sportive. Ainsi, certains évènements, aujourd’hui portés par la seule ville d’Orléans, mais qui ont un rayonnement d’agglomération, voire plus, comme le festival de Jazz, pourraient devenir des événements d’agglomération.

4ème proposition : Le maintien, voire une légère augmentation des dépenses de fonctionnement.

Le fonctionnement est en effet idéologiquement considéré comme une mauvaise dépense, car une dépense récurrente. Les dépenses de fonctionnement permettent pourtant de créer et de maintenir de l’emploi local. Elles sont aussi synonymes de meilleur service à la population : ainsi, à focrècherce de rogner sur les dépenses de personnel, on met une pression considérable sur les agents, en leur demandant de faire toujours plus, sans les payer davantage. Rappelons par exemple qu’il manque d’agents de surveillance pour permettre une ouverture régulière de certains musées, comme le musée archéologique de l’Orléanais. Il manque aussi de places en crèche.

  • SolidaritéEn matière sociale, les dépenses de fonctionnement sont essentielles. Ainsi, la suppression des emplois dédiés à la prévention spécialisée impacte gravement l’avenir, et en particulier celui des jeunes de notre ville les plus en difficultés. La nouvelle baisse de 5% des subventions aux associations est une catastrophe pour beaucoup d’entre elles.

 

  • JazzEnfin, en matière culturelle, nous ne nous résignons pas à l’abandon du festival de jazz. D’un point de vue budgétaire, c’est une aberration, puisque le « in » équilibrait en partie le « off ». La disparition du Campo Santo prive donc l’évêché de recettes, ce qui est précisément ce que l’on voulait éviter.

 

D’un point de vue stratégique, c’est une lourde erreur. La culture n’est pas un coût brut. C’est un investissement de moyen et de long terme, qui permet de changer, de transformer en profondeur l’image d’une ville. Il ne suffit pas de poser des pavés et d’installer des colonnes fleuries pour assurer l’attractivité d’une cité comme Orléans. Toutes les villes de France, d’ailleurs, les grandes comme les petites, ont refait leur centre ville. Ce qui les singularise en revanche les unes par rapport aux autres, c’est l’ambiance de ville qui s’en dégage. Or, cette ambiance est largement déterminée par la qualité et le rayonnement de l’offre culturelle qui y est développée.

« Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée d’Orléans ». Cette idée, cette ambition, je ne les retrouve pas dans les orientations bien plates qui nous sont présentées.

Ne gaspillons pas la chance de préparer l’avenir. Regardons de l’avant avec confiance et volontarisme, en indiquant les directions que nous voulons suivre. C’est cela l’honneur des élus. Et de la politique.

Intervention dans le cadre du
débat d’orientation budgétaire de la ville d’Orléans,
17 novembre 2014

Publié dans Conseil municipal | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Débat d’orientation budgétaire de la ville d’Orléans – mon intervention sur France Bleu Orléans, le 17 nov 2014

Les efforts demandés par la majorité actuelle portent essentiellement sur le secteur social, les associations, les éducateurs qui sont auprès des jeunes en rupture, et sur la culture, grande victime de ces économies.

Nous proposons de réorienter les investissements de voirie pour porter des projets plus ambitieux pour Orléans, et de contrôler de manière plus rigoureuse les contrats signés par la ville d’#Orléans (Miss France, Famar, etc.)

Publié dans Conseil municipal, Presse | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

La culture à Orléans. Pendant les travaux, les rabais continuent !

Après le festival de Jazz et le jour J, menacés de disparition, après l’Astrolabe 2 relégué au rang des promesses sitôt faites, sitôt oubliées, après Orléanoïde, transformé en biennale, c’est au tour de la Scène Nationale de faire les frais de l’austérité budgétaire. On apprend en effet que le budget de fonctionnement de la structure est amputé de 10% pour 2015 (soit un peu moins de 200 000 euros), ce qui compromet grandement l’équilibre de la saison en cours (2014-2015) et fait peser de lourdes menaces sur la saison suivante (2015-2016). Sans doute la ville considère-elle que la scène nationale programmait trop de spectacles de musique et de danse ? Trop de créations ? Trop d’actions culturelles ?

Par ailleurs, d’autres associations culturelles se sont vues notifier non seulement une baisse de leurs subventions pour l’année 2015, mais encore une suppression pure et simple de celles-ci à compter de 2016.

Dans ce contexte, il est nécessaire que la ville d’Orléans dise clairement quelle va être sa stratégie en matière culturelle dans les 6 ans qui viennent, plutôt que de faire des annonces partielles, d’évoquer d’hypothétiques études de faisabilité sur tel ou tel projet ou de faire miroiter aux acteurs culturels des engagements qu’elle n’a pas l’intention de tenir. L’honneur du politique, c’est aussi de dire la vérité et de préparer l’avenir.

            Pour notre part, nous considérons que certaines pistes budgétaires n’ont pas été sérieusement étudiés par l’équipe municipale actuelle, comme le transfert d’une partie de la compétence culture à l’agglomération, afin d’en mutualiser les coûts, où la rationalisation des dépenses de voirie, qui constituent l’essentiel des dépenses d’investissement.

            La culture n’est ni un luxe de nantis, ni une variable budgétaire. C’est l’affaire de tous. C’est l’âme d’une ville. Ne la sacrifions pas !

Publié dans Associations, Culture | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Lettre d’information des élus socialistes, verts, et apparentés

Socialistes-verts-orleans
La lettre d’information des élus socialistes, verts et apparentés vient de paraître. Vous y trouverez les prises de position des élus en conseil municipal, les communiqués et une revue de presse. Bonne lecture !

Pour recevoir cette lettre mensuelle, il vous suffit d’en faire la demande par mail à l’adresse socialistesvertsorleans@gmail.com

 

Publié dans Actualité, Presse | Marqué avec | Laisser un commentaire

Silence on ferme ! Non à la suppression de la prévention spécialisée à Orléans

Corinne Leveleux-Teixeira --Au cours de ses déclarations du 24 octobre dernier, Serge Grouard ne s’en est pas seulement pris aux secteurs culturel et associatif. Il a également annoncé la suppression d’une dizaine de postes dans le domaine crucial de la prévention spécialisée. Une suppression qui risque de mettre en grand danger des dizaines d’enfants et d’adolescents de notre ville.

Pour mémoire, rappelons que le dispositif de prévention spécialisée vise à prendre en charge des jeunes en voie de marginalisation en leur permettant de rompre avec l’isolement dans lequel ils se trouvent.

En France, cette action est théoriquement placée sous l’autorité des départements (conseil général) dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance. Contrairement à ce que l’on croit souvent elle ne lutte pas à proprement parler contre la délinquance juvénile mais y travaille de manière indirecte, la délinquance n’étant que l’une des voies possibles de marginalisation pour ces jeunes en rupture (rupture familiale, décrochage scolaire, perte de repères, etc).

Les éducateurs mènent au plus près de ces jeunes des actions favorisant la reconstruction de leurs liens sociaux. La présence des équipes de prévention spécialisée dans la rue, les établissement scolaires, les équipements des quartiers constitue la clef de voûte et la spécificité de cette action de même que l’anonymat des échanges.

Depuis le début de l’année 2014, la majorité UMP du conseil général du Loiret s’était complètement désengagée du financement de ce service
, confié à l’association IPSIS Opelia. Cette décision était d’autant plus incompréhensible que l’aide sociale à l’enfance constitue le cœur des compétences de la collectivité départementale.

Comme d’autres villes de l’agglomération (Fleury, Saint Jean de la Ruelle, Saint Jean de Braye) Orléans s’était substituée au conseil général défaillant, tant la continuité des actions éducatives sur le terrain apparaissait alors nécessaire.

Aujourd’hui, les élections sont passées et cette action pourtant essentielle se trouve directement menacée. Les jeunes de 12 à 21 ans de l’Argonne, de La Source, des Blossières, jusque là suivis par les éducateurs d’IPSIS peuvent se retrouver complètement livrés à eux-mêmes du jour au lendemain si la suppression des 10 postes d’éducateurs est confirmée. Car disons-le tout net : le travail effectué par les éducateurs de rue n’a rien à voir avec ce que peuvent faire les « blousons verts » de Florent Montillot.

Face à la gravité de la situation, le groupe socialistes verts et apparentés en appelle à la responsabilité de la majorité UMP. Il demande le retrait immédiat de cette décision et l’étude, en urgence, d’une gestion des services de la prévention spécialisée au niveau de notre agglomération. Face au retrait du conseil général, nous considérons en effet que la communauté d’agglomération peut constituer un niveau pertinent d’intervention, permettant de mutualiser les moyens et de coordonner les besoins au niveau local. C’était d’ailleurs l’une des propositions que nous portions dans le programme d’agglomération défendu par la gauche lors des dernières élections municipales.

En tout état de cause, il n’est pas acceptable que la jeunesse d’Orléans, l’avenir de notre ville, fasse les frais des restrictions budgétaires imposées par M. Grouard et M. Montillot, qui, rappelons-le, ne touchent jamais à la sacro-sainte voirie.

Publié dans Actualité, Jeunesse, Social | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Une intolérable discrimination scolaire à Orléans

Dans les écoles d’Orléans, l’action de solidarité envers les familles démunies est désormais pénalisée. Par une mesure arbitraire et vexatoire, l’adjoint à l’Éducation entend en effet priver les élèves d’une école en zone prioritaire des outils éducatifs qui devaient y être installés.

Rappelons les faits : Ces dernières semaines la mobilisation exemplaire des parents d’élèves de l’école Jean Mermoz avait permis de trouver une solution de logement d’urgence pour des enfants de cet établissement qui se trouvaient à la rue avec leur famille.

Aujourd’hui, cette solidarité dont a fait preuve la communauté éducative est sanctionnée par M. Montillot, adjoint à l’éducation de la ville d’Orléans. Il a en effet décidé de « punir » cette école en lui retirant les moyens pédagogiques innovants que la ville s’était pourtant engagée à lui fournir.

Cette sanction, totalement arbitraire, touche au premier chef les enfants, et plus particulièrement ceux qui sont en difficulté devant certains apprentissages.

C’est la raison pour laquelle, le groupe socialiste et écologiste dénonce avec fermeté cet abus de pouvoir et demande le rétablissement immédiat de l’expérimentation du plan numérique prévu à l’école Jean Mermoz. Il est inconcevable que la lutte contre la fracture numérique fasse les frais d’une posture politicienne. Où est l’intérêt des enfants dans ces rodomontades sécuritaires ?

Il est injustifiable qu’un élu de la République prive ainsi les élèves d’une école de la République des moyens de leur réussite.

Nous en appelons au maire d’Orléans, pour qu’il rétablisse sans délai le plan d’équipement numérique prévu pour l’école Jean Mermoz. Nous attendons également du premier magistrat de cette ville qu’il rappelle à son adjoint les éléments essentiels du pacte républicain, dont aucun des enfants d’Orléans ne saurait être exclu.

Socialistes-verts-orleansPour le groupe socialistes, verts et apparentés,
Hayette Et Toumi Jean-Philippe Grand et
Corinne Leveleux-Teixeira

Publié dans Communiqué de presse, Ecole | Marqué avec , | Laisser un commentaire